Suites numériques : comportement à l'infini de (qn), avec q un réel. - Maxicours MAXICOURS

Suites numériques : comportement à l'infini de (qn), avec q un réel.

Objectif
Étudier à l’infini la suite (qn), avec q un réel ; cela permettra le calcul de la limite d’une suite géométrique.
1. Inégalité de Bernoulli
Pour l’étude à l’infini de (qn), q étant un réel, on doit utiliser à un moment de la démonstration une inégalité qui fut démontrée par Bernoulli.

Remarque
Il s’agit donc d’un « petit » théorème qui va nous être utile pour un théorème « plus important » : un tel « petit » théorème est alors appelé lemme.
Ce mot de mathématique vous est ici donné pour enrichir votre « culture mathématique ».

Lemme : inégalité de Bernoulli
Soit a un réel strictement positif.
Pour tout entier naturel n, on dispose de l’inégalité (1 + a)n ≥ 1 + na.

Démonstration
La démonstration de cette inégalité se fait à l’aide d’un raisonnement par récurrence.
Soit a un réel strictement positif fixe.
Soit n un entier naturel quelconque.

On appelle (Pn) la proposition : (1 + a)n ≥ 1 + na.

    • Initialisation : n = 0.
On a : (1 + a)0 = 1 et 1 + 0 × a = 1 et 1 ≥ 1, donc (P0) est une proposition vraie.

    • Hérédité : soit k un entier naturel quelconque.
On doit démontrer que la proposition : ((Pk)(Pk+1)) est une proposition vraie, autrement dit on doit démontrer que l’inégalité (1 + a)k+1 ≥ 1 + (k + 1)a est vraie sachant que l’on dispose de l’inégalité (1 + a)k ≥ 1 + ka.

On a :
(1 + a)k+1 = (1 + a) (1 + a)k et (1 + a)k ≥ 1 + ka et a > 0,

donc  (1 + a) (1 + a)k ≥ (1 + a)(1 + ka). On a en fait multiplié les deux côtés par le nombre positif (1 + a).

Ainsi (1 + a)k+1 ≥ 1 + (k + 1)a + ka2.

Or, 1 + (k + 1)a + ka2 ≥ 1 + (k + 1)a puisque ka2 ≥ 0.

Finalement, on a bien (1 + a)k+1 ≥ 1 + (k + 1)a.
   
   • Conclusion :
La proposition (Pn) est vraie au rang initial n = 0 et de surcroît est héréditaire, elle est donc vraie pour tout entier naturel n.
2. Comportement à l'infini de (qn), avec q un réel.
Théorème
Soit q un nombre réel.
On dispose des propositions suivantes :
• (P1), si q > 1, alors
• (P2), si q = 1, alors
• (P3), si –1 < q < 1, alors
• (P4), si q ≤ –1, alors la suite (qn) n’a pas de limite.

Conformément au programme, on ne démontre que (P1). On note néanmoins que (P2) à est une proposition évidente puisque 1n = 1, donc 1n → 1.

Démonstration de (P1)
Soit q un réel vérifiant q > 1.
On a :
q > 1, il existe un réel a tel que q = 1 + a et a > 0.

Donc d’après le lemme de l’inégalité de Bernoulli, on a : qn = (1 + a)n  ≥ 1 + na.





Conclusion :

, d’après un théorème de comparaison.

Exemples d’application directe

    • car 2 > 1.

    • car .

Exemple d’application « moins » directe

Pour tout entier naturel n, on pose . Étudier le comportement à l’infini de (un).
Soit n un entier naturel.
On a :
.

Vous pouvez constater qu’il est NÉCESSAIRE de bien maîtriser les formules sur les puissances entières, formules vues au collège.

, donc et , donc .
3. Application aux suites géométriques
• Une suite géométrique u de raison q est une suite de terme général , où up est le premier terme, terme donné.

Donc ; est un nombre fixe donné et l’on connaît le comportement à l’infini de qn à l’aide du théorème précédent : on peut donc étudier le comportement à l’infini de la suite u.

• Soit u une suite géométrique de premier terme u0 donné et de raison q (on adaptera les calculs si le premier terme n’est pas u0).
On s’intéresse parfois dans les exercices à la somme des termes consécutifs de la suite u.

Par exemple, on pose : .

On a vu en 1S que l’on peut simplifier Sn ; on va le refaire pour rappel.

On a :

, il s’agit d’une somme de (n+1) termes.

Sn = u0(1 + q + … + qn-1 + qn)

   • Cas 1 : q = 1.

Sn = u0(1 + 1 + … + 1 + 1) = u0(n+1).

et donc , cela dépend du signe de u0.

    • Cas 2 : q ≠ 1.

Sn = u0(1 + q + … + qn-1 + qn)

d’après une formule démontrée en 1S.

.

On recommande ici de ne pas apprendre par cœur cette formule, MAIS de refaire sur votre copie les quelques lignes qui l’établissent.

est une constante et on connaît le comportement à l’infini de qn. Il ne reste plus qu’ à déduire le comportement à l’infini de (1 - q × qn), puis d’en déduire le comportement à l’infini de Sn.


Exemple d’application directe où u est une suite géométrique de premier terme 2 et de raison q = –0,5.

Soit n un entier naturel.
On a :
un = u0 × qn = 2 × (–0,5)n
Sn = 2 + 2(–0,5) + … + 2(–0,5)n–1 + 2(–0,5)n
Sn = 2(1 + (–0,5) + … + (-0,5)n-1 + (–0,5)n)







(–0,5)n → 0 car –1 < –0,5 < 1, donc 0,5. (–0,5)n → 0 et (1 + 0,5. (–0,5)n → 1).

Ainsi, on a : .



Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.