Suites numériques : comportement à l'infini de (qn), avec q un réel. - Cours de Mathématiques Terminale S avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Suites numériques : comportement à l'infini de (qn), avec q un réel.

Objectif
Étudier à l’infini la suite (qn), avec q un réel ; cela permettra le calcul de la limite d’une suite géométrique.
1. Inégalité de Bernoulli
Pour l’étude à l’infini de (qn), q étant un réel, on doit utiliser à un moment de la démonstration une inégalité qui fut démontrée par Bernoulli.

Remarque
Il s’agit donc d’un « petit » théorème qui va nous être utile pour un théorème « plus important » : un tel « petit » théorème est alors appelé lemme.
Ce mot de mathématique vous est ici donné pour enrichir votre « culture mathématique ».

Lemme : inégalité de Bernoulli
Soit a un réel strictement positif.
Pour tout entier naturel n, on dispose de l’inégalité (1 + a)n ≥ 1 + na.

Démonstration
La démonstration de cette inégalité se fait à l’aide d’un raisonnement par récurrence.
Soit a un réel strictement positif fixe.
Soit n un entier naturel quelconque.

On appelle (Pn) la proposition : (1 + a)n ≥ 1 + na.

    • Initialisation : n = 0.
On a : (1 + a)0 = 1 et 1 + 0 × a = 1 et 1 ≥ 1, donc (P0) est une proposition vraie.

    • Hérédité : soit k un entier naturel quelconque.
On doit démontrer que la proposition : ((Pk)(Pk+1)) est une proposition vraie, autrement dit on doit démontrer que l’inégalité (1 + a)k+1 ≥ 1 + (k + 1)a est vraie sachant que l’on dispose de l’inégalité (1 + a)k ≥ 1 + ka.

On a :
(1 + a)k+1 = (1 + a) (1 + a)k et (1 + a)k ≥ 1 + ka et a > 0,

donc  (1 + a) (1 + a)k ≥ (1 + a)(1 + ka). On a en fait multiplié les deux côtés par le nombre positif (1 + a).

Ainsi (1 + a)k+1 ≥ 1 + (k + 1)a + ka2.

Or, 1 + (k + 1)a + ka2 ≥ 1 + (k + 1)a puisque ka2 ≥ 0.

Finalement, on a bien (1 + a)k+1 ≥ 1 + (k + 1)a.
   
   • Conclusion :
La proposition (Pn) est vraie au rang initial n = 0 et de surcroît est héréditaire, elle est donc vraie pour tout entier naturel n.
2. Comportement à l'infini de (qn), avec q un réel.
Théorème
Soit q un nombre réel.
On dispose des propositions suivantes :
• (P1), si q > 1, alors
• (P2), si q = 1, alors
• (P3), si –1 < q < 1, alors
• (P4), si q ≤ –1, alors la suite (qn) n’a pas de limite.

Conformément au programme, on ne démontre que (P1). On note néanmoins que (P2) à est une proposition évidente puisque 1n = 1, donc 1n → 1.

Démonstration de (P1)
Soit q un réel vérifiant q > 1.
On a :
q > 1, il existe un réel a tel que q = 1 + a et a > 0.

Donc d’après le lemme de l’inégalité de Bernoulli, on a : qn = (1 + a)n  ≥ 1 + na.





Conclusion :

, d’après un théorème de comparaison.

Exemples d’application directe

    • car 2 > 1.

    • car .

Exemple d’application « moins » directe

Pour tout entier naturel n, on pose . Étudier le comportement à l’infini de (un).
Soit n un entier naturel.
On a :
.

Vous pouvez constater qu’il est NÉCESSAIRE de bien maîtriser les formules sur les puissances entières, formules vues au collège.

, donc et , donc .
3. Application aux suites géométriques
• Une suite géométrique u de raison q est une suite de terme général , où up est le premier terme, terme donné.

Donc ; est un nombre fixe donné et l’on connaît le comportement à l’infini de qn à l’aide du théorème précédent : on peut donc étudier le comportement à l’infini de la suite u.

• Soit u une suite géométrique de premier terme u0 donné et de raison q (on adaptera les calculs si le premier terme n’est pas u0).
On s’intéresse parfois dans les exercices à la somme des termes consécutifs de la suite u.

Par exemple, on pose : .

On a vu en 1S que l’on peut simplifier Sn ; on va le refaire pour rappel.

On a :

, il s’agit d’une somme de (n+1) termes.

Sn = u0(1 + q + … + qn-1 + qn)

   • Cas 1 : q = 1.

Sn = u0(1 + 1 + … + 1 + 1) = u0(n+1).

et donc , cela dépend du signe de u0.

    • Cas 2 : q ≠ 1.

Sn = u0(1 + q + … + qn-1 + qn)

d’après une formule démontrée en 1S.

.

On recommande ici de ne pas apprendre par cœur cette formule, MAIS de refaire sur votre copie les quelques lignes qui l’établissent.

est une constante et on connaît le comportement à l’infini de qn. Il ne reste plus qu’ à déduire le comportement à l’infini de (1 - q × qn), puis d’en déduire le comportement à l’infini de Sn.


Exemple d’application directe où u est une suite géométrique de premier terme 2 et de raison q = –0,5.

Soit n un entier naturel.
On a :
un = u0 × qn = 2 × (–0,5)n
Sn = 2 + 2(–0,5) + … + 2(–0,5)n–1 + 2(–0,5)n
Sn = 2(1 + (–0,5) + … + (-0,5)n-1 + (–0,5)n)







(–0,5)n → 0 car –1 < –0,5 < 1, donc 0,5. (–0,5)n → 0 et (1 + 0,5. (–0,5)n → 1).

Ainsi, on a : .



Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en espagnol grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents