Un exemple de risque technologique : le risque nucléaire - Cours de Géographie 3eme avec Maxicours - Collège

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Un exemple de risque technologique : le risque nucléaire

L’étude du nucléaire en France est représentative à plusieurs titres : elle correspond à un choix politique affirmé, parfois à contre-courant, d’indépendance énergétique ; elle met en avant les méthodes et moyens mis en place pour anticiper et réduire au maximum le risque majeur d’accident ; elle montre également les limites de ce modèle énergétique avec la montée d’une opinion publique de plus en plus inquiète.
1. Le parc nucléaire français et européen
a. Les atouts du nucléaire
Le choix du nucléaire militaire mais surtout civil a été lancé avec force à partir de 1958 par le général de Gaulle, alors président du Conseil, puis maintenu par lui et ses successeurs en tant que présidents de la Ve République jusqu’à aujourd’hui. Élaboré dans le contexte de la Guerre froide, le nucléaire militaire sert d’arme de dissuasion à l’échelle mondiale.

Le nucléaire civil permet quant à lui d’assurer l’indépendance énergétique de la France vis-à-vis de ses voisins (la France ne dispose que de très petits gisements de pétrole et de gaz sur son territoire), de diminuer la consommation d’énergies fossiles responsables des gaz à effet de serre (charbon) et surtout d’assurer plus de 75 % de la production énergétique française tout en exportant son électricité à l’étranger.

Doc. 1. Une centrale nucléaire
b. L'étendue du parc nucléaire
En 2012, la France dispose de 24 sites nucléaires regroupant 58 réacteurs en fonctionnement répartis sur tout le territoire entre 19 centrales. Elle dispose également à La Hague (Basse-Normandie) d’un centre de retraitement des déchets, pour les déchets français mais aussi provenant des autres pays nucléarisés. Enfin, plus d’un millier de lieux de stockage conservent les déchets les plus contaminés.
Cette situation est unique en Europe puisqu’avec ses 58 réacteurs, la France se situe loin devant le Royaume-Uni (19 réacteurs), l’Allemagne (17) ou même la Russie (31) ou l’Ukraine (15). Elle est aussi très controversée à cause des risques d’accidents et de la gestion des déchets.
2. Des risques élevés
a. Le maillage du territoire
Le premier des risques lié au nucléaire est, à l’image de la catastrophe de Tchernobyl le 26 avril 1986, l’explosion d’une centrale. C’est encore aujourd’hui considéré comme le plus grave accident nucléaire répertorié, notamment en raison de la faiblesse des préparations et des installations de l’époque, mais aussi car le nuage radioactif s’étira sur toute l’Europe.

Doc. 2. La progression du nuage de Tchernobyl en 1986

Le risque est toujours présent en France car plus d’une dizaine de réacteurs français datent des années 1976-1980. La centrale la plus ancienne est située à Fessenheim (raccordé en 1977) en Alsace. Les centrales sont en plus situées près des cours d’eau, nécessaires au refroidissement des réacteurs, et des risques de fuites existent. Enfin, elles sont proches des grandes agglomérations qu’elles desservent (Bordeaux, Paris, Lyon). Le risque est donc direct pour les habitants.
b. Des zones à risques
En plus des risques qui pourraient être liés à des malveillances ou des erreurs humaines (85 % des cas en France) internes aux centrales (Tchernobyl), celles-ci sont aussi soumises à des risques naturels. Le dernier exemple en date est celui de la centrale japonaise de Fukushima, à la suite de tsunamis consécutifs et au tremblement sous-marin qui frappa le Japon en mars 2011.

Même si la France n’est pas une forte zone sismique, elle reste toutefois soumise à ces risques (inondations, crues…) qui sont pris en compte dès la conception des centrales. Les dispositifs pris ne sont toutefois jamais infaillibles. Le dernier incident en date, en 2009, était lié à une crue du Rhône et à l’obstruction par des végétaux de la station de pompage chargée de refroidir un réacteur. Cet incident fut classé niveau 2 sur une échelle qui en note 7 (Tchernobyl est classé au niveau 7) et dura une dizaine d’heures.
3. Une politique de prévention
a. Des autorités de contrôle
Face à ces risques réels, un certain nombre de mesures est pris. La durée de vie moyenne d’une centrale est ainsi de 24 ans, à la suite de quoi elle est normalement arrêtée et démantelée. En ce qui concerne le risque sismique, la norme de construction arrêtée permet de résister à une magnitude supérieure au plus grand séisme enregistré dans la région.

Enfin, la sûreté des centrales est gérée par plusieurs organismes : les fabricants (Areva en France ou Siemens en Allemagne) qui doivent respecter les normes européennes, les exploitants (EDF en France et au Royaume-Uni) qui surveillent le fonctionnement des centrales, les autorités indépendantes (comme l’Autorité de sûreté nucléaire en France) qui protègent l’environnement et la population, et enfin les ONG (organisations non gouvernementales) qui alertent l’opinion publique des risques nucléaires.
b. Mais une opinion publique inquiète
La récente catastrophe de Fukushima a réveillé une opinion publique consciente des risques mais pas toujours prête à franchir le pas du « sortir du nucléaire ». Si ce choix a déjà été fait de longue date par l’Allemagne, qui prévoit de fermer toutes ses centrales d’ici 2022, la France continue sa politique nucléaire et prévoit même la construction de réacteurs de nouvelle génération.

Des manifestations ont néanmoins lieu, notamment près de Fessenheim à la frontière franco-allemande, pour demander la fermeture des plus vieilles centrales, et réunissant plus de 10 000 manifestants. La preuve du poids certain de cette opinion publique est notamment la part grandissante des énergies renouvelables dans la production énergétique, même si le retard français est à ce titre important par rapport à ses voisins.

Doc. 3. Énergies renouvelables et énergies non renouvelables
L'essentiel
Le risque nucléaire est important en France car il s’agit du pays le plus nucléarisé au monde, par rapport au nombre d’habitants. La catastrophe de Fukushima, dans un pays pourtant développé, a rappelé au monde ces risques et les réactions internationales furent variées. Si cet accident nucléaire a signé en Italie ou en Allemagne la fin du nucléaire, la France ne semble pas encore prête à emprunter cette voie et s’est contentée d’un renforcement accru de ses installations.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents