La fable - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Objectif : connaître la fable et savoir l'analyser.
Le mot « fable » vient du latin fabula, qui signifie « propos », « récit ». Il désigne un récit de fiction destiné à illustrer un précepte moral.
1. Les caractéristiques de la fable
a. Vers ou prose ?
Telle qu'elle est habituellement définie, la fable peut être écrite indifféremment en vers ou en prose. Les fables les plus célèbres de la littérature française, celles de Jean de La Fontaine (1621-1695) au XVIIe siècle, sont cependant écrites en vers. C'est pourquoi on considère souvent la fable comme une catégorie particulière du genre poétique.
b. Récit et morale
La fable se compose généralement d'un court récit, dans lequel interviennent un narrateur et un ou plusieurs personnages fictifs dont les paroles sont rapportées ; et d'une morale (ou moralité) qui correspond au commentaire que fait le fabuliste à propos de l'histoire racontée.

La place de la morale n'est pas fixe. Elle figure parfois au début de la fable, avant le récit. Par exemple, la fable de La Fontaine « Le Loup et l'Agneau » commence ainsi :

« La raison du plus fort est toujours la meilleure :
   Nous l'allons montrer tout à l'heure. »

Elle peut aussi conclure le texte. Ainsi, dans « La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf », les derniers vers sont consacrés à l'expression de la morale :

« Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.
   Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
   Tout petit prince a des ambassadeurs,
   Tout marquis veut avoir des pages. »

La morale n'est pas toujours exprimée, elle reste parfois implicite. C'est alors au lecteur de déduire l'enseignement de la fable. Il en est ainsi dans « La Cigale et la Fourmi », qui enseigne implicitement qu'il vaut mieux être économe et prévoyant si l'on ne veut pas être à la merci des autres.

c. Critique ponctuelle et vérité générale
La fable peut exprimer une critique ponctuelle, datée, dirigée contre quelqu'un de précis. Certaines fables de La Fontaine, célèbres pour leur valeur satirique, s'attaquent ainsi sans les nommer aux représentants du pouvoir contemporains du fabuliste.

Elle peut transmettre une vérité générale, valable indépendamment du contexte historique. La moralité prend alors la forme d'une maxime. Elle est exprimée au présent qui possède dans ce cas une valeur intemporelle, comme dans « Le Loup et l'Agneau » :

« La raison du plus fort est toujours la meilleure. »
2. Comment étudier une fable ?
a. Le contexte comme outil d'interprétation
Certaines fables sont des textes à clés. Pour en comprendre toute la portée, il faut pouvoir identifier tel ou tel personnage fictif comme le représentant d'une personne réelle (homme politique, écrivain rival de l'auteur, etc.), contemporaine de l'auteur. D'éventuelles allusions à des événements d'actualité (actualité politique, culturelle, etc.) doivent également être décodées pour une bonne compréhension du texte.

Le recours à des animaux plutôt qu'à des personnages humains dans les Fables (1668, 1678 et 1694) de La Fontaine sert souvent à masquer les attaques de l'auteur. Le roi peut être par exemple symbolisé par un lion, auquel se rattachent la sagesse et le pouvoir mais aussi l'orgueil. Il est donc important de noter le fort caractère symbolique des personnages de fables.
Dans ces conditions, le paratexte est d'une aide précieuse pour comprendre la signification cachée du texte.

b. La dimension poétique du texte
Il faut veiller à tenir compte de la dimension poétique du texte, ce qui vaut aussi bien pour les fables non versifiées que pour les fables en vers.
Pour analyser ces dernières, on utilise les outils permettant habituellement d'étudier un texte poétique : sonorités, rimes, rythmes des vers ou encore disposition en strophes.

Par exemple, dans la célèbre fable de La Fontaine « La Cigale et la Fourmi », la rime prêteuse/emprunteuse (vers 15 et 18) situe les deux personnages dans un rapport marchand et confère à leur conversation le caractère d'une négociation commerciale.
Dans les fables en vers comme dans celles en prose, il faut bien sûr étudier tous les procédés d'écriture qui pourront se révéler intéressants pour expliquer le texte.

c. Le rapport entre l'histoire et la moralité
La place de la moralité dans la fable (position initiale ou finale) et son caractère implicite ou explicite peuvent constituer un élément d'interprétation du texte.
L'étude du rapport entre l'histoire et la moralité peut soulever des questions qui permettent d'éclairer le sens de la fable :
– la morale découle-t-elle logiquement du récit ?
– l'histoire racontée présente-t-elle un intérêt en elle-même ou bien sert-elle de prétexte à l'exposé d'un précepte moral ?
– l'un des personnages peut-il être considéré comme le porte-parole de l'auteur ?
– le fabuliste tourne-t-il en dérision les propos de tous ses personnages ?
L'essentiel

La fable est un texte en vers ou en prose qui contient un récit et une moralité (parfois implicite).
Pour bien comprendre certaines fables, il faut parfois posséder des connaissances sur le contexte dans lequel elles ont été écrites.
Dans toutes les fables, l'analyse du rapport entre l'histoire et la moralité est riche de significations.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents