Alliances stratégiques - Maxicours

Alliances stratégiques

Objectif

Comprendre les enjeux des alliances stratégiques.

Points clés
  • Les organisations n’agissent pas seules et elles peuvent tisser des relations fortes que l’on nomme alliance stratégique.
  • Dans le cadre de l’écosystème d’affaires ou d’innovation, le fonctionnement en réseau est propice à la conclusion d’accord de partenariat complémentaire ou conjoint.
  • Une alliance stratégique permet de bénéficier des compétences d’un partenaire et de créer une intelligence collective. Un des principaux risques correspond à la prise de pouvoir d’une des deux entreprises sur l’autre. Dans le cadre d’une alliance asymétrique, ce risque est plus élevé.
  • On distingue deux grands types d’alliance stratégique :
    • l'alliance de complémentarité : les partenaires sont sur un même secteur, mais ont des activités qui se complètent et ont donc un intérêt à travailler ensemble ;
    • l'alliance additive : les partenaires peuvent alors choisir de produire un nouveau bien ensemble ou un élément commun à leurs produits, mais en gardant chacun leur propre offre.
Pour bien comprendre
  • Alliance stratégique, alliance additive, alliance complémentaire
  • Open innovation, innovation ouverte
1. Les facteurs déterminants aux alliances stratégiques
a. Définition
Alliance stratégique : accord de partenariat entre plusieurs organisations par une mise en commun des ressources sans qu’il y ait prise de contrôle.

Les alliances stratégiques ne correspondent pas à des rachats d’entreprises, mais à des mises en commun de tout ou d'une partie des ressources. Les entreprises peuvent être concurrentes ou avoir des activités complémentaires. Les écosystèmes, consistant en une mise en relation des parties prenantes entre elles, constituent un cadre propice à ces alliances stratégiques.
Les entreprises sont juridiquement indépendantes. L’écosystème d’affaires se matérialise par la mise en commun de ressources et la mise en place d’une stratégie collective. Il s’agit d’une alliance stratégique, mais de plus grande envergure à l'échelle d’un territoire, d’une filière.

b. Pourquoi établir une alliance stratégique ?

Les alliances stratégiques peuvent avoir plusieurs motivations. La première consiste à mettre en place un modèle dit d’innovation ouverte, ou open innovation. Ce concept consiste pour deux entreprises à exploiter une innovation en commun, parce qu’elles l’ont créée ensemble, ou parce que l’une d’entre elles possèdent des compétences pour l’exploiter que l'autre n’a pas.

Exemples
Certaines grandes entreprises comme ENGIE mettent en place ce modèle d’open innovation en finançant des start-up pour permettre de bénéficier à terme de leur expertise, agilité et capacité d’innovation. ENGIE apporte, quant à elle, une capacité de financement, un réseau, des ressources matérielles, etc. Certaines start-up ne pourraient pas poursuivre leur activité de recherche sans l'aide de ces entreprises leaders.

Une autre motivation forte à la formation d’alliance stratégique correspond à la maitrise de la dépendance aux ressources. Ainsi, les alliés vont mettre en commun ou échanger ces ressources permettant ainsi de gagner en compétitivité et en efficacité tout en économisant sur les couts d’acquisition de ces actifs stratégiques. Ceci évite par exemple l’externalisation et ses risques. Lorsque l’alliance stratégique remplace l'externalisation, les couts de maitrise d’une ressource sont remplacés par des couts de coordination.

2. Les types d’alliances stratégiques
a. Les alliances stratégiques symétriques et asymétriques

L’alliance stratégique est dite symétrique lorsque les partenaires apportent des ressources tangibles et/ou intangibles de même nature et de même valeur. On peut citer par exemple l’apport commun de compétences dans la recherche et le développement, la production ou la distribution. Le contrôle de l’alliance se fait par ajustement mutuel.

Les alliances sont dites asymétriques lorsque les ressources apportées n’ont pas le même poids, la même valeur ou la même importance. Par exemple, les entreprises peuvent être de taille inégale et l’une aura alors un pouvoir de négociation plus important. Les risques sont alors plus élevés.

b. Les alliances additives

Les alliances additives sont des alliances symétriques. Les alliés font des contributions similaires en termes de ressources. Il existe deux possibilités pour l’alliance additive :

  • production d’un bien commun ;
  • production d’un composant commun, mais maintien d’une offre distincte.

Lorsque les entreprises partenaires apportent des ressources de même nature pour produire un bien ou un service commun, le produit commun est une partie de l’offre des deux partenaires.
Lorsque les entreprises mettent en commun leurs ressources pour aboutir à une offre qui leur est propre, elles bénéficient des innovations communes, mais gardent leur stratégie de différenciation. Le but de cette alliance est de bénéficier d’un pouvoir de négociation plus élevé sur le marché et donc d’économies d’échelle. Elles maintiennent une concurrence frontale et peuvent rester concurrentes. Ces alliances se matérialisent notamment par des accords de recherche et développement conjoints ou encore la coproduction de composants d’un produit. Elles sont nombreuses sur les écosystèmes d’innovation.

Exemples
  • Renault, Nissan et Mitsubishi ont une alliance stratégique. Les entreprises ne sont pas fusionnées. Toutefois, ces entreprises travaillent en commun pour bénéficier d’effet d'échelle et des avancées technologiques liées notamment au moteur électrique. Elles gardent leurs propres produits, mais ont en commun la recherche et le développement.
  • Airbus Helicopters et IAR, leader roumain de l'aéronautique, ont décidé d'étendre leur alliance stratégique exclusive sur leur produit commun : l’hélicoptère de type H215M.
c. Les alliances de complémentarité

Les alliances complémentaires sont des coopérations où chaque allié apporte des ressources différentes. Les entreprises mobilisent des ressources de nature différente, mais complémentaires.

Exemple
Une entreprise apporte son savoir-faire en termes de recherche et développement et une autre son savoir-faire en termes de marketing et de distribution. On retrouve ces alliances complémentaires dans les écosystèmes d’innovation où les entreprises leader bénéficient d’un réseau de distribution important et peuvent en faire bénéficier leurs partenaires, qui eux ont pu créer une innovation.

Les alliés sont généralement sur des secteurs d’activité proches, mais ont chacun un positionnement différent par stratégie de différenciation, ce qui leur permet de coexister dans l’alliance sans pour autant souffrir d’une concurrence directe.
Les entreprises se tournent vers des alliances complémentaires pour étendre leur champ d’action géographique en combinant des actifs complémentaires. Les accords de distribution font partie de ces alliances stratégiques dites complémentaires. Le distributeur étend sa gamme tandis que le producteur bénéficie du réseau de distribution étendu de son allié. L’un gagne en profondeur de gamme tandis que l’autre gagne en champs d’action géographiques et en accès à une clientèle plus large.

Les alliances complémentaires offrent ainsi la possibilité à chaque partenaire d'étendre son activité, l'un par extension de gamme, l'autre par expansion géographique.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Management sciences de gestion et numérique

Les ressources tangibles et intangibles

Management sciences de gestion et numérique

Le grand oral en STMG

Management sciences de gestion et numérique

L'épreuve d'ETLV

Management sciences de gestion et numérique

Les enjeux de la sécurité numérique

Management sciences de gestion et numérique

Au programme !

Management sciences de gestion et numérique

Diagramme de flux

Management sciences de gestion et numérique

Les innovations de produits

Management sciences de gestion et numérique

L'étude de marché

Management sciences de gestion et numérique

Le financement des organisations

Management sciences de gestion et numérique

La gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC)

Management sciences de gestion et numérique

Les nouvelles formes de relations du travail

Management sciences de gestion et numérique

Les innovations de procédé

Management sciences de gestion et numérique

La production de biens

Découvrir le reste du programme

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent