Les héritages culturels et religieux méditerranéens dans l'Empire romain - Maxicours

Les héritages culturels et religieux méditerranéens dans l'Empire romain

Objectif
  •  Connaitre les différents héritages culturels et religieux en Méditerranée antique
Points clés
  • L’Empire romain, d’un point de vue culturel, est un empire gréco-romain, dominé par une double culture, romaine et grecque.
  • Rome tolère les autres religions, tant qu’elles ne troublent pas l’ordre public : l’Empire est donc une mosaïque religieuse, où les religions circulent et parfois se mélangent.
  • Les monothéismes juif et chrétien posent de nouvelles questions aux Romains.
Pour bien comprendre
  • Les limites de la romanisation
1. Une double culture dominante : romaine et grecque

La culture romaine se diffuse dans l'ensemble de l'Empire, mais la romanisation touche avec plus ou moins d'intensité les différents peuples dominés.

La culture romaine partage cependant sa place de culture dominante avec la culture grecque, ou l'hellénisme, très influent dans la partie orientale de l'Empire. Les Romains ont tendance à mépriser les Grecs de leur temps, qu'ils dominent et surnomment les graeculi – les petits Grecs –, mais ils admirent la culture des Anciens Grecs, dont ils se veulent les héritiers. Ils sont grandement influencés par l'art et la philosophie grecs. On peut donc parler d'Empire greco-romain. Les deux cultures se superposent et se mêlent aux cultures locales.

2. L'Empire, de nombreuses religions polythéistes

Rome n'a pas vraiment de politique religieuse, à part la diffusion du culte impérial. Rome est dans l'ensemble tolérante à l'égard des autres religions, tant qu'elles ne troublent pas l'ordre public. Très peu de cultes ont été interdits. On pratique donc dans l'Empire une multitude de religions.

La plupart sont des religions polythéistes, comme celle des Romains. Les Romains cherchent souvent des équivalences entre leurs dieux et les dieux étrangers, en s'appuyant sur leurs fonctions, leurs attributs. C'est l'interpretatio romana, mais elle n'efface pas le dieu indigène. Celui-ci garde sa nature, et son nom perdure souvent à côté du nouveau nom latin.

Ces religions reposent sur des rites, des offrandes, des sacrifices. Les Romains, qui pratiquent eux-mêmes des sacrifices d'animaux, les tolèrent sans problème. En revanche, les sacrifices d'enfants, comme dans le culte d'Afrique du Nord en l'honneur de Ba'al Hammon, sont interdits.

Les dieux gréco-romains se mêlent aux dieux locaux, c'est l'assimilation.

Exemple
En Gaule, le dieu celte du ciel Taranis, était représenté avec une roue de char à la main. Associé à Jupiter, il est représenté avec une roue dans une main, et un Foudre dans l’autre.
3. L'influence de religions orientales
a. Les religions à mystères

Les dieux orientaux circulent vers l'Ouest, via les marchands et les soldats : Cybèle (divinité d'Asie mineure), Mithra (dieu indo-iranien) ou encore Isis (déesse égyptienne). Ces divinités font l'objet de cultes à mystères et rencontrent un grand succès.

Les cultes à mystères sont des religions d'initiés, qui séduisent par leurs promesses de régénération et d'immortalité, et une pratique plus personnelle, intime.

 

Vestiges du Temple d'Isis de Pompéi, en Italie ǀ © iStock – Julia Lavrinenko

 

Elles sont plus accueillantes que les religions polythéistes vis-à-vis d'individus souvent rejetés (les femmes, les pauvres ou les esclaves, par exemple).

b. Le judaïsme et le christianisme

Deux religions sont à part dans l'empire, car monothéistes : le judaïsme et le christianisme. Les Romains s'en méfient davantage.

Le judaïsme est toléré, malgré les tensions dues aux zélotes, car limité à un groupe ethnique et une région de l'Empire, la Judée.

En revanche, le christianisme gagne toutes les régions de l'Empire et toutes les couches sociales, entre le Ier et le IVe siècle après J.-C., jusqu'à représenter 15 à 20 % de la population. Comme les chrétiens rejettent le culte impérial et les sacrifices, le risque de trouble à l'ordre public est grandissant. Les chrétiens sont alors frappés par des persécutions, déclenchées par des empereurs ou sous la pression populaire.

Zélotes : mouvement juif du Ier siècle, à la fois politique et religieux, qui prône la révolte armée pour libérer la Judée de la domination romaine.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité