Lycée   >   Terminale   >   SES   >   Les différentes conceptions de la justice sociale

Les différentes conceptions de la justice sociale

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectifs
  • Savoir caractériser les différentes formes d’égalité.
  • Savoir définir la justice sociale.
  • Savoir expliquer les différentes conceptions de la justice sociale.
Points clés
  • L’égalité correspond à des situations identiques ou équivalentes entre individus, face aux droits qu’ils peuvent revendiquer, face aux conditions d’existence et face aux ressources rares auxquelles ils peuvent prétendre.
  • La justice sociale désigne l’ensemble des principes qui définissent la répartition équitable des droits sociaux et des devoirs au sein d'une collectivité, c'est-à-dire une répartition tenant compte de la situation personnelle des individus.
  • La méritocratie est un principe d'obtention du pouvoir ou d'une position sociale, fondé sur le mérite individuel.
  • L'équité renvoie à l'idée de justice : il faut juger et traiter de manière égale des situations identiques mais accorder des droits spécifiques aux groupes sociaux dont la situation est jugée désavantageuse. C'est une égalité proportionnée à la situation des individus.
Pour bien comprendre
  • Les inégalités économiques sont les différences entre individus ou groupes sociaux portant sur des avantages ou des désavantages économiques et qui fondent une hiérarchie entre ces individus ou entre ces groupes.
  • Les inégalités sociales sont les différences entre individus ou groupes sociaux portant sur des avantages ou des désavantages dans l’accès à des ressources socialement valorisées.
1. Les différentes conceptions de l’égalité
a. Les différentes formes d’égalités
L’égalité désigne l’égale répartition des ressources socialement et économiquement valorisées.

Dans les sociétés développées, l’égalité s’articule autour de trois axes :

  • l’égalité des conditions concerne notamment les revenus, les modes de consommation, le logement, etc. Elle dépend en majeure partie des conditions économiques ;
  • l’égalité des droits stipule que tous les individus doivent avoir les mêmes droits (à part quelques exceptions possibles notamment pour ceux qui ont perdu leurs droits civiques ou des inégalités vis-à-vis des étrangers comme le droit de vote) ;
  • l’égalité des chances est un principe démocratique, selon lequel chacun doit avoir la même chance de réussir quelle que soit son origine sociale, ethnique, etc. Ceux qui réussiront ne sont pas les plus chanceux mais ceux qui l’auront mérité : c’est le principe de la méritocratie qui sert de base à notre système éducatif.

Certaines égalités ne sont pas parfaitement respectées, notamment en ce qui concerne l’égalité des conditions, mais depuis la Révolution française de 1789, le principe d’égalité des droits et des chances est inscrit dans la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen.

b. La conception de l’égalité de Tocqueville

Les principes démocratiques sont compatibles avec une meilleure égalité entre les individus. La construction de cette égalité est donc la conséquence de l'avènement des sociétés démocratiques.

Alexis de Tocqueville (1805-1859) décrit, en 1835 dans son oeuvre De la démocratie en Amérique, la passion pour l’égalité qui ressort du système démocratique. Cette passion conduit tout naturellement les individus à désirer plus d’égalité (dans les droits mais aussi les conditions d’existence), ce qui conduira selon lui à l’avènement d’une vaste classe moyenne.

Mais cette passion pour l’égalité conduit aussi les individus à la préférer à leur liberté qu’ils abandonnent volontiers à une élite politique, ce qui conduit à un risque de « despotisme ». Le système américain est, pour lui, mieux armé pour lutter contre ce risque, grâce à la forte influence de ses corps intermédiaires (associations, groupes de pression).

c. Les inégalités sont normales et nécessaires pour les libéraux

Pour les libéraux, la méritocratie est une notion essentielle du fonctionnement des sociétés libérales mais elle est alors incompatible avec une égalité des conditions. En effet, les individus les plus méritants doivent retirer les fruits de leurs efforts ; il faut donc les laisser s’enrichir et obtenir plus de pouvoir. Ce n’est qu’une juste rétribution.

Lutter contre les inégalités annihilerait alors les efforts de certains et rendrait le système économique moins juste et moins efficace car personne ne prendrait alors des risques. L’efficacité économique est donc indissociable, pour eux, des inégalités de conditions.

Le marché est ainsi le meilleur système économique et social, il garantit une juste répartition des gains. Certaines inégalités ne peuvent pourtant pas être justifiées, notamment s’il n’y a pas strictement d’égalité des chances. Celle-ci est difficilement atteignable ; on peut l’observer notamment dans les taux de réussite scolaire ou dans la mobilité sociale qui est très dépendante de la catégorie sociale d’origine.

Ainsi, car il existe différents formes d’inégalités, il existe différentes conceptions de l’égalité.

2. Les différentes conceptions de la justice sociale
a. Les différentes formes de la justice sociale

Pour concilier égalité et justice sociale on va se pencher sur la notion d’équité.

L'équité renvoie à l'idée de justice : il faut juger et traiter de manière égale des situations identiques mais accorder des droits spécifiques aux groupes sociaux dont la situation est jugée désavantageuse. C'est une égalité proportionnée à la situation des individus.

Elle n’est pas mesurable, contrairement à l’égalité, car elle dépend du jugement des individus sur ce qui est juste ou non, et donc d’un système culturel de valeurs. Ne pas traiter les individus à égalité peut donc correspondre à l’idée d’équité.

Exemple : les élèves des RAR (Réseaux Ambition Réussite) disposent de plus de moyens financiers et humains à l’école pour lutter contre les inégalités de réussite
La justice sociale désigne l’ensemble des principes qui définissent la répartition équitable des droits sociaux et des devoirs au sein d'une collectivité, c'est-à-dire une répartition tenant compte de la situation personnelle des individus.

Il existe trois types de justice sociale :

  • la justice commutative ou universaliste sanctionne les infractions au droit, elle correspond à l'égalité des droits ;
  • la justice distributive ou différentialiste consiste à proportionner les charges et les honneurs au mérite de chacun pour compenser des inégalités de situations initiales pour établir une égalité des chances ;
  • la justice corrective consiste à corriger les inégalités de départ pour tendre vers une égalité, elle correspond à l’égalité des conditions.
b. La conception de la justice sociale de Rawls

John Rawls (1921-2002) est un philosophe libéral américain. Professeur à Harvard, il publie en 1971 sa célèbre Théorie de la justice dans laquelle il défend une société basée sur une justice redistributive qui réduirait les inégalités.

Il cherche à réconcilier deux principes qui s’opposent souvent, mais qui sont au cœur de l’idéal démocratique : la liberté et l’égalité.

Les démocraties libérales ont privilégié le respect des libertés, parfois au détriment de l’égalité, tandis que les régimes socialistes ont restreint les libertés au nom de l’égalité. Rawls envisage une solution à ce dilemme : une société juste doit s’appuyer sur des principes qui garantissent la liberté et l’équité.

Pour Rawls, le législateur doit prendre ses décisions sous un « voile d’ignorance ». Autrement dit, le législateur doit occulter sa propre position dans la société et prendre ses décisions comme s’il pouvait, un jour, occuper une autre position sociale. Ce faisant, le législateur fera en sorte d’établir des règles les moins défavorables aux plus désavantagés, étant lui-même conscient de pouvoir potentiellement se retrouver dans cette position. Rawls estime que, sous ce « voile d’ignorance », deux principes de justice seraient décidés, et doivent donc être garantis par les institutions.

D’une part, le principe de liberté selon lequel chaque citoyen doit avoir accès aux mêmes libertés, et la liberté de chacun doit être compatible avec la liberté des autres membres de la société.

D’autre part, le principe de différence, selon lequel certaines différences peuvent être tolérées dans une société juste, à une double condition :

  • les fonctions qui procurent des avantages doivent être accessibles de la même manière à tous les membres de la société. L’égalité des chances est le socle nécessaire d’une société juste (« il doit être indifférent de naître avec telles caractéristiques plutôt que telles autres ») ;
  • les inégalités sont justifiées lorsqu’elles permettent d’améliorer la situation des plus désavantagés. Ce principe justifie les aides accordées aux plus pauvres, mais aussi certains écarts de salaires.

Ainsi, la justice sociale apparaît comme essentielle pour atteindre une société égalitaire.

 

 

En conclusion la lutte contre les inégalités a donné naissance à des conceptions de l’égalité qui passent nécessairement par la justice sociale.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

SES

Partis politiques et mobilisation électorale- Première- SES

SES

La fonction de production et l'accumulation des facteurs de production

SES

Le progrès technique et l'amélioration des facteurs de production

SES

Les causes de la spécialisation internationale

SES

Les conséquences de la spécialisation internationale

SES

Les stratégies des firmes multinationales et leurs effets sur les pays

SES

L'internationalisation de la chaîne de valeur

SES

Avantages et inconvénients de la mondialisation

SES

Les différentes définitions et la mesure de l'emploi et du chômage

SES

Les causes du chômage structurel