Les différentes définitions et la mesure de l'emploi et du chômage - Maxicours

Les différentes définitions et la mesure de l'emploi et du chômage

Objectifs
  • Savoir définir le chômage, le sous-emploi et l’emploi.
  • Savoir distinguer les différents types de chômage.
  • Savoir distinguer les différents types d’emploi.
Points clés
  • L’emploi regroupe les personnes actives occupées.
  • Le chômage regroupe l’ensemble des personnes sans emploi mais recherchant activement un emploi.
  • La population active regroupe l’ensemble de la population active occupée (l’emploi) et inoccupée (le chômage).
Pour bien comprendre

Le travail est considéré comme un facteur de production et une ressource à optimiser.

1. L’emploi
a. Les différentes définitions de l’emploi
On appelle population active l’ensemble des personnes ayant ou cherchant un emploi déclaré et rémunéré.

Dans la population active, on distingue donc les actifs occupés et les chômeurs. Une personne est considérée en emploi si elle a effectué au moins une heure de travail rémunéré au cours de la semaine de référence ou si elle a gardé un lien formel avec son emploi (congés annuels, maladie, maternité, etc.). Cette définition de l’emploi est large : elle inclut des personnes occupées à temps très partiel ou sur des contrats très courts.

Ainsi, l’emploi regroupe l’ensemble des personnes actives occupés, c’est-à-dire qui ont une activité rémunérée.

b. Les différents types d’emploi

Cependant l’emploi peut prendre deux formes.

D'une part, l’emploi typique qui regroupe les personnes qui :

  • travaillent à temps plein ;
  • ont un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) ;
  • ont une protection garantie par les cotisations et le convention collective (Sécurité Sociale, retraite, …).

Dans les sociétés contemporaines, l'emploi typique est une forme institutionnalisée du travail. Il apporte au travailleur une garantie de ressources matérielles, mais aussi symboliques :

  • un revenu stable (le salaire) ;
  • une certaine position sociale reconnue par la société ;
  • un protection sociale.

À partir de la fin du XIXe siècle, on observe la montée du salariat dans les sociétés occidentales, et le statut de salarié devient la situation de référence dans la société.

Le salariat représente l'ensemble des salariés et un mode d'organisation du travail dans une société où la situation de salarié est définie comme situation de référence.

D'autre part, l'emploi atypique regroupe les personnes qui ont une emploi mais :

  • à durée déterminée (Contrat à Durée Déterminée, Intérimaire, etc.) ;
  • sans protection sociale : les indépendants.

Ce type d’emploi est qualifié de précaire car il ne garantit pas une revenu stable et une protection contre les risques sociaux.

La précarité est l'absence d'une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et aux familles d'assumer leurs responsabilités élémentaires et de jouir de leurs droits fondamentaux.

L'insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue et avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives.

Ainsi, l’emploi typique garantit aux individus de satisfaire leur besoin à long terme et une protection sociale. À l’inverse, les emplois atypiques mettent les individus dans une certaine incertitude économique et sociale pouvant mener au chômage.

c. La mesure de l’emploi

La population active regroupe les actifs occupés et inoccupés.

Le taux d'activité = le nombre d'actifs (actifs occupés et chômeurs) / Population en âge de travailler x 100.

Actuellement le taux d’activité en France s’élève à environ 56 %. La population active occupée est égale à l’emploi global.

Le taux d’emploi = Population active occupée/Population active en France x 100

Actuellement le taux d’emploi en France s’élève à environ 65 %.

2. Le chômage
a. Les différentes définitions du chômage

L’INSEE a adopté la définition du chômage et de l’emploi du Bureau international du Travail (BIT). Ces définitions sont appliquées par les instituts statistiques de la plupart des pays du monde et en particulier ceux de l’Union européenne. Une personne est considérée comme chômeur si elle remplit simultanément les critères suivants :

  • avoir 15 ans ou plus ;
  • être sans emploi au cours d’une semaine précise, dite « semaine de référence » ;
  • avoir effectué, au cours des quatre dernières semaines, une démarche active de recherche d’emploi ;
  • être disponible pour travailler dans les deux semaines à venir.

Pour calculer le nombre de chômeurs, l’INSEE s’appuie sur l’enquête emploi réalisée directement auprès de la population mais aussi des demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) dont la liste est publiée par le pôle emploi (qui aide les chômeurs à retrouver un emploi et leur verse dans certains cas une allocation).

Les deux chiffres peuvent donc être sensiblement différents car par exemple pour l’INSEE, être inscrit sur les listes du pôle emploi ne justifie plus forcément de rechercher activement un emploi. Il faut avoir fait des démarches comme rencontrer un conseiller, envoyer des demandes d’emploi, etc. Un chômeur est donc un actif inoccupé car il recherche activement un emploi mais n’en occupe pas un. Ainsi, les chômeurs sont donc des actifs. Parmi les inactifs, c'est-à-dire les personnes ne travaillant pas et ne cherchant pas un emploi, on retrouvera donc les personnes au foyer, sans activité professionnelle mais aussi les étudiants et les retraités.

b. Les différents types de chômage

Il existe une halo autour du chômage qui regroupe les personnes sans emploi qui ne sont pas considérées comme chômeurs au sens du BIT, mais dont la situation s’en rapproche. Ces personnes déclarent souhaiter travailler ou rechercher un emploi, mais elles :

  • ne sont pas disponibles dans les quinze jours pour occuper un emploi ;
  • n’ont pas fait de démarche active de recherche d’emploi au cours des quatre dernières semaines.
Exemple : Les femmes qui souhaitent retrouver un emploi suite à un congé maternité et n’arrive pas à trouver de solution de garde d’enfants.

En 2019, le nombre de personnes dans cette situation hybride entre emploi et chômage s’élève à 1,7 millions.

Le sous-emploi regroupe les personnes qui ont un emploi et qui travaillent involontairement moins que ce qu’elles souhaitent :

  • personnes travaillant à « temps partiel subi » ;
  • personnes à temps complet ou partiel involontairement.

On les comptabilise dans le chômage car elles recherchent un emploi stable.

Une autre formes de chômage très présent en France est le chômage de masse.

Le chômage de masse est un chômage qui touche une grande partie de la population active par opposition au chômage d’exception.

De plus, l'analyse socio-économique fait souvent une distinction entre les différents types de chômages, selon le facteur que l'on considère comme déterminant pour expliquer qu'un individu ne trouve pas d'emploi.

Le chômage structurel est lié aux déséquilibres des structures socio-économiques comme les déséquilibres démographiques, le déclin d'activités traditionnelles, le changement dans la structure des emplois et l'inadéquation entre la formation et les attentes des employeurs, etc.

Exemple : Le taux de chômage de la France n’est pas descendu en dessous des 7 % depuis les années 1980, ce qui en fait un chômage à long terme à cause de la mauvaise structure de l'emploi.

Le chômage conjoncturel résulte d'un ralentissement de l'activité économique.

Exemple : Le nombre de chômeurs a augmenté pendant la crise de 2008 à cause de la récession.

Le chômage technologique est dû à la mise en place de nouveaux procédés de production qui économisent de la main-d'œuvre.

Exemple : Le remplacement des caissières par des caisses automatiques a conduit au chômage technologique pour certains d’entre elles.

Le chômage technique est une inactivité forcée dans l'entreprise en raison de circonstances particulières et indépendantes de l'entreprise.

Exemple : Pendant l’épidémie du COV-ID 19, 5 millions de français ont été mis en chômage partiel du fait de la fermeture des entreprises pour respecter le confinement.

Le chômage partiel est une inactivité forcée et décidée par l'entreprise pour réduire la production lorsque la conjoncture est défavorable.

Exemple : Baisse du temps de travail des salariés en raison d’un ralentissement de l’activité pour éviter les suppressions d’emplois.
c. La mesure du chômage

Ainsi, le chômage est une donnée complexe dans sa définition comme dans sa mesure.

Les chômeurs étant la population active inoccupée, on calcule le taux chômage comme suit :

Taux de chômage = Nombre de chômeurs/Population active X 100

Actuellement, selon l’INSEE, le taux de chômage en France s’élève environ à 8 %.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité