La Réforme - Cours d'Histoire 5eme avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La Réforme

Comment est née l'Église protestante ?
1. Une Église catholique de plus en plus critiquée
a. Qui sont ceux qui protestent ?
Depuis le début du 16e siècle, des hommes critiquent de plus en plus ouvertement l'Église. Ces hommes qui sont pour la plupart des Humanistes veulent voir le monde d'une manière différente, ils refusent l'idée de la soumission complète de l'Homme à Dieu, idée largement répandue au Moyen âge. 

Selon eux, l'Homme est capable de s'améliorer seul, Dieu ne décide pas de tout. Ainsi Erasme, dans L'éloge de la folie (1511), écrit que chaque fidèle doit avoir sa propre Bible et réfléchir à sa manière de croire en Dieu. Il souhaite une pratique plus personnelle de la religion chrétienne.
b. Quels sont les reproches faits à l'Église catholique ?
Aucun humaniste ne remet en cause l'idée de l'existence de Dieu. Mais ils élèvent la voie et protestent, d'où le nom de protestants, contre les abus des hommes d'Église, ceux du pape comme ceux des simples clercs.

Les humanistes reprochent notamment à l'Église de prélever des impôts trop lourds, l'accusent de corruption avec le trafic des indulgences qui consiste pour les fidèles à obtenir, en échange d'un don d'argent à l'Église, le pardon partiel ou total de leurs pêchés. Le pape Léon X couvre de son autorité ce trafic car il lui permet de financer les derniers travaux de Saint-Pierre de Rome.

Ils reprochent au pape son ambition politique. Ils dénoncent le luxe dans lequel vit le haut clergé au mépris du vœu de pauvreté fait par les premiers chrétiens ainsi que l'ignorance du bas clergé qui se contente d'apprendre plus ou moins par cœur la Bible sans rien y comprendre et donc aussi son incapacité à éduquer les fidèles.
2. La révolte de Luther
a. La protestation de Luther
Doc. 1. Martin Luther

Luther, clerc allemand et humaniste pousse la réflexion humaniste très loin, allant jusqu'à dénoncer au début du 16e siècle, les abus de l'Église.

En 1517, il rédige ses idées, au nombre de 95, qu'il affiche, en octobre de la même année, sur la porte d'une église saxonne. Il s'agit de 95 thèses, dans lesquelles, Luther rejette les dogmes majeurs du catholicisme. Selon lui, ce n'est pas l'Église mais Dieu seul qui peut donner accès au paradis. Il y critique doncl'Eglise, dénonce un certain nombre de ses pratiques notamment celui du « trafic des indulgences ».

Le pape ordonne à Luther de revenir sur ses idées, mais il essuie un refus. En 1520, le souverain pontife décide donc de l'excommunier et Luther se réfugie alors en Allemagne.
b. Sa conception de la religion chrétienne
Pour lui, la pratique religieuse ne sert à rien, seule compte la communion entre le fidèle et Dieu. Le culte est très simple : chant et lecture commune de la Bible. Le baptême et l'eucharistie sont les deux seuls sacrements retenus. Les cultes de la Vierge Marie et des saints sont rejetés. 

Les lieux de culte sont des temples dépouillés ornés uniquement de la croix, seul vrai symbole chrétien. Les idées de Luther se répandent vite dans toute l'Allemagne où naît, sous son impulsion, la Réforme protestante. On parle de luthéranisme.
3. L'extension de la Réforme protestante
Grâce à l'imprimerie, les idées de Luther se répandent assez vite en Europe. Calvin, développe une autre forme de protestantisme en Suisse, le calvinisme.
a. Calvin
Doc. 2. Jean Calvin

Jean Calvin est français, il est né à Noyon en Picardie, en 1509. À partir de 1533, il affiche clairement son adhésion aux idées de Luther, et ce d'autant plus facilement qu'à l'époque un courant réformateur s'impose peu à peu auprès du roi François Ier. Mais il doit s'exiler en 1534, comme beaucoup d'autres protestants, après « l'affaire des placards ».

Calvin se réfugie à Bâle, en Suisse où il écrit son œuvre majeure : Institution de la religion chrétienne. Il y expose des idées encore plus rigoureuses que celles de Luther : c'est le calvinisme. En 1541, il se fixe définitivement à Genève dans le but de faire de cette ville une cité modèle, conforme à ses idées.
b. Une forme austère et pessimiste du protestantisme
Calvin reprend la doctrine de Luther mais en allant encore plus loin. Pour lui, la foi seule ne suffit pas à accéder au paradis car l'Homme est incapable de bien faire, il penche naturellement vers le mal. L'Homme est un esclave du péché, il ne peut pas s'empêcher de commettre des fautes. Croire en Dieu n'est donc pas suffisant pour pouvoir obtenir le salut de l'âme.

Calvin pense cependant qu'il y a une possibilité d'accéder au paradis : Dieu choisit qui il veut, c'est-à-dire qu'il réserve à certains croyants l'accès au paradis. Les autres n'ont qu'à persévérer pour que Dieu leur pardonne...
L'essentiel
Les humanistes développent peu à peu une critique du christianisme dénonçant une multitude d'abus du clergé. Ces humanistes protestent, donnant ainsi le nom de protestantisme à leur mouvement et réclament des changements donc une réforme.

Avec ses 95 thèses Luther est le premier humaniste à rompre avec l'Église et à fonder par voix de conséquence, dans la première moitié du 16e siècle, une nouvelle Église chrétienne : l'Église protestante.

Ses idées se diffusent rapidement en Europe et la Réforme protestante qu'il initie en Allemagne gagne d'autres pays d'Europe, notamment la France.

En Suisse, sous la houlette de Jean Calvin, pour qui la foi seule ne suffit pas pour gagner le paradis, la Réforme protestante prend une tournure plus austère.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en géographie grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents