La pêche au thon rouge dans l'Atlantique Nord - Maxicours

La pêche au thon rouge dans l'Atlantique Nord

On pêche le thon rouge depuis l'Antiquité. Les techniques de pêche ont, certes, évolué au fil des siècles, mais des générations et des générations se sont nourries de thon rouge. Une tradition culinaire et culturelle qui risque de disparaître. En effet, l'homme a longtemps cru qu'il vivait dans un monde dont les ressources en thon rouge étaient infinies. Aujourd'hui, on sait que ces ressources ont leurs limites et que l'avenir de ce poisson est largement menacé.

De quels moyens disposent-on pour faire en sorte que la pression de la surpêche sur les thons rouges diminue suffisamment pour assurer la survie de l'espèce ?
1. Un poisson en voie de disparition
a. Le thon rouge, un trésor commun à 21 pays
Le thon rouge est un poisson migrateur de l'océan Atlantique, de grande taille (il peut atteindre 3 mètres et peser jusqu'à 700 kg), qui part se reproduire dans les eaux chaudes de la Méditerranée. L'homme le pêche depuis des milliers d'années car c'est un poisson recherché pour la qualité de sa chair.
Doc. 1. Thon rouge en Méditerranée
Depuis la fin du 20e siècle, des fermes d'engraissage de thons ont connu un développement rapide. Capturés vivants, ils sont remorqués en cages flottantes jusqu'à des cages installées près des côtes de certains États. Ils sont alimentés par de petits poissons et engraissent en captivité, jusqu'à ce qu'ils atteignent une qualité de chair conforme aux attentes des importateurs japonais. On comptait 2 000 fermes d'engraissage en 1997, et en 2010, leur nombre était supérieur à 34 000.
 
Sources d'enrichissement économique, ces fermes d'engraissage causent bien des inquiétudes du point de vue écologique. Les poissons, capturés la plupart du temps très jeunes, n'ont pas encore eu le temps de se reproduire à l'état sauvage (et donc de participer à la reconstitution des effectifs de l'espèce).
b. Le poisson le plus rentable et le plus cher au monde
Les thons rouges de l'Atlantique et de Méditerranée (mais ce sont les mêmes puisque ces poissons effectuent des migrations) sont les plus pêchés. En 20 ans, leurs réserves ont été divisées par 5. Leurs stocks sont aujourd'hui menacés d'effondrement. 

Jusqu'aux années 1980, le Japon était le pays qui consommait le plus de thon rouge au monde. Depuis, avec l'explosion mondiale de la consommation de sushis et de sashimis en grande quantité, la pression du marché a poussé les armateurs et les pêcheurs de nombreux pays à augmenter les prises.Ce poisson est devenu un produit de luxe et le prix au kilo de sa chair est maintenant très élevé. Mais le Japon reste - et de loin - le principal consommateur.
c. Un poisson surexploité et pêché illégalement
Un organisme, la CICTA (Commission internationale pour la Conservation des thonidés dans l'Atlantique, mise en place par l'ONU), qui compte 41 pays-membres en plus de l'Union européenne, est chargé, chaque année, d'autoriser des quotas de pêche pour chaque pays.

La campagne de pêche du thon rouge débute aux environs du 15 mai et dure un mois environ dans la zone Méditerranée/Atlantique du Nord-Est. Mais les techniques de la pêche moderne font appel à de gigantesques navires industriels (qui utilisent des sonars ultra-sophistiqués pour détecter les bancs de poissons avec une extrême précision). Leurs prises permettent de répondre à la demande croissante des consommateurs, mais dépassent largement la capacité de renouvellement des stocks du thon rouge.

Doc. 2. Pêche intensive du thon rouge

La pêche illégale, constitue l'autre grande menace pesant sur ce qu'il reste des stocks de thon rouge. Elle ne respecte, en effet, aucun quota et les autorités légales ont beaucoup de mal à en venir à bout.
2. Un développement durable pour le thon rouge
Est-il encore possible de reconstituer les stocks de thon rouge et d'empêcher que celui-ci ne disparaisse ? Comment mettre en place une pêche durable ? Dans tous les cas, des mesures strictes sont nécessaires.
a. Le début d'une prise de conscience collective
En 2007, 5 organisations internationales du monde, réunies à Kobe, au Japon, ont adopté le premier plan mondial de protection du thon rouge.

En dépit des pressions du Japon, le 5 février 2010, l'Union européenne et Monaco se sont affirmés favorables à une interdiction internationale du commerce du thon rouge. Mais la CICTA a rejeté leur proposition.
b.  Des pêcheurs angoissés
Si l'avenir du thon rouge est menacé par la surpêche, que dire de celui des pêcheurs qui se sont spécialisés dans cette espèce ? Ils clament régulièrement leur colère et leur angoisse, se demandant comment ils vont pouvoir continuer à vivre si les quotas de pêche du thon continuent de diminuer ou si, comme le souhaitait la CICTA, le commerce de ce poisson devenait un jour interdit ?
c. L'investissement des associations et des citoyens
Certaines ONG, comme Greenpeace et le WWF, luttent également pour la protection du thon rouge en contrôlant les navires soupçonnés de captures illégales. Elles demandent un quota de captures fixé à 15 000 tonnes (niveau au-delà duquel le renouvellement des stocks, selon elles, ne peut plus être assuré) ainsi qu'une réduction de leur taille minimale.
Enfin, elles dénoncent les fermes d'engraissage qui font travailler des milliers de personnes, mais menacent les écosystèmes marins.

Certains consommateurs boycottent le thon rouge en décidant de ne plus en acheter.

Enfin, certains restaurants, en France, affichent cet autocollant sur leur devanture : « Le thon rouge est une espèce en voie de disparition. Cet établissement s'engage à ne plus en servir.»
L'essentiel
L'homme a longtemps cru qu'il vivait dans un monde dont les ressources en thon rouge étaient infinies. le Japon en a toujours consommé d'énormes quantités. Aujourd'hui, on sait que ces ressources ont leurs limites et que l'avenir de ce poisson est largement menacé par la surpêche illégale.

Tous les ans, la CICTA impose des quotas de pêche aux pays-membres, mais ces quotas sont dépassés de 40 % environ par des pêcheurs et des armateurs sans scrupules. Les stocks de thon rouge ont diminué de 80 % en 30 ans et ce poisson est maintenant en voie de disparition. Des associations comme Greenpeace luttent contre les pêcheurs qui ne respectent pas les quotas.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.