Les sociétés face aux risques technologiques - Cours de Géographie Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les sociétés face aux risques technologiques

1. Typologie du risque technologique
La typologie du risque technologique met en valeur l'inégale exposition géographique et technique des sociétés face à l'exploitation et à la transformation des matières premières.
a. Le risque industriel
En théorie, le risque industriel devrait être maximal dans les régions les plus développées de la planète, là où les matières premières sont transformées et redistribuées. Cependant, conséquence d'une mauvaise information en matière de protection de l'environnement et des personnes, les pays les moins développés s'avèrent être dans la pratique les régions les plus exposées. Et si le risque industriel est partie intégrante de l'activité humaine, sa prise en considération économique est fonction de l'IDH (Indicateur de Développement Humain) de chaque État.

Le risque industriel est varié et peut être lié à l'extraction minière (coups de grisou dans les mines, glissements de terrain, effondrements de galeries, etc.), tandis qu'une série de branches industrielles constituent autant de secteurs d'activités sensibles dont les sociétés devront subir soit des conséquences directes (explosion de type Toulouse en 2001, incendie de Feyzin, en France, en 1966, la fuite toxique de Bhopal en Inde en 1984, 37 000 morts) soit des conséquences indirectes (pollution des nappes phréatiques et des cours d'eau altérant la qualité de l'eau potable, pollution atmosphérique plus diffuse de type Seveso en Italie, en 1976, amiante).
Cela signifie que la sensibilité au risque industriel dépend aussi des échelles spatiales retenues : le risque est fonction de l'occupation des sols, de l'aménagement du territoire et de la proximité des populations. 

b. Le risque nucléaire
Ces mêmes remarques sont également valables pour le risque nucléaire. Toutefois, l'échelle de l'exploitation de la filière nucléaire et les enjeux écologiques qui en dépendent isolent le risque nucléaire dans la variété des risques technologiques. Des accidents nucléaires se sont déjà produits : Three Miles Island en 1979 aux États-Unis et surtout Tchernobyl en 1986 en Ukraine ; l'échelle de ces deux événements replace le risque entre l'accident et la catastrophe.
c. Les nouveaux risques technologiques
Les nouveaux risque technologiques mettent en cause les nouveaux moyens de communication comme Internet dont les réseaux sont affectés de virus (Anna Kournikova, I love you). En outre, le piratage informatique (hacking) entre désormais dans la définition du coût des nouveaux produits.

d. Le risque épidémiologique
Le risque épidémiologique concerne tous les risques qui peuvent affecter la santé publique. Cette catégorie est actuellement en plein essor. La mobilité accrue des hommes favorise la diffusion des agents infectieux, le contexte géopolitique a changé depuis la fin de la Guerre froide, ce qui contribue à multiplier l'origine de menaces potentielles.
2. La protection contre le risque technologique
La prise en compte de l'environnement dans la gestion des sociétés entraîne une approche différenciée du risque technologique en fonction de l'IDH.
a. Environnement et aménagement du territoire
Pour des raisons proprement environnementales, patrimoniales et sanitaires, les sociétés industrialisées ont une haute conscience active du risque technologique dont elles tentent de limiter les effets les plus néfastes par :
– la dispersion et l'essaimage géographique des grands groupes industriels ;
– la délocalisation régionale à l'échelle planétaire de sorte que les pays les moins favorisés acquièrent une conscience passive des mêmes risques technologiques.
b. Les responsabilités
Le risque technologique est une donnée fondamentalement économique de toutes les sociétés dans leur appréciation culturelle de la catastrophe ; c'est tout autant un élément pervers de la modernité et de cynisme plus ou moins consenti des sociétés les unes par rapport aux autres. Devant l'installation d'une activité industrielle à risque, les populations sont rarement consultées et d'autant moins que l'IDH est faible... En fait, rentabilité et moindre coût de revient demeurent encore les maîtres-mots de la « gestion » du risque par les États et les principales multinationales.
La réalisation du risque est une catastrophe qui bouleverse plus ou moins durablement écosystèmes et populations humaines.
Quel pays occidental peut se vanter d'ignorer des consignes élémentaires d'entretien et de sécurité au point de risquer la vie de dizaines de milliers de personnes ?
La question est posée tant il vaut mieux ne préjuger de rien en matière de risque technologique et nucléaire...

 

L'essentiel

Si le risque technologique s'accroît théoriquement avec le développement économique, la mondialisation de l'économie tend à le propager sur l'ensemble de la planète ; et si les sociétés occidentales essayent de s'en prémunir, des négligences humaines sont inévitables dans le mesure où le risque technologique est inéluctablement associé à l'activité humaine.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents