Périclès et la démocratie athénienne - Maxicours

Périclès et la démocratie athénienne

Objectif
  •  Connaitre l'influence de Périclès dans la vie politique athénienne.
Points clés
  • Périclès, réélu stratège à de multiples reprises, domine la vie politique athénienne pendant une trentaine d’années (461-429).
  • Périclès renforce la démocratie et mène une politique en faveur des citoyens les moins fortunés, grâce aux ressources de l’empire maritime.
Pour bien comprendre

La naissance de la démocratie athénienne, La thalassocratie athénienne

1. Un aristocrate à la tête des démocrates

Périclès naît au sein de l'aristocratie athénienne. Son père, Xanthippe, est un homme politique qui s'est illustré dans la deuxième guerre médique. Par sa mère Agaristé, la nièce du réformateur Clisthène, il est de la famille des Alcméonides, une des plus puissantes de la cité.

 

Statue de Périclès, à Athènes ǀ © iStock – araelf

 

Dans un premier temps, Périclès est discret, reste en retrait de la vie politique et consacre son temps aux études. Lorsqu’il se lance en politique, il entre dans la faction favorable à la démocratie. Bien qu’il soit aristocrate, il cesse de fréquenter les banquets organisés par les familles les plus puissantes pendant sa vie politique.

Il affronte Cimon, membre d’une famille rivale et chef de file des conservateurs, qui défendent les intérêts des plus riches et qui dominent alors la vie politique. Périclès parvient finalement à faire voter une mesure d’ostracisme contre Cimon, ce qui signe la fin de la lutte contre cet adversaire politique.

Périclès se retrouve à la tête de la faction démocrate et de la vie politique athénienne.

Ostracisme : procédure politique qui permet d’exclure de la cité pour 10 ans un personnage considéré comme dangereux pour la cité. Par exemple, quelqu’un soupçonné de convoiter le pouvoir personnel. Pour l’exclure, 6 000 voix au moins sont nécessaires.

 

2. Le renforcement de la démocratie et la restriction du nombre de citoyens
a. Une politique en faveur des citoyens les plus pauvres

De 461 (après l'ostracisme de Cimon) à 431 avant J.-C., Périclès reste au pouvoir presque sans interruption. Il renforce la démocratie et mène une politique favorable aux classes inférieures de citoyens (les Zeugites et les Thètes), ce qui choque ses adversaires conservateurs, qui le taxent de démagogie.

Un de ses décrets permet aux citoyens pauvres de fréquenter gratuitement le théâtre, qui joue un rôle central dans la vie de la cité. Ses deux plus grandes réformes sont très controversées : le misthos (mesure prise entre 454 et 450 avant J.-C.) est une indemnité versée aux citoyens qui exercent la fonction de juré à l'Héliée, le tribunal du peuple. L'indemnité, payée par l'État, est faible pour les riches mais compense la perte d'une journée de travail pour les plus pauvres. Cette mesure est étendue ensuite à d'autres magistratures, ce qui permet une participation de tous à la démocratie.

Démagogie : art de manipuler le peuple en le flattant pour arriver à ses fins.
b. La loi de 451 avant J.-C. et la limitation de l’accès à la citoyenneté

Dans le même temps, Périclès fait voter, en 451 avant J.-C., une loi qui restreint le nombre de citoyens de manière considérable. Cette loi indique qu'un citoyen doit être né du mariage légitime d'un citoyen et d'une citoyenne, elle-même fille légitime de citoyen.

La population civique avait en effet doublé depuis l’époque de Clisthène (fin du VIe siècle avant J.-C.), passant de 20 000 à 40 000 citoyens.

Or, les citoyens se partageaient les terres de l'Attique, mais avaient aussi le droit à des distributions gratuites de blé et d'argent, à des banquets publics, et se partageaient parfois les bénéfices inattendus de la cité (butins, produit des mines d’argent, etc.).

La loi donne lieu à un grand ménage des listes civiques, d'abord pour rayer les noms de fraudeurs. Mais celle-ci exclut aussi un très grand nombre de personnes qui remplissaient auparavant les conditions légales pour être citoyens : on ne peut plus désormais accéder à la citoyenneté si l'on est né d'un mariage, même légitime, entre un citoyen et une étrangère.

3. Périclès et l’impérialisme
a. Démocratie et impérialisme

Réélu stratège à de multiples reprises, Périclès dirige avec ses collègues un immense empire maritime.

Il défend dans une certaine mesure l’expansion de l'empire, qui a le soutien des citoyens les plus pauvres. Ce sont en effet aux citoyens de voter la guerre. Or, les plus pauvres votent souvent en faveur de nouvelles expéditions, car ils servent dans la marine en tant que rameurs, et peuvent ainsi s’enrichir grâce aux butins.

Périclès semble avoir financé de grands chantiers d'embellissement (Parthénon, Propylées, statue d'Athéna, Odéon) en puisant dans le trésor de la Ligue de Délos, transféré sur l'Acropole en 454. Il donne ainsi du travail à une foule de citoyens pauvres et à tous les corps de métiers d'Athènes. La fondation de clérouquies permet de délester la cité de nombreux habitants. Ces richesses ont aussi permis de financer le misthos.

On peut donc dire que le renforcement de la démocratie est en grande partie permis par l'impérialisme, ce qui distingue la démocratie athénienne de nos démocraties modernes.

Stratège : à Athènes, magistrat élu chargé des questions militaires. Les stratèges sont au nombre de 10.
Clérouquies : colonies grecques où l'on envoyait des citoyens d'Athènes, tirés au sort. 
b. Le gouvernement d’un seul ?

Selon Thucydide, historien du Ve siècle favorable à Périclès, « sous le nom de démocratie, c’était en fait le premier citoyen qui gouvernait ».

La démocratie athénienne n’est-elle qu’une façade ? Depuis l’Antiquité, de nombreux auteurs ont peint Périclès en monarque tout-puissant. C’est une image trompeuse.

Périclès est régulièrement attaqué à l’Assemblée. D’une part, ses adversaires conservateurs s’opposent à sa démocratie, jugée trop radicale et démagogue. D’autre part, il est attaqué par ceux qui estiment qu’il ne va pas assez loin dans les réformes en faveur des citoyens les plus modestes. Périclès doit tenir en équilibre entre ces factions. Ses talents d’orateur et sa fortune lui assurent une grande influence sur le long terme, mais cela n’empêche pas une tentative d’ostracisme en 443 avant J.-C.

Chaque projet de loi de Périclès est discuté à l’Assemblée et il doit rendre des comptes, comme les autres magistrats avec qui il prend les décisions.

c. La fin du stratège

La stratégie choisie par Périclès au début de la guerre du Péloponnèse (431-404) est fortement contestée, en particulier par les aristocrates, qui ne supportent pas son choix d’attendre derrière les murs d’Athènes pendant que les Spartiates ravagent l’Attique.

Périclès sait qu’on ne peut rien contre Sparte sur terre, mais pense qu’Athènes gagnera grâce à son empire maritime. En cas d’attaque spartiate, il faut donc attendre derrière les murs d’Athènes et du Pirée, reliés par deux Longs murs qui forment un couloir assurant le ravitaillement par la mer. Mais une épidémie terrible ravage la population réfugiée derrière ses murs. Périclès lui-même est emporté en 429.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent