Le partage des ressources océaniques - Maxicours

Le partage des ressources océaniques

Les océans couvrent 70 % de la Terre. Pour les évoquer, on parle souvent de l'Océan mondial. Il est source d'innombrables bienfaits pour l'homme et pour l'écosystème terrestre tout entier.

Comment l'homme peut-il faire pour gérer durablement ses ressources si précieuses ?
1. L'océan mondial, source de vie
a. L'océan, source de mutliples richesses
L'Océan est vraiment une source de vie. Le plancton, par exemple, qui est à la base de la chaîne alimentaire marine, produit les 2/3 du dioxygène de l'atmosphère, ce qui signifie que, grâce à lui, l'Océan est le plus gros producteur d'oxygène que nous ayons. Il est au cœur du dispositif écologique de notre planète. Son rôle est donc capital pour l'avenir des hommes.

L'Océan est également une source de richesse :
- Pêche et aquaculture (élevage dans des fermes aquacoles d'espèces marines) forment les ressources halieutiques de l'Océan, c'est-à-dire les ressources vivantes aquatiques. L'aquaculture connaît une forte expansion depuis une vingtaine d'années.

Doc. 1. Pêcheur en Birmanie

- On trouve également des hydrocarbures, des diamants, du sel, des métaux précieux, des graviers, du sable au fond des océans. Ce sont les hydrocarbures qui sont le plus largement exploités, car la raréfaction de ces ressources énergétiques que sont le pétrole et le gaz en font les principales sources de richesse de l'océan.
b. Des ressources indispensables à l'homme
• Sur le plan nutritif
Les ressources halieutiques assurent une part essentielle de l'alimentation humaine. Les régions du globe les plus consommatrices de produits issus de la mer sont l'Amérique du Nord, l'Europe, l'Asie de l'Est et du Sud-Est, ainsi que l'Océanie et le Japon. Mais ce sont les pays en développement qui ont le plus besoin de cette nourriture gratuite venue de l'océan. En effet, dans ces pays, le poisson représente une part bien supérieure à la viande dans l'apport en protéines.

• Sur le plan économique
L'océan assure 40 millions d'emplois dans le monde. Bien des pays pauvres vivent des exportations de poissons, de coquillages et de crustacés.

 
 Doc. 2. Enfant pêcheur, Madagascar

c. Les ZEE
Les États possèdent chacun une ZEE (Zone économique exclusive). La France possède la deuxième ZEE du monde. Une ZEE est un espace maritime exclusif qui s'étend sur 188 miles nautiques au-delà des eaux territoriales dans lequel chaque État riverain exerce des droits spécifiques en matière de pêche et d'exploitation des fonds marins.
2. Un trop grand succès
a. L'Océan, menacé par la surpêche
Depuis 60 ans, la pêche a connu une forte croissance. Elle s'est industrialisée. Les filets sont devenus plus grands et la congélation à bord des bateaux permet maintenant de pêcher en pleine mer plusieurs jours de suite. La taille des navires de pêche n'a pas cessé d'augmenter. Pourtant, cette croissance de taille et de capacité ne s'est pas traduite par une augmentation des prises. Bien au contraire. Les quantités de pêches sont passées de plus de 6 millions de tonnes par an à seulement 2 millions.

• Conséquence de la surpêche
Les espèces animales et végétales diminuent quantitativement et même disparaissent pour certaines. 75 % des stocks de poissons sont surexploités. Les stocks de thon rouge, de harengs et de morues sont en forte diminution. L'avenir des ressources vivant dans l'océan est compromis. Cette baisse des stocks à l'échelle mondiale affectera en premier lieu les populations des pays en développement qui ont besoin de cet apport en protéines.

Doc. 3. Pêche intensive de thon rouge au Japon
b. L'Océan, victime du réchauffement climatique
L'Océan est, comme la Terre, touché par le réchauffement climatique, parfois sur plusieurs milliers de mètres de profondeur. Pourtant, c'est lui qui absorbe 80 % de l'excès du CO2 produit par les activités humaines.

Les conséquences pour l'humanité de ce réchauffement des eaux océanes concernent avant tout les ressources marines : le déplacement des stocks de poissons, déjà affaiblis par la pêche industrielle, va s'accentuer. Ceux qui ne pourront pas s'adapter ou migrer disparaîtront. Ce qui signifiera la diminution d'une ressource vitale pour l'homme (vitale d'un point de vue alimentaire et économique).

Le réchauffement climatique entraîne également l'acidification des océans. Ce phénomène frappe surtout les coraux, qui constituent des écosystèmes dont des milliers d'espèces dépendent. Les coraux ont une importance fondamentale pour la pêche, pour le tourisme et pour la défense de l'homme contre les vagues et les tsunamis.
c. Une source de rivalités entre États
S'il contient des ressources naturelles stratégiques, certains espaces maritimes peuvent être des sources de tensions entre plusieurs États qui souhaiteraient se les approprier. L'océan glacial arctique, par exemple, est un espace très convoité par les pays qui le bordent: Russie, Norvège, Danemark, Canada et USA aimeraient y acquérir des territoires pour pouvoir y exploiter les ressources sous-marines en hydrocarbures qui s'y trouvent enfouies.
Les chercheurs aimeraient que l'Arctique bénéficie, comme l'Antarctique, d'un statut protecteur (l'exploitation d'hydrocarbures va à l'encontre de la lutte contre le réchauffement climatique et s'accompagne de risques majeurs pour l'environnement).
3. Gérer et partager de façon durable les ressources océaniques
a. Une rivalité en partie régulée par le droit international
Les espaces océaniques ne peuvent pas être des espaces de non droit où chacun continue de n'en faire qu'à sa tête. En 2006, de nombreux États ont signé et ratifié une Convention sur le droit de la mer qui est une règlementation internationale qui définit les limites territoriales maritimes de chacun, régule l'exploitation des ressources et établit un cadre pour la prévention des accidents et des pollutions. Mais les moyens de surveillance manquent et ne peuvent empêcher la pêche illégale.

À l'échelle régionale, des quotas de pêche ont été institués pour préserver les espèces en voie de disparition. L'Union Européenne fixe chaque année des quotas de capture pour chaque espèce de poisson et pour chaque État membre. Lorsque ces quotas ont été atteints, les pêcheurs doivent cesser de capturer les espèces concernées. Ces quotas sont vivement contestés par les pêcheurs qui manifestent régulièrement pour manifester leur désespoir et leur colère.
b. Faire des choix de consommation responsables
En France, chaque année, nous consommons 2 millions de tonnes de produits de la mer. Pour être des consommateurs responsables, nous pouvons choisir ces produits en fonction des stocks disponibles.
c. La solution de l'aquaculture
L'aquaculture apparaît aux yeux de certains comme l'activité qui pourrait permettre d'éviter la surexploitation des océans.  Mais la plupart des fermes aquacoles sont des menaces pour l'environnement : densités de plusieurs centaines d'animaux au km2, nourriture à base d'OGM contenant des antibiotiques, etc.
L'essentiel
L'océan, est une ressource plus que généreuse pour l'homme. Il est notre principal fournisseur d'oxygène, ses ressources halieutiques nous nourrissent depuis des milliers d'années et ses profondeurs abritent des richesses minérales que l'homme rêve d'exploiter. Pourtant, la combinaison de la surpêche, du réchauffement climatique et de la pollution en provenance de la terre pourrait, à plus ou moins brève échéance, transformer les océans en déserts, dont les seuls habitants seraient des colonies de méduses.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.