Production nucléaire entre risque et survie économique - Cours de Géographie Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Production nucléaire entre risque et survie économique

1. Energie nucléaire et sociétés
S'il produit une énergie électrique comme une autre, la nature de sa production par fission des atomes d'uranium 238 ne fait pas du nucléaire civil une source d'énergie ordinaire.
a. Géographie de l'énergie fissile dans le monde
Dans le monde, environ 450 réacteurs assurent 18 % de la production mondiale d'électricité (78,5 % en France). Mais si le charbon et le pétrole sont des sources d'énergie primaire, le nucléaire est une source d'énergie secondaire qui dépend d'une technique de production aux infrastructures lourdes et onéreuses, de sorte qu'il est exclusivement réservé aux pays les plus riches et à ceux qui en possèdent la finalité militaire héritée de la Guerre froide (Inde/Pakistan et anciennes Républiques soviétiques et satellites). De fait, les pays les moins riches sont exclus de la production nucléaire en dépit des tentatives de maîtrise du nucléaire militaire par certains Etats du Moyen-Orient (Libye, Iraq et Iran).
b. Le risque nucléaire
Les modalités premières et militaires de la production nucléaire sont autant d'enjeux et de dangers potentiels dans la gestion du risque nucléaire. A l'amorce du désarmement nucléaire, la manipulation des anciennes têtes de missiles – et leur essaimage géographique post-soviétique – est un risque technologique majeur. Le nucléaire civil n'est pas à l'abri d'incidents comme à Three Miles Island aux Etats-Unis en 1979 où 165 000 personnes ont dû être évacuées, tandis que 2 000 portaient plainte contre les autorités américaines avant d'être définitivement déboutées en 1996.
2. La catastrophe de Tchernobyl dans la gestion du risque nucléaire
A ce jour, la plus grande catastrophe nucléaire civile s'est produite en Ukraine à Tchernobyl le 26 avril 1986.
a. Une catastrophe écologique
L'explosion d'un réacteur de la centrale est à l'origine d'un nuage radio-actif continu 100 fois plus puissant que ceux issus des explosions militaires d'Hiroshima et de Nagasaki en 1945. A la veille de la glasnost, on ignore le nombre de civils tués ; toutefois près de 800 000 civils et militaires ont été expédiés sur les lieux afin de porter secours aux populations et 50 000 d'entre eux (les « liquidateurs ») ont directement travaillé sur le site de l'explosion afin de le recouvrir d'une chape de béton. Officiellement, 32 personnes sont décédées alors que le taux de cancers de la thyroïde a été multiplié par 200 ! Le nuage radio-actif a contaminé définitivement une région d'un rayon de 30 km autour de la centrale alors que 4 millions de personnes vivent toujours dans des secteurs fortement contaminés. En fait, et à des degrés moindres, toute l'Europe a subi les effets de cette catastrophe dont on mesure peu ou mal les conséquences sanitaires.
b. Gérer l'après-Tchernobyl
Le risque nucléaire est inhérent à la production de ce type d'énergie (retraitement des déchets, rénovation sécurisée des premiers réacteurs). La gestion du risque nucléaire après le 26 avril 1986 insiste sur un certain nombre de problèmes liés à la sécurité des centrales face aux risque tectoniques (vallée du Rhône) et terroristes (renforcement des systèmes d'alerte et de sécurité des installations). Mais gérer l'après-Tchernobyl pose la question de l'exposition passive au risque nucléaire (nuage radio-actif), alors que cette production peut s'avérer vitale pour certains pays qui n'hésitent pas à la poursuivre dans des zones à forte sismicité (Cernavoda, Roumanie) et selon des filières identiques à celles de Tchernobyl (Kozloduy, Bulgarie) dans des conditions de sécurité douteuse et de précarité économique évidente.
Le défi des pays occidentaux est d'offrir des technologies nouvelles et des sources d'énergie alternatives dont la réussite ne peut dépendre que de la volonté des pouvoirs centraux ukrainiens ou bulgares d'accepter de telles mutations.

 

L'essentiel

Depuis le premier choc pétrolier en 1973, la production d'énergie nucléaire propose une alternative aux politiques énergétiques fondées jusque là sur la combustion des énergies fossiles. Toutefois, le nucléaire n'est pas sans poser quelques problèmes liés à la possession et à la maîtrise de la fission nucléaire, domaine longtemps réservé aux seuls militaires.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents