La notion d'empire à travers l'Empire carolingien, l'Empire byzantin et l'Empire musulman- Collège- Histoire - Maxicours

La notion d'empire à travers l'Empire carolingien, l'Empire byzantin et l'Empire musulman

Objectifs
  • Comprendre la notion d'empire.
  • Connaître les ressemblances et les différences entre l'Empire carolingien, l'Empire byzantin et l'Empire musulman.
Points clés
  • La notion d’empire est difficile à définir. C’est ce qu’on appelle un terme polysémique. Un empire peut en effet être :
    • un régime autoritaire dans lequel le pouvoir est détenu par un empereur (c’était par exemple le cas de l’empire de Napoléon Ier) ;
    • un État ou un ensemble d’États soumis à ce type de régime ;
    • un grand ensemble de pays dépendant d’une même autorité, dirigé le plus souvent par un empereur.
  • C’est cette dernière définition qui convient le mieux pour décrire les trois empires de cette leçon.
  • L'Empire carolingien est un empire restauré, l'Empire byzantin un empire hérité et l'Empire musulman un empire créé. Leur unité tient davantage à leurs conquêtes et à leur puissance qu'à des traits communs qu'ils partageraient. Ce sont davantage leurs relations pacifiques ou conflictuelles qui les mettent en relation plutôt qu'une conception du pouvoir.
1. L'unité des trois empires

Chacun des trois empires est organisé autour d’une ou plusieurs capitales. Chacun dirige un vaste empire maintenu (Empire byzantin), restauré (Empire carolingien) ou conquis (Empire musulman).
On peut toutefois distinguer des formes d’organisation différentes.

  • Les Empires carolingien et byzantin sont deux empires chrétiens. Ils défendent tous les deux le christianisme contre d’autres religions (l’islam, notamment lors des Croisades) et convertissent des peuples païens comme les Slaves ou les Saxons. Ce sont deux empires centralisés avec un empereur, ou un roi, à leur tête.
  • L’Empire arabo-musulman est par définition musulman. La croyance en Allah est le ciment qui unit prioritairement les régions conquises et administrées. Les califes sont des chefs politiques mais aussi religieux. Il n’existe aucune distinction entre pouvoir religieux et politique. C’est un point commun entre l’Empire byzantin et l’Empire musulman : le basileus byzantin est aussi chef religieux alors que l’empereur carolingien reconnait l’autorité du pape sur les questions religieuses, voire politiques.
Basileus : roi, en grec. Titre porté par l’empereur byzantin.
2. La diversité des trois empires
a. La diversité religieuse

Les Empires carolingien et byzantin sont, certes, tous les deux chrétiens, mais leurs pratiques religieuses diffèrent de plus en plus. En 1054, les églises orthodoxes de l’empire byzantin et les églises catholiques de l’Occident se séparent. C’est un schisme.

Schisme : Division au sein d'une communauté religieuse.

Au sein de l’Empire musulman, il n’existe pas d’unité religieuse : rapidement, les musulmans se divisent entre ceux qui pensent que le successeur de Mahomet devrait être son beau-père, Abou Bakr, et ceux qui pensent que le successeur de Mahomet devrait être son gendre et cousin, Ali. Les musulmans s’affrontent en 657 à la bataille de Siffin. Les uns se font désormais appeler Sunnites et les autres se font appeler Chiites. Tous croient cependant en Allah et ont pour textes sacrés le Coran, les hadiths et la Sira, rédigés à cette époque.

b. La diversité politique

Les conceptions du pouvoir divergent aussi fortement entre les trois empires.
Dans le cas de l’Empire carolingien, une administration permet de contrôler ces empires. Charlemagne divise son empire en 300 comtés à la tête desquels il place des comtes. Il fait surveiller les comtes par des envoyés, les missi dominici.

L’Empire byzantin repose presque entièrement sur le basileus et sa cour. L’administration des provinces est purement militaire.

Dans l’Empire arabo-musulman, on ne trouve ni roi, ni empereur. Il n’existe pas de pouvoir centralisé mais des dynasties qui règnent sur différentes parties de l’empire :

  • le califat abbasside régnant depuis Bagdad ;
  • le califat fatimide régnant depuis Le Caire sur l’Afrique du Nord ;
  • le califat de Cordoue régnant sur l’Espagne musulmane. 


Enfin, les règles de succession divergent : dans l’Empire byzantin, il n’existe pas de dynasties clairement établies avant le IXe siècle, et donc pas de succession. Dans l’Empire carolingien, en revanche, la succession dynastique est clairement établie. Cependant, il n’existe pas de droit d’ainesse et, de fait, l’empire doit être divisé en trois en 843 par le traité de Verdun. Enfin, dans le monde musulman, il n’existe pas de règles fixes de succession.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent