Diplôme, emploi et milieu social - Maxicours

Diplôme, emploi et milieu social

Si la démocratisation de l’enseignement a permis une élévation du niveau de diplôme pour l’ensemble de la population, il subsiste de fortes différences entre les milieux sociaux d’origine. 
1. Des inégalités de réussite selon le milieu social d'origine
a. À l'école
Malgré la démocratisation de l’école entamée dans les années 1960, les inégalités de réussite restent très fortes. Ainsi, sur 100 enfants d’ouvriers nés dans les années 1980, la moitié d’entre eux environ a eu son baccalauréat (tous baccalauréats confondus) alors que cette proportion monte à 90 % pour les enfants de cadres nés la même année.

Ces inégalités se retrouvent à tous les niveaux de la scolarité, les taux de redoublement des enfants d’ouvriers sont plus élevés au collège que ceux des enfants de cadres.

Dans l’enseignement supérieur, les poursuites d’études dépendent fortement de l’origine sociale. On retrouve massivement les enfants des catégories sociales populaires dans les études courtes (BTS, IUT, etc.) et les enfants de catégories supérieures dans les études longues (grandes écoles de commerce, d’ingénieurs, etc.). Par exemple, dans les classes préparatoires aux grandes écoles la moitié des étudiants sont issus de familles de cadres ou professions intellectuelles supérieures alors qu’ils ne sont que 6 % à être issus de milieux ouvriers.
b. Accès à l'emploi
Bien entendu, étant donné que ce sont les enfants de catégories supérieures qui font les études les plus longues, ils tirent leur avantage de meilleurs diplômes sur le marché du travail. Mais à diplôme égal, on constate que les enfants issus de milieux populaires ont plus de difficultés à trouver un emploi, sont plus soumis au risque de la précarité et ont moins de promotions au cours de leur carrière que les enfants issus de milieux sociaux favorisés. 
2. Quelles sont les raisons de ces inégalités?
a. L'influence de la famille
Ces différences de réussite sont liées au milieu social d’origine. Il parait donc clair que la famille a une responsabilité que l'on peut scinder en 3 grandes parties :

Différences financières : les études supérieures ont un coût, les familles les plus aisées peuvent donc plus facilement financer ce coût (coûts de scolarité dans les grandes écoles, mais aussi ceux liés aux logement, à la nourriture, etc.). Mais le système des bourses de scolarité nivelle des inégalités trop flagrantes. Le nombre d’élèves boursiers est pourtant faible dans les études les plus prestigieuses : s’il y a environ 30 % d’étudiants boursiers dans les facultés, ce nombre tombe à moins de 15 % dans beaucoup de grandes écoles.

Le niveau culturel de la famille explique aussi ces différences de réussite. Les enfants issus des classes favorisées ont accès à un nombre de biens culturels plus important (livres par exemple) ou des sorties (musées, théâtre…). Le niveau culturel des parents leur permet aussi de suivre la scolarité de leurs enfants plus longtemps et de les aider plus efficacement si besoin.

Les différences d’ambition viennent aussi de la famille. Dans les milieux populaires, les ambitions des parents pour leurs enfants sont plus modestes : près de la moitié des enfants de cadres ayant eu une mention au baccalauréat vont en classe préparatoire aux grandes écoles alors que ce taux n’est que de 20 % pour les enfants issus de milieux ouvriers.
b. L'école est-elle responsable elle aussi de ces inégalités ?
L’école a des difficultés à réduire les inégalités de départ engendrées par le milieu familial. Malgré des politiques visant à améliorer l’éducation pour ceux qui en ont le plus besoin (les Zones d’Éducation Prioritaire (ZEP) par exemple) ou des concours spécifiques d’entrée dans les grandes écoles pour les élèves venant de milieux défavorisés (comme à Sciences Politiques Paris). Cependant, les inégalités de départ restent déterminantes.

L’enseignement prodigué à l’école se rapproche trop de celui des catégories les plus aisées, lesquelles connaissent bien le système scolaire et sont capables de mieux en tirer avantage (en terme d’orientation dans des filières ou les établissements les plus recherchés par exemple). Enfin, les différences culturelles entre les enseignants et les enfants de catégories populaires crée des incompréhensions mutuelles et affecte la scolarité de ces élèves.
c. Les compétences sociales
Dans le monde de l’emploi, les différences de carrière ou de recrutement s’expliquent par les compétences sociales des candidats à l’emploi. En effet, face à la massification de l’enseignement, les diplômes ont perdu de leur valeur et les entreprises recrutent donc leurs futurs collaborateurs sur d’autres critères : stages, expériences, voyages et connaissances linguistiques et culturelles, apparence physique, langage… Or ces compétences sociales sont en majeure partie dépendantes, elles aussi, de l’origine sociale. 
L'essentiel
Malgré la démocratisation de l’enseignement, des inégalités restent flagrantes dans la réussite scolaire et l’accès à un emploi stable.

Ces inégalités sont liées au milieu social d’origine. Par leurs moyens financiers, leur culture ou l’ambition qu’elles transmettent à leurs enfants, les familles influencent la réussite scolaire et professionnelle de leurs enfants. L’école malgré des efforts pour pallier à ces inégalités de départ peine fortement à les réduire. Cela influence donc aussi l’entrée dans la vie professionnelle et la carrière des jeunes actifs. 

Synthèse visuelle

Les facteurs des inégalités de réussite scolaire

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.