La diversité des fonctions et des acteurs dans les villes françaises - Cours de Géographie Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La diversité des fonctions et des acteurs dans les villes françaises

1. L'évolution des fonctions de la ville
a. Les fonctions tertiaires en plein essor
Le secteur tertiaire regroupe l'ensemble des actifs qui produisent un service et non un bien matériel (ni activité de production primaire, ni de transformation des produits). La part des actifs de ce secteur est en augmentation constante et atteint 67 % des actifs (contre 60 % en Allemagne par exemple). Cela traduit les besoins croissants de notre économie, notamment en matière d'encadrement dans les entreprises(conception, recherche fondamentale et appliquée...).

Ces activités sont aujourd'hui très fortement liées à la ville qui leur offre un cadre d'exercice où sont possibles la concentration et l'interconnexion des activités. En France, l'activité tertiaire domine dans la plupart des villes et intéresse autant les centres-villes (tertiaire de commandement, banques, assurances, sièges sociaux, services touristiques...) que les périphéries urbaines (technopôles tels que Sophia-Antipolis).
b. Le retrait partiel des fonctions de production
Les fonctions de production ont quitté les centres-villes et dans bien des cas les villes-centres des agglomérations où des opérations de réhabilitation ou de rénovation modifient les paysages laissés par les friches industrielles. A la désindustrialisation des centres répond, depuis deux décennies, une nouvelle logique d'implantation d'activités secondaires dans des zones industrielles et commerciales situées aux portes de l'agglomération. Ces nouvelles implantations sont responsables de la grande banalisation des paysages à l'entrée des agglomérations. Les entrées dans les villes, les rocades et les contournements autoroutiers servent d'artère principale « alimentant » des zones industrielles qui s'implantent de part et d'autre de ces axes de contournement.
c. Le renouveau d'activité par les hautes technologies et la recherche
Les activités de haute technologie peuvent tout à fait s'implanter dans les centres-villes (ex. : des entreprises telles qu'Alcatel sont implantées dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon) mais la logique qui prévaut est plutôt celle du regroupement de ces entreprises, des laboratoires High Tech sur des technopôles : Rennes-Atalante, Sophia-Antipolis près de Nice, Toulouse, Paris, Lyon, Nancy... toutes les grandes villes françaises se sont dotées d'un technopôle. Les ZALA (Zones d'Activités Liées à un Aéroport) représentent une forme particulière de regroupement mais elles s'inscrivent dans le vaste mouvement d'équipement des périphéries urbaines françaises.
2. Les différents acteurs de l'urbanisation
a. Le rôle de l'Etat
A l'échelle nationale, l'Etat a joué un rôle majeur dans l'impulsion de nouvelles activités ou de nouvelles localisations. Toulouse, par exemple n'est pas une ville de vieille tradition industrielle. Ses fonctions industrielles s'étoffent progressivement en partie en raison de l'incitation de l'Etat à la création d'entreprises aéronautiques et de son soutien à l'industrie (Latécoère puis Airbus).
Définie comme métropole d'équilibre, Toulouse devient ensuite le fer de lance de l'industrie aéronautique et aérospatiale. Dans un cadre plus général, l'Etat prend un certain nombre de mesures dans le cadre de la « politique de la ville » qui s'appuie sur l'échelon local.
b. Les politiques urbaines
Depuis une décennie, les politiques de la ville ont pour objectif de répondre aux urgences de certains quartiers en difficulté. En 1994, 200 contrats de villes intéressent 1 200 quartiers métropolitains. Ils prévoient des actions en faveur de l'amélioration de l'habitat, du développement des services publics, de réduction du chômage et de la délinquance. On leur adjoint 24 programmes d'aménagement concerté du territoire urbain (PACT-urbain) qui, sur la base de mêmes objectifs, sont destinés à régler ces questions pour un ensemble de villes (bassin sidérurgique lorrain, bassin d'Alès...). Les grands projets urbains (12 au total) cherchent à transformer de manière radicale les quartiers les plus en difficulté.

Enfin, à partir de 1996, on définit 700 ZUS (Zones Urbaines Sensibles), 400 ZRU (Zones de Redynamisation Urbaine) et 38 ZFU (Zones Franches Urbaines) où la situation est proche de l'urgence (certains quartiers des banlieues de Lyon, Paris, Marseille, Dreux...) sont concernés. A l'échelle des quartiers, les politiques urbaines qui répondent souvent à l'urgence et les initiatives sont souvent le fait d'associations plus ou moins soutenues par les pouvoirs publics.

L'essentiel
Les fonctions urbaines ont évolué au cours du XXe siècle. Principalement industrielles, les villes ont renforcé leur pouvoir de commandement et leur influence décisionnelle grâce à l'activité tertiaire. Ces compétences renouvelées marquent l'espace urbain central. Toutefois, les villes françaises sont également fortes de leurs périphéries qui, bien que composites, assurent à la ville compétence, compétitivité, inventivité à travers la création de pôles technologiques et universitaires performants (cf. Toulouse).
Toutefois, la ville se trouve confrontée à certains problèmes qui ont pour effet de créer des ségrégations socio-spatiales, à l'origine de violences urbaines (entre autres). Les politiques urbaines, locales et nationales, tentent de trouver des solutions à une situation qui prend parfois des formes explosives.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents