Pourquoi travaille-t-on ? - Cours de Philosophie avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Pourquoi travaille-t-on ?

Le terme de « travail » est un terme connoté péjorativement. On lui associe la peine, l'effort, la contrainte. Étymologiquement, le mot vient du latin tripalium, qui désignait un instrument de torture. De fait, chacun semble aspirer à réduire toujours plus son temps de travail, auquel on oppose significativement le temps libre. Mais alors, comment expliquer la place essentielle qu'il occupe aussi bien dans la vie des sociétés que dans celle des individus ? Pour quelles raisons travaille-t-on et dans quel but ?

1. On travaille d'abord pour vivre
a. Les hommes doivent produire ce dont ils ont besoin
Les hommes travaillent afin de satisfaire leurs besoins. Faute de voir ceux-ci comblés par une nature généreuse, ils sont dans l'obligation de produire les biens indispensables à leur survie. À la différence des animaux, l'homme produit les conditions de son existence, constate Marx dans L'Idéologie allemande (Marx et Engels, 1846).
b. Le travail apparaît comme un châtiment
Le travail n'apparaît pas alors comme un choix mais comme une nécessité attachée à la condition humaine. Elle est souvent présentée comme une malédiction. Ainsi, dans la Bible, c'est parce que l'homme a désobéi à Dieu qu'il est exclu du jardin d'Éden et qu'il devra travailler à la sueur de son front pour se procurer de quoi vivre.
c. Le travail est une activité contrainte
Le travail traduit donc une dépendance de l'homme face à la nature. Cette dépendance concerne aussi bien la nature extérieure dont il doit tirer les produits de sa subsistance que sa nature biologique qui lui dicte ses impératifs vitaux. Le travail ne semble donc pas être le moyen d'exercer sa liberté mais plutôt la conséquence d'une soumission à la nature.

2. On travaille essentiellement pour s'humaniser
a. Le travail transforme la nature pour l'humaniser
Cependant, le travail est aussi le propre de l'homme, c'est-à-dire ce par quoi il accomplit son humanité. En effet, si le travail vise d'abord à répondre à des besoins vitaux, il est aussi le moyen le plus efficace par lequel l'homme élabore un monde proprement humain. Il a permis à l'homme, sous des formes diverses (travail manuel ou intellectuel...) de transformer la nature et il est à l'origine de la construction de toutes les civilisations.
b. Le travail transforme l'homme lui-même
En ce qui concerne l'individu, le travail est aussi le moyen de se réaliser. Privé d'un instinct qui le mette naturellement en possession de ses différentes capacités, l'homme ne peut compter que sur le travail pour révéler et développer les talents dont il est dépositaire. En transformant la nature, il se transforme aussi lui-même.
c. Le travail est au coeur de toute activité humaine
Si l'homme est le seul animal qui doit travailler, ce n'est donc pas le signe d'une faiblesse ou d'une malédiction. Pour Kant, c’est en effet grâce au travail que l’homme parvient à l’« estime raisonnable de soi » : « La nature semble même avoir trouvé du plaisir à être la plus économe possible (…). C’est comme si elle voulait que l’homme dût parvenir par son travail à s’élever de la plus grande rudesse d’autrefois à la plus grande habileté, à la perfection intérieure de son mode de pensée et par là (autant qu’il est possible sur terre) au bonheur, et qu’il dût ainsi en avoir tout seul le mérite et n’en être redevable qu’à lui-même ; c’est comme si elle tenait plus à ce qu’il parvînt à l’estime raisonnable de soi qu’au bien-être » (Idée d'une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, 1784)
Ainsi, le travail prend un sens plus large que celui de la seule activité salariée et concerne l'essence même de l'activité humaine, laquelle s'affirme à travers les œuvres accomplies.

3. On travaille pour se libérer du travail
a. Le travail peut être un obstacle à la liberté
Cependant, le travail présente des aspects très différents et tous n'ont pas tous le même sens ni la même valeur. Certaines formes de travail nous éloignent de notre humanité plus qu'elles n'en permettent l'expression. Ainsi, pour les Grecs de l'Antiquité, le travail était assimilé à une activité proche de l'animalité dans la mesure où il exprimait notre soumission aux lois de la nécessité biologique. L'homme était considéré comme un « homme libre » s'il n'était pas contraint de travailler.
b. Une activité libre est conforme à des aspirations humaines
L'homme libre, au sein de l'Antiquité grecque, est le citoyen participant aux affaires de la cité. En effet, l'activité politique requiert la réflexion, l'échange d'arguments et la délibération. Dans cette perspective, nous devons faire la distinction entre des activités n'impliquant pas de qualités spécifiquement humaines et des activités sollicitant ces qualités.
c. Le travail doit permettre la reconnaissance de l'humanité de tout homme
Le sens même de l'activité humaine est alors précisément de libérer les hommes de ces tâches « inhumaines » et de donner à chacun la possibilité d'exercer un travail émancipateur qui participe à la réalisation de la société où il vit. Il doit être le moyen de la reconnaissance de l'humanité de tout homme et non sa négation. En ce sens, le travail est à la fois ce par quoi mon humanité est réalisée et ce par quoi elle est reconnue. Ainsi, l'homme prend place dans la société des hommes.

Pour aller plus loin
Marx, L'Idéologie allemande (1re partie : « Feuerbach », Introduction et A.) : l'auteur explique la place du travail dans la vie de l'homme.

Arendt, La Condition de l'homme moderne (chap. III : « Le travail ») : une réflexion historique sur le sens et la valeur du travail en Occident.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents