Lycée   >   Premiere   >   Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques   >   Quelles relations entre les États et les religions dans le monde ?

Quelles relations entre les États et les religions dans le monde ?

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectifs
  • Comprendre qu’il existe différents modes de relation entre l’État et la religion.
  • Comparer des systèmes politiques actuels reposant sur une religion d’État.
  • Comparer des systèmes politiques actuels reposant sur la séparation entre la religion et l'État.
  • Connaitre des exemples d’influence des discours religieux dans les décisions politiques.
Points clés
  • Il existe différents modes de relation entre religion et États dans le monde.
  • Il existe des États reconnaissant une religion officielle.
  • D’autres États établissent une séparation entre les pouvoirs politiques et les religions.
Pour bien comprendre
  • HG G SP (1re) : « Les États-Unis, une fédération d'États ayant des liens plus ou moins forts avec les instances religieuses »
  • HG G SP (1re) : « La religion en Inde : marqueur identitaire et dimension politique »
1. Les États reconnaissant une religion officielle
Une religion officielle est une religion reconnue par l’État et disposant d’un statut légal.
Une religion d’État est une religion officiellement adoptée par l’État dans sa constitution. C’est une forme de religion officielle.

Il existe 46 pays dans le monde ayant une religion d’État.
Il existe des interactions anciennes entre le religieux et le politique qui se manifestent par des liens plus ou moins forts entre les États et la religion.

  • Certains États gardent des liens privilégiés avec une religion pour des raisons culturelles et historiques tout en garantissant la liberté de culte et la liberté de ne pas croire, à ses concitoyens.
Exemple
La religion d’État de l’Angleterre est l’Anglicanisme, depuis la réforme initiée sous le roi Henri VIII en 1534. La séparation avec l’Église catholique est née d’un désaccord entre le monarque et le Pape, qui refusait de lui accorder le divorce. Le monarque d’Angleterre est également le chef de l’Église d’Angleterre. À ce titre, le clergé anglican ne reconnait pas l’autorité du Pape. L’archevêque de Canterbury est le clerc le plus élevé dans la hiérarchie anglicane.
Tout comme le monarque, l’Église ne peut intervenir directement dans les décisions politiques du Royaume-Uni. Le gouvernement et son Premier Ministre n’ont pas de liens avec l’Église.
Cependant, la religion joue un rôle social et se confond avec le rôle cérémoniel du roi ou de la reine d’Angleterre. De même, les membres du clergé peuvent intervenir dans les médias et éventuellement influencer l’opinion publique.
Comme les autres États de l’Union européenne, le Royaume-Uni reconnait une totale liberté de culte à ses sujets.
  • Un État peut reconnaitre la prédominance d’une religion sur d’autres, avec des degrés de tolérance plus ou moins élevés envers les autres religions.
Exemple
Le Maroc qui est une monarchie constitutionnelle. Le roi est considéré comme le « commandeur des croyants », c’est-à-dire le représentant de la religion musulmane sunnite dans le royaume. Il est garant de l’unité de l’État.
Le Maroc compte 33 millions d’habitants, tous officiellement musulmans et environ 5 000 personnes de confession juive. Les liens entre religion et pouvoirs politiques sont traditionnellement forts. Ainsi, des dispositions législatives fondées sur la religion s’imposent aux sujets marocains, qu’ils soient ou non musulmans. C’est notamment perceptible dans le droit de la famille, appelé Moudawana (ou Code du statut personnel marocain).
  • Enfin, dans certains États, pouvoir politique et pouvoir religieux se confondent : le clergé dispose du pouvoir législatif, voire du pouvoir exécutif. Ces régimes sont des théocraties.
Une théocratie est un régime où les clercs jouent un rôle politique important.
Exemple
La république islamique d’Iran.
Depuis la révolution islamique de 1979, l’Iran est dirigé en grande partie par le clergé musulman chiite. On parle de « régime des Mollahs », car le pouvoir politique est inféodé aux décisions des clercs.
2. État, religion et sécularisme : le cas de l’Union européenne

En Europe occidentale, certains États ont gardé des liens avec la religion chrétienne (catholique ou protestante).
Cependant, les Églises n’ont aucun pouvoir de décision dans les affaires publiques et n’ont pas le droit d’influencer le gouvernement.
On appelle cette conception des liens entre État et religion le « sécularisme ».
Cinq pays membres de l’Union européenne reconnaissent une religion d’État : le Danemark, la Finlande, la Grèce (orthodoxie), la Grande-Bretagne (anglicanisme en Angleterre, presbytérianisme en Écosse) et Malte (catholicisme).

3. Les différentes modalités de séparation entre la religion et l’État

De nombreux États n’ont pas de religion officielle. Cela signifie que, d’un point de vue légal, la sphère politique et la sphère religieuse sont séparées.

Un État laïc ne favorise aucune religion au détriment d’une autre.

Cependant, il existe une pluralité de situations et de textes juridiques qui entérinent cette séparation entre la religion et l’État.

  • Il peut y avoir une certaine porosité entre les pouvoirs politiques et les pouvoirs religieux dans un État laïc.
Exemple
Les États-Unis sont un État laïc. Néanmoins, la religion est très présente dans les discours et les actes politiques, contrairement au cas français. Par exemple, la grande majorité des présidents des États-Unis d’Amérique ont prêté serment sur la Bible lors de leur investiture. Ils citent régulièrement Dieu dans leurs discours.
  • D’autres pays instaurent une laïcité plus stricte.
Exemple
En France, la séparation entre la religion et l’État est appliquée strictement. Les signes religieux ostentatoires sont interdits dans l’enceinte des établissements scolaires. De même, il serait impensable qu’un président prête serment sur un texte religieux.
La laïcité « à la française » est un principe constitutionnel qui s’est construit progressivement depuis la Révolution dans un contexte politique et social particulier. Construire un État laïc signifie ne privilégier aucune religion et ainsi ne favoriser aucun citoyen par rapport aux autres en raison de sa confession.
L’État est dans une posture de neutralité vis-à-vis des différentes confessions (ou absence de confession). La laïcité française est donc conçue comme un facteur d’unité nationale.
  • Enfin, certains pays adoptent une position de rejet vis-à-vis des religions dans leur ensemble.
Exemple
Le cas le plus abouti est celui de la Corée du Nord, où le culte de la personnalité du Président tend à remplacer les différentes formes de croyance.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Recevez l'intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés :

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, vous pouvez consulter notre charte.

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Le pape et l'empereur, deux figures de pouvoir : le couronnement de Charlemagne

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Pouvoir politique et magistère religieux : le calife et l'empereur byzantin au IXe-Xe siècle, approche comparée

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La laïcité en Turquie : l'abolition du califat en 1924 par Mustafa Kemal

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

États et religions dans la politique intérieure des États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La religion en Inde : marqueur identitaire et dimension politique

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Des enjeux géopolitiques : l'Inde et le Pakistan

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Le document en histoire

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

L'homme et son territoire

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Qu'est-ce que la politique ?

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

État et territoire

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Les libertés garanties en démocratie

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La notion de représentativité

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La pluralité d'opinion

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

La séparation des pouvoirs

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Des libertés non garanties dans les régimes autoritaires

Histoire-Géographie géopolitique et sciences politiques

Des États à parti unique