L'inégalité des sociétés face aux risques - Cours de Géographie Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'inégalité des sociétés face aux risques

1. Superposition des inégalités naturelles et économiques des sociétés face aux risques
Par essence, l'exposition aux risques naturels est inégale (« ceinture de feu » du Pacifique) ; leur faible prévention associe parfois risque naturel et risque technologique de sorte que l'inégalité des sociétés face aux risques s'accroît aussi en fonction du développement économique des sociétés.
a. Environnement et aménagement du territoire
Les sociétés occidentales essayent de prévenir les risques naturels comme elles tentent de se prémunir des risques technologiques issus de leur propre développement. En fait, ces sociétés parviennent à modifier considérablement leur environnement de sorte qu'elles génèrent pour partie les nuisances auxquelles elles sont exposées. Ainsi, certaines pratiques de l'aménagement du territoire laissant cohabiter usines à risques, habitations et infrastructures civiles ne sont désormais plus tolérées par les populations dont les partis « verts » se font un écho unanimement repris par l'ensemble des classes politiques. En réalité, c'est tout l'aménagement du territoire qui doit être repensé pour des populations qui ne veulent plus vivre à proximité de l'usine AZF de Toulouse ou d'un tunnel du Mont-Blanc abandonné aux transporteurs routiers. Les sociétés occidentales se donnent les moyens de réfléchir (ferroutage helvétique), tandis que les sociétés des pays en voie de développement supportent et/ou hésitent à envisager de protéger leurs propres patrimoines écologiques dans l'espoir d'une meilleure croissance économique.
b. L'inégale écologie
Certains pays en voie de développement, économiquement exsangues et écologiquement meurtris, essayent de sortir de l'ornière. Ici, la prise en compte de l'environnement, souvent réservée aux élites intellectuelles est une donnée liée au développement économique dans la prévention des risques naturels et technologiques majeurs. L'instabilité politique a souvent raison de cette nouvelle gestion de l'environnement et du territoire : l'Afrique subsaharienne et subsahélienne lutte vainement contre la désertification (« Ligne verte » algérienne ou politique de reboisement du Burkina Fasso de l'ancien régime de Thomas Sankara), tandis que le Bangladesh est toujours soumis aux crues dévastatrices du Gange et du Brahmapoutre.
2. Le risque dans le dialogue Nord/Sud
A l'exception notable des aléas météorologiques et telluriques (qui proviennent de la Terre), les difficultés écologiques des pays en voie de développement sont étroitement liées à la gestion particulariste du risque technologique issu des sociétés occidentales.
a. Délocalisation, délestage et déversement
Non seulement les principaux groupes industriels profitent des moindres coûts de production et s'assurent une rentabilité optimisée en délocalisant des sites d'exploitation industrielle en direction des pays les moins riches mais encore soignent-ils leur image de marque dans les pays occidentaux où ils surveillent au mieux leurs émissions polluantes. Progressivement, les pays en voie de développement accueillent une partie des productions industrielles les plus polluantes de même qu'ils sont le réceptacle des déchets les plus dangereux ; on sait combien est critiquée la politique française de retraitement des déchets nucléaires sur le site de La Hague en Normandie...
Dans le même ordre d'idée, le sommet de Kyoto sur la limitation des gaz à effet de serre a tourné à l'avantage des pays les plus riches et des Etats-Unis avec l'établissement de quotas rapportés au poids économique de chaque pays !
b. Des politiques de prévention disparates
La prévention du risque est inégale selon l'IDH (Indicateur de Développement Humain) d'une société. Elle dépend de la qualité des infrastructures de transports et de diffusion de l'information.
De plus, si les pays occidentaux développent une politique du « risque zéro », ils multiplient parallèlement des législations contraignantes qui dissuadent les acteurs économiques de polluer, tout comme le système de l'assurance aux catastrophes naturelles et anthropiques permet des remboursements plus ou moins rapides. Les populations des pays en voie de développement ne bénéficient pas de tels avantages ; à titre d'exemple, les dégâts causés par le tremblement de terre de Kobe ont été remboursés à hauteur de 70 %, tandis que ceux provoqués par le cyclone Mitch en Amérique centrale n'ont pas dépassé 1 %.
L'essentiel

L'exposition aux risques naturels et technologiques majeurs n'est a priori pas liée à la richesse économique d'une société ; elle est davantage fonction d'un aléa, plus ou moins bien géré, qui laisse alors ressortir l'IDH des pays concernés.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents