Le chômage - Cours de SES avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le chômage

Objectifs : qu’est-ce-qu’un chômeur ? Existe-il une seule définition du chômage ? Comment mesure-t-on cet indicateur ? Quelles en sont les principales causes ?

Le chômage est le déséquilibre majeur que connaît la société française aujourd’hui. Cette situation génère notamment des tensions sociales, un accroissement de la pauvreté et surtout une limitation de la consommation qui pèse sur la croissance économique du pays. C’est pourquoi les différents gouvernements ont donné la priorité à l’emploi dans l’orientation de leur politique économique.

1. Les principales caractéristiques du chômage
a. La notion de chômage
 


Est chômeur celui, qui désirant travailler, ne trouve pas d’emploi. On compte en France moins de 2 500 000 chômeurs, soit un taux de chômage de 9 % (source : INSEE, Août 2006).
Le taux de chômage représente le rapport entre le nombre de chômeurs x 100.


La situation des chômeurs est très différente suivant le type de chômage qui les touche. On distingue 4 formes de chômage différentes :

- le chômage conjoncturel : c’est un chômage temporaire lié à une baisse ponctuelle de l’activité économique (exemple : fermeture d’une unité de production due à la perte d’un client important).
 
- le chômage structurel : c’est l’absence durable d’emplois sur le marché du travail. Ce type de chômage est la conséquence des mutations de l’économie. En effet, l’offre d’emplois se modifie en raison principalement des changements technologiques. Face à ces modifications, un grand nombre de travailleurs se trouve en inadéquation avec les offres du marché de l’emploi et les qualifications demandées.

- le chômage frictionnel : c’est le temps que va mettre une personne pour retrouver un nouvel emploi(période intermédiaire entre deux emplois).

- le chômage technologique : c’est le chômage généré par une plus grande utilisation du capital technique dans le processus productif (robotisation dans l’industrie automobile).

b. Comment mesure-t-on le chômage ?
La mesure du nombre de chômeurs est fortement liée aux critères retenus. Ainsi, être chômeur n’a pas la même signification selon les organismes chargés du calcul. On distingue deux principaux indicateurs du chômage en France : l’indicateur du BIT (Bureau International du travail) et celui de Pôle Emploi (l'ANPE et les Assedic ont fusionné en 2008).

 

Le chômage au sens
de l’INSEE et du BIT

 Le chômage au sens de Pôle Emploi

 Indicateurs

PSERE
Population sans emploi
à la recherche d’un emploi

DEFM
Demandeurs d’emploi en fin de mois

 Définitions Un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond au trois critères suivants :

• être sans travail ;

• être immédiatement disponible ;

• rechercher activement un emploi.
Trois critères :

• être sans emploi ;

• être disponible pour travailler ;

• être inscrit à Pôle Emploi.

Elle tient compte également :

• des personnes ayant une activité réduite (moins de 78 heures dans le mois) mais qui continuent à chercher un emploi à temps plein ;

• des inscrits à Pôle Emploi n’effectuant aucune recherche d’emploi.

Ces deux types de mesure n’ont pas la même logique :

- l’INSEE et le BIT cherchent à établir des statistiques correspondant à une réalité économique. Ces chiffres sont disponibles une fois par an. Ils sont utilisés dans le calcul du taux de chômage national permettant ainsi une comparaison entre les différents États européens.

- Pôle Emploi a pour objectif de recenser les personnes ayant droit aux allocations chômage et de leur proposer des emplois. Les résultats sont disponibles à la fin de chaque mois.

c. Qui sont les principales victimes du chômage ?
On constate que les personnes les plus touchées par le chômage sont principalement les jeunes, les femmes et les personnes faiblement diplômées. Voici quelques explications.

Le chômage des femmes s’explique de deux manières :

- elles sont souvent orientées vers les formations (secrétariat, coiffure, accueil...) qui connaissent une certaine saturation ;

- s’ajoute le sexisme de certains employeurs qui préfèrent embaucher des hommes réputés moins fréquemment absents que les femmes (maternité, garde des enfants malades...).
 
Le chômage des jeunes (il est deux fois plus important que celui des adultes) s’explique souvent par le fait qu’une expérience professionnelle est requise dans la majorité des emplois proposés. Pour acquérir cette expérience, les jeunes sont contraints de passer par le travail précaire (contrat d’intérim ou contrats à durée déterminée).
 
L’étude du chômage par catégorie socio-professionnelle montre que le chômage frappe surtout les ouvriers et les employés, dont le taux de chômage est 3 fois supérieur à celui des cadres et professions supérieures (métiers de la santé, informaticiens, banquiers, assureurs).

2. Le chômage et son évolution
La fin de la Seconde guerre mondiale marque le début d’une période de forte croissance économique (appelée « trente glorieuses ») et de quasi plein emploi. Le facteur humain est rare (conséquence de la Seconde guerre mondiale) et le marché du travail est largement en faveur des salariés (offreurs de travail). Le taux de chômage se situe aux alentours de 2 %.

À partir des années 1970, le chômage progresse régulièrement pour atteindre les 10 % en 1987. En outre, la durée du chômage (mesure du temps écoulé entre l’entrée et la sortie du chômage) s’est accrue, passant de 7 mois en moyenne en 1973 à 16 mois actuellement. On parle désormais de chômage de longue durée ; ce chômage est d’autant plus fragilisant que les indemnités de chômage se réduisent fortement au-delà du cap des 12 mois.

En ce début de XXIe siècle, une politique économique orientée vers la lutte contre le chômage a permis une amélioration de la situation, puisqu’on a observé une diminution du nombre de chômeurs, qui est passé en dessous de la barre des 2 500 000 en 2006. Toutefois, cette amélioration s’est accompagnée du développement des emplois précaires et du temps partiel.

3. Les causes du chômage
a. Les explications économiques du chômage
Le progrès technique et la recherche de la productivité : le progrès technique a permis aux entreprises de remplacer les hommes par les machines et de gagner en productivité. Ce facteur explique donc, pour une part, la montée du chômage.

Toutefois, si à court terme, la machine supprime des emplois, elle est aussi un extraordinaire moyen de progrès économique et social : élévation du niveau de vie, diminution de la durée du travail et de la fatigue...En outre, le progrès technique crée également des emplois dans la maintenance, le dépannage, la conception, l’organisation...
 
Le ralentissement de la croissance et la crise économique : depuis 1973, la crise économique a généré un ralentissement de la croissance à l’origine de l’augmentation du chômage. En effet, lorsque le marché stagne (demande insuffisante), les entreprises ralentissent, voire diminuent leur production ; elles n’embauchent plus ; d’autres, incapables d’affronter le durcissement de la concurrence font faillite. C’est incontestablement une cause importante du chômage. Croissance et emplois sont donc fortement liés.
 
Les délocalisations d’entreprises et la concurrence des pays à faible coût de main-d’œuvre : les pays en voie de développement (PVD) et particulièrement les pays du Sud-Est asiatique, grâce à leur production à bas prix, ont fortement concurrencé certaines industries des pays développés (textile, chaussure, horlogerie...) et ont donc participé à la disparition de nombreuses entreprises dans ces secteurs. De plus, de nombreuses firmes (Adidas, Nike, Swatch, Philips, Thomson...) ont délocalisé leur production des pays développés vers ces pays à faible coût de main-d’œuvre. Plusieurs milliers d’emplois sont ainsi menacés en France.
 
Les contraintes juridiques : les réglementations juridiques et fiscales dissuadent parfois les entreprises d’embaucher davantage de main-d’œuvre en raison du coût qu’elles génèrent (législation sur le salaire minimum, les conventions collectives, le droit du travail, les règles de sécurité et d’hygiène, les cotisations patronales....).

b. Les explications sociologiques du chômage
Le développement du travail féminin : plusieurs facteurs ont conduit au développement du travail féminin : le progrès du contrôle des naissances (ex : pilule), la recherche d’un second salaire, l’élévation du niveau de formation des femmes qui recherchent de plus en plus un épanouissement personnel.
Ce phénomène irréversible, entraîne toutefois certains risques dont le principal est le déclin démographique inquiétant à l’origine du vieillissement de la population des pays développés.
 
Le chômage d’incohérence : malgré un fort taux de chômage, des employeurs recherchent et ne trouvent pas de salariés soit en raison d’une formation insuffisante ou de qualifications inadaptées au marché du travail, soit parce que certains demandeurs d’emploi refusent d’occuper certains postes qu’ils considèrent comme dévalorisants (surtout emplois manuels) ou trop pénibles (BTP, Bâtiment et Travaux publics) ou trop mal rémunérés (restauration). Il s’agit là d’une cause importante du chômage qui nécessiterait une meilleure adaptation des formations aux demandes des entreprises et une revalorisation du travail manuel.
 
L’évolution démographique : depuis 1975, le nombre d’actifs a régulièrement augmenté avec l’arrivée des enfants du baby-boom à l’âge de travailler. Ainsi, il faudrait créer plusieurs milliers d’emplois chaque année pour absorber le poids de ces nouveaux entrants. Toutefois, cette situation risque de ne pas perdurer étant donné l’évolution démographique actuelle (papy-boom dès 2006, faiblesse du taux de natalité même s’il est l’un des plus élevés d’Europe).

L’essentiel

Deux indicateurs permettent de mesurer le chômage en France : le PSERE (Population Sans Emploi à la Recherche d'un Emploi, indicateur du BIT et de l'INSEE) et le DEFM (Demandeurs d'Emploi en Fin de Mois, indicateur de Pôle Emploi). Grâce à ces indicateurs, il est possible d'établir le profil type du chômeur : c'est une femme, âgée de moins de 30 ans et faiblement qualifiée.

Le chômage se caractérise aujourd’hui par une montée de la précarité des emplois et une dégradation du niveau des salaires distribués.

Enfin, on distingue 2 grandes catégories d'explications du chômage :
- les explications économiques : le progrès technique, le ralentissement de la croissance économique, les délocalisations et la concurrence des pays à faible coût de main-d'œuvre ;
- les explications sociologiques : le développement du travail féminin, le chômage d'incohérence et l'évolution démographique.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents