Les différentes formes de mobilité sociale - Maxicours

Les différentes formes de mobilité sociale

Objectifs
  • Caractériser les différents types de mobilité.
  • Distinguer la mobilité sociale intergénérationnelle des autres formes de mobilité.
  • Expliquer les enjeux de la mobilité.
Points clés
  • La mobilité sociale est la circulation des individus entre différentes positions de la hiérarchie sociale.
  • La mobilité intragénérationnelle se fait lorsque c'est le même individu qui change de position sociale au cours de sa vie.
  • La mobilité intergénérationnelle s’effectue lorsqu’un individu change de position sociale par rapport à l'un de ses parents.
  • L'immobilité sociale se dit d’une situation de stabilité de la position sociale d'un individu.
  • La mobilité verticale est un changement de position sociale ascendant ou descendant, d’un statut social à un autre à l’intérieur d’une hiérarchie sociale pour un individu ou un groupe social.
  • La mobilité horizontale est un changement de position sociale qui ne traduit pas vraiment une tendance ascendante ou descendante mais plutôt entre catégories de même niveau hiérarchique ou bien lorsqu’il s’agit d’une mobilité géographique.
  • La mobilité observée mesure la mobilité sociale totale parmi une population. Cette mesure se fait à partir de tables de mobilité qui croise la position d'un enquêté (le « fils ») avec celle de son père.
  • La mobilité structurelle est due à l'évolution de la structure de la population active et aux mutations de l’emploi.
  • La mobilité nette permet de mesurer « l'égalité des chances », c'est-à-dire les possibilités réelles qu'ont les individus d'évoluer dans la structure sociale indépendamment de leur milieu d'origine.
  • La fluidité sociale mesure les chances relatives entre deux catégories d’accéder à une même position sociale.
Pour bien comprendre

La société est structuré en Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS), qui est une construction statistique proposée par l’Insee. Elle correspond à une répartition des actifs français dans des catégories dont les membres présentent une certaine homogénéité sociale, c'est-à-dire le même genre de comportements.

1. Les différentes formes de mobilité sociale
a. Définitions

Les sociétés modernes démocratiques assurent libertés et égalités aux individus en tentant de supprimer les barrières sociales et en offrant la possibilité pour chacun d'accéder à tous les statuts et toutes les positions sociales grâce à l’égalité des chances.

La mobilité sociale définie par Pitrim Sorokin (1889-1968) caractérise le phénomène du déplacement d'individus dans l'espace social en observant :

  • la position sociale, qui est le statut d’une personne par sa profession actuelle ;
  • l’origine sociale, qui représente la profession des parents de l'individu ;
  • la reproduction sociale (ou l’immobilité sociale, ou l’hérédité sociale) qui compare la position d’un individu et l’origine sociale identique.
b. La mobilité horizontale et la mobilité verticale
La mobilité horizontale est un changement de position sociale qui ne traduit pas vraiment une tendance ascendante ou descendante mais plutôt entre catégories de même niveau hiérarchique. Dans le cas d’un changement de métier, on appelle cela une mobilité professionnelle; lorsqu’il s’agit d’un changement de localisation, on appelle cela une mobilité géographique.
Exemple : Un enseignant qui se fait muter ou bien un comptable qui devient infirmier car ces deux métiers font partis de la PCS « Professions Intermédiaires ».
La mobilité verticale est un changement de position sociale ascendant ou descendant, d’un statut social à un autre à l’intérieur d’une hiérarchie sociale pour un individu ou un groupe social.

La mobilité verticale peut se faire soit :

  • vers le haut de la hiérarchie sociale, on parle alors de mobilité ascendante ou promotion sociale car l’individu grimpe dans la hiérarchie sociale ;
Exemple : Un employé qui devient cadre.
  • soit vers le bas, on parle alors de mobilité descendante, ou démotion sociale, car l’individu connaît un déclassement social.
Exemple : Un cadre qui devient employé.

Elle comprend deux formes de mobilité :

  • la mobilité intra-générationnelle qui est la mobilité au cours d’une vie pour un individu ;
Exemple : Un commercial qui devient agriculteur.
  • la mobilité intergénérationnelle correspond au changement d’une position sociale d’une génération à l’autre. On parle d’ « ascenseur social » pour une mobilité sociale intergénérationnelle ascendante et de démotion sociale pour une mobilité intergénérationnelle descendante.
Exemple : Un fils d’ouvrier qui devient cadre est une ascension, ou un fils d’enseignant qui devient ouvrier est une démotion.
On parle de trajectoire sociale pour définir l'itinéraire parcouru par un individu (trajectoire individuelle) ou un groupe (trajectoire collective) en situation de mobilité verticale.
c. La mobilité observée, structurelle et nette
La mobilité observée est la mobilité telle qu'elle est affectée par l'évolution de la distribution socioprofessionnelle des fils par rapport à celle des pères.
Exemple : En France, 65 % des hommes ont changé de position sociale par rapport à leur père.
La mobilité structurelle est due à l'évolution de la structure de la population active et aux mutations de l’emploi. C'est la mobilité imposée par l'évolution de la structure sociale au cours du temps.

La tertiarisation, par exemple, a poussé bon nombre d’individus à passer des secteurs primaire et secondaire au secteur tertiaire.

Exemple : Un fils d’ouvrier qui devient comptable car il n’y a plus d'emploi dans le secteur agricole mais un forte demande dans les services. En France environ 25 % des hommes ont connu une mobilité structurelle.
La mobilité nette a pour objectif de faire disparaître la mobilité liée aux variations de structures de la société afin d'étudier les possibilités d'évolution des individus dans la hiérarchie sociale.

C'est donc la mobilité nette qui permet de mesurer « l'égalité des chances », c'est-à-dire les possibilités réelles qu'ont les individus d'évoluer dans la structure sociale. Elle correspond donc à une situation dans laquelle la position sociale d'un individu ne dépend pas de son milieu social d'origine.

Enfin, la fluidité sociale mesure les chances relatives entre deux catégories d’accéder à une même position sociale.
Exemple : En France, seulement 40 % de la population a changé de position sociale sans répondre aux besoins de la structure d l’emploi.
2. Les enjeux de la mobilité sociale
a. Un enjeu social

L’intérêt de l’étude de la mobilité sociale est de savoir si la société démocratique est capable d’offrir une égalité des chances dans l’obtention des positions sociales selon le principe de la méritocratie développé par Alexis de Tocqueville.

Pour Pitrim Sorokin, la société est stratifiée en groupes de statut, dans laquelle les individus ont des chances à peu près identiques d’accéder aux différents niveaux de l’échelle selon la sélection par différentes instances comme la famille, l’école, les entreprises, etc.

Ainsi, la mobilité permet d’évaluer la société sur sa faculté à former des élites en fonction de leur mérite et non de leur origine sociale. Elles est donc un véritable facteur de cohésion sociale car elle révèle une baisse des inégalités.

Une société mobile où chacun peut évoluer en fonction de son mérite permet aux individus de mieux s’intégrer socialement. Ainsi, la mobilité nette est une chance pour chaque individu de changer de position sociale.

b. Un enjeu économique

La mobilité permet d’opérer des choix efficaces en termes de croissance et de développement : l’économie sera plus performante si elle sélectionne les meilleurs à tous les étages des organisations, en offrant à chacun la possibilité d’accéder aux postes les plus prestigieux. Les individus vont donc faire des efforts pour atteindre un niveau supérieur et vont ainsi faire évoluer le niveau général de qualifications et d’emploi. La société plus performante sera plus productive et plus compétitive, ce qui est un atout majeur pour stimuler la croissance.

Enfin, les mobilités géographique et professionnelle sont également une condition de la réalisation d’une concurrence pure et parfaite. De ce fait, la mobilité horizontale est le garant d’une meilleur allocation des ressources humaines.

c. Un enjeu politique

Mettre l’accent sur la mobilité sociale permet de déplacer le problème des inégalités. L’égalité des chances devient une idéologie mobilisatrice et pacificatrice qui rend inutile de lutter contre les inégalités puisque les individus ont les mêmes « probabilités » de circuler dans la hiérarchie sociale. D’où la nécessité de démocratiser le système scolaire afin de fluidifier la société et de permettre à « l’ascenseur social » de fonctionner.

Pour Pierre Bourdieu, Christian Baudelot et Roger Establet, l'État ne doit pas se contenter d'offrir les mêmes chances à l'école et doit :

  • fournir les moyens économiques (revenus sociaux, bourses, etc.) ;
  • fournir des services publics (bibliothèque, accès à Internet, etc.) aux familles défavorisées ;
  • enlever les obstacles culturels à l'accès aux postes sociaux les plus élevés (quotas, rendre les concours moins discriminant socialement, etc.).

En conséquence, les citoyens attendent des pouvoirs publics qu’ils facilitent la mobilité sociale pour répondre à leur mission d’intégration et de justice sociale. Cependant, la société reste structurée en classes inégales, dominantes et dominées. Le système scolaire, malgré ses efforts de massification, reste structurellement inégalitaire au profit des enfants des classes dominantes.

 

 

En conclusion, la mobilité sociale est une phénomène important qui complète l’analyse de la structure sociale et explique les mutations de la société.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité