Une science de l'homme est-elle possible ? - Maxicours

Une science de l'homme est-elle possible ?

L’homme peut-il être véritablement un objet de science ? Ne faut-il pas en outre commencer à se demander ce qu’est l’homme ? L’historien n’étudie-t-il pas davantage le « passé humain » que l’homme à proprement parler ? Le psychologue ne se penche-t-il pas davantage sur le fonctionnement de l’esprit humain que sur l’homme lui-même ?
On pourrait poser le même type de questions pour chaque objet propre à chaque « science humaine » : l’ethnologie, par exemple, étudiait initialement les particularités des sociétés primitives, sans fondamentalement s’interroger sur la nature humaine, même si les connaissances acquises apportaient des renseignements supplémentaires sur l’humain en lui-même, au regard de la compréhension de son évolution.

1. L'homme n'est pas seulement un être matériel
a. L'objectivité historique selon Paul Ricoeur
Parce qu’il n’est pas que « matière », mais aussi « esprit », l’homme résisterait, d’une certaine manière, à la connaissance rationnelle qu’on voudrait établir en cherchant à décrire et à comprendre ce qu’il est. En effet, parce que les sciences de l’homme sont toujours obligées de recourir à une interprétation, elles demeurent toujours empreintes de subjectivité. Un même événement historique, par exemple, peut être compris de manière différente, selon le point de vue de l’historien qui l’examine. Cela n’empêche pas l’histoire de prétendre à une certaine objectivité historique ; ainsi que l’explique Paul Ricoeur (1913-2005) : « Nous attendons de l’histoire une certaine objectivité, l’objectivité qui lui convient. (…) L’objectivité ici doit être prise en son sens épistémologique strict : est objectif ce que la pensée méthodique a élaboré, mis en ordre, compris et ce qu’elle peut ainsi faire comprendre. Cela est vrai des sciences physiques, des sciences biologiques ; cela est vrai aussi de l’histoire. Nous attendons par conséquent de l’histoire qu’elle fasse accéder le passé des sociétés humaines à cette dignité de l’objectivité. Cela ne veut pas dire que cette objectivité soit celle de la physique ou de la biologie : il y a autant de niveaux d’objectivité qu’il y a de comportements méthodiques. » (Histoire et vérité, Objectivité et subjectivité en histoire, 1955).
b. L'idée de subjectivité universelle
En résumé, ce n’est pas parce que le sujet de l’histoire est l’homme (en tant qu’il produit les événements historiques), que la quête de l’historien se différencie de la recherche d’une vérité historique. Parce que le véritable historien est en quête de cette vérité dans l’histoire, l’histoire peut être considérée comme une science. Certes la subjectivité historique interfère ; d’ailleurs, ajoute Ricoeur, il existe de « bonnes » et de « mauvaises » subjectivités. La subjectivité inhérente au travail de l’historien doit être une « subjectivité qui soit appropriée à l’objectivité qui convient à l’histoire ». De plus, en tenant compte du fait que l’histoire est toujours « l’histoire des hommes », conclut Ricoeur, nous serons capables, en tant que lecteurs de cette histoire, d’« édifier une subjectivité de haut rang », c’est-à-dire une subjectivité qui ne soit pas celle d’un individu, mais de tous les hommes.
On comprend que pour ce philosophe, il s’agit finalement d’élaborer une subjectivité universelle. En ce sens, la subjectivité ne nous empêche pas d’accéder à la vérité historique, au contraire elle participe à son édification.

2. Les sciences exactes sont-elles toujours objectives ?
a. La recherche scientiqfique elle-même peut être soumise à certaines idéologies
Parce qu’elles étudient la matière, les sciences exactes (empiriques et expérimentales) sont-elles pour autant débarrassées de toute interférence subjective ? La « neutralité axiologique », selon l’expression qu’emploie Max Weber pour désigner l’absence de position idéologique du chercheur (celui-ci est censé n’émettre aucun jugement de valeur sur l’objet qu’il étudie ; ses recherches sont uniquement guidée par la visée de la vérité), est-elle garantie ? Deux problèmes se posent.

Les recherches scientifiques peuvent être guidées par certains idéaux, voire certaines idéologies. Certaines théories ont tenté de s’édifier scientifiquement (elles revêtaient, du point de vue de la démonstration et de l’analyse l’aspect d’une science) : la physiogonomie, avec Lavater (1741-1801), théologien suisse, tentait de prouver qu’il était possible de connaître le caractère des individus en étudiant leur physionomie. La phrénologie, avec Gall (1757-1828), anatomiste et physiologiste allemand, affirmait que l’on pouvait discerner les « dispositions morales et intellectuelles de l’homme » en étudiant la configuration de son cerveau. Reste de Gall l’expression de « bosse des maths » que nous utilisons toujours. Lombroso (1835-1909), médecin italien, est convaincu que la criminalité est innée, et qu’il existe donc des criminels types, identifiables physiquement. Ces théories, qui paraissent farfelues aujourd’hui, ont cependant été en leur temps reconnues comme plausibles, voire valides du point de vue méthodologique, même si elles ne faisaient pas l’unanimité.

En outre, Paul Broca (médecin français né en 1824, mort en 1880), en localisant dans certaines parties du cerveau le centre de la parole, anticipe sur ce qu’établiront ultérieurement les sciences cognitives ; cela n’a pas empêché qu’il soit considéré par certains de ses contemporains comme un matérialiste subversif ; ses découvertes ont pu être qualifiées de farfelues – comme l’ont été celles de Darwin (1809-1882) lorsque celui-ci présenta sa théorie de l’évolution (selon laquelle les espèces vivantes évoluent et se transforment au cours des époques). Broca soutenait Darwin ; l’un comme l’autre ont toutefois acquis une certaine reconnaissance de la part de la communauté scientifique de leur temps.
b. L'exemple de la biologie
La biologie du 20e siècle a longtemps été discréditée du fait qu’elle s’est mise en partie au service de l’idéologie nazie. Celle-ci, on le rappelle, prônait la distinction entre une race pure, celle des Aryens, et une race impure, celle des Juifs ; cette distinction reposait, selon cette idéologie, sur des bases scientifiques. Mais elle n’était pas spécifiquement allemande : on peut ainsi lire dans L’homme, cet inconnu, ouvrage paru en 1935 sous la plume du docteur français Alexis Carrel (Prix Nobel de médecine en 1912) la phrase suivante : « Il est nécessaire de faire un choix parmi la foule des hommes civilisés. Nous savons que la sélection naturelle n’a pas joué son rôle depuis longtemps. Que beaucoup d’individus inférieurs ont été conservés grâce aux efforts de l’hygiène et de la médecine. Que leur multiplication a été nuisible à la race ». On lit ensuite : « Pour la perpétuation d’une élite, l’eugénisme est indispensable. » L’eugénisme consiste à sélectionner, parmi les individus, ceux qui ont les « meilleurs » gènes, et de tenter d’éliminer ceux dotés de « mauvais » gènes). Carrel préconise ensuite un « établissement euthanasique, pourvu de gaz appropriés » qui permettrait d’éliminer les voleurs, les criminels et les fous. Il faut, pense Carrel, reconstruire l’homme, et la science doit se mettre à la disposition de ce projet. On constate qu’Hitler n’était pas le seul à en fomenter un projet tel.

Conclusion
On voit à travers cet exemple que la science dite « exacte » ou « pure », si elle a pour objet des « êtres matériels », ne peut pas être pensée en dehors du contexte humain qui est le sien. Les sciences de la nature sont toujours des sciences appliquées, et en cela, elles concernent directement les hommes eux-mêmes. Sous couvert de l’objectivité qui en fait apparemment une discipline capable d’établir des types de vérités auxquelles les sciences de l’homme ne peuvent prétendre, la science ne peut se dispenser d’une réflexion éthique sur les répercussions de ses découvertes.
C’est pourquoi les scientifiques participent eux-mêmes, le plus souvent, à cette réflexion, dont les enjeux sont aujourd’hui considérables, lorsqu’il s’agit, par exemple, du clonage reproductif humain, du décryptage du génome, ou de l’impact que le développement des sociétés industrielles, à l’échelle mondiale, a sur l’environnement. Leur mission est dans un premier temps essentiellement informative, et les informations données doivent permettre l’établissement d’espaces de discussion, à vocation démocratique. La science ne peut donc échapper à la dimension de l’humain, parce qu’elle s’intègre dans un contexte humain. Susceptible de modifier la société tout entière par les progrès sans cesse réalisés, elle ne peut guère rester neutre que sur le plan des méthodes utilisées.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.