Pensées : l'auteur et son oeuvre - Maxicours

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

#entraideCovid19

Pensées : l'auteur et son oeuvre

1. Présentation de l’auteur
a. Un jeune savant
Le 19 juin 1623, Blaise Pascal naît à Clermont, en Auvergne. Son père, Etienne Pascal est officier royal et mathématicien brillant. La famille fréquente l’élite intellectuelle littéraire, scientifique et sociale de son temps.

Quelques années plus tard, les Pascal quittent l’Auvergne pour Paris. Etienne prend en charge l’éducation de ses trois enfants et leur enseigne les lettres, les langues anciennes puis les mathématiques. Blaise manifeste très tôt des dons exceptionnels et accompagne son père aux réunions de l’académie et dans les cercles savants.

À 17 ans, il publie un Essai pour les coniques qui synthétise les recherches de Desargues (géomètre et architecte français) dont il reçoit la reconnaissance et l’approbation.
À 19 ans, il met au point une machine à calculer les opérations élémentaires de l’arithmétique en travaillant avec des artisans horlogers et obtient un privilège : Blasius Pascal Arvernus Inventor.

En 1646, il participe à la découverte du physicien Torricelli sur la pression atmosphérique et le vide. Pascal envisage de composer un grand Traité du vide. Le succès mondain et scientifique ne se fait pas attendre, Blaise est reçu dans l’entourage de la reine Anne et de Richelieu.

b. De l’entourage savant et mondain à Dieu
En 1646, la famille Pascal se convertit à la spiritualité augustinienne. Elle est amenée à la dévotion exigeante par deux frères jansénistes.
Blaise poursuit ses travaux scientifiques : les Expériences nouvelles touchant le vide dans un français accessible, en riposte aux détracteurs que sont Descartes et ses disciples. L’Equilibre des liqueurs, La Pesanteur et L’Esprit géométrique formulent les règles générales des démonstrations et L’Art de Persuader pose la communication comme aussi essentielle que le contenu de la découverte.
Toutefois, Blaise Pascal multiplie ses lectures religieuses. Il accepte de rencontrer un solitaire de Port-Royal sous l’influence de sa sœur retirée dans la célèbre abbaye.

Dans la nuit du 23 novembre 1654, il connaît une expérience bouleversante et mystique : le sentiment de la présence immédiate de Dieu.
En 1656, il s’engage dans la polémique des Provinciales sur les questions de la prédestination et de la grâce. Pascal rédige en un style accessible au public mondain La Lettre écrite à un provincial par un de ses amis sur le sujet des disputes présentes de la Sorbonne, puis d’autres écrits clandestins sous le pseudonyme de M. de Mons. Le nom de Louis de Montalte n’apparaît qu’en 1657, dans l’édition collective des Provinciales. Il forme le projet d’apologie de la religion chrétienne, une défense générale de la religion chrétienne.
c. La maladie et la mort
En 1659, son état de santé fragile s’aggrave. Il continue de nourrir les thèses jansénistes et commence à mettre en ordre ses papiers pour fixer le plan de son livre, il en développe certains points mais il ne pourra pas l’achever.
En 1662, Pascal s’investit avec le duc de Roannez dans une entreprise nouvelle : les carrosses à cinq sols, ancêtres des transports en commun. Les bénéfices permettent en grande partie le soulagement des misères. 
La même année, à 39 ans, la mort l’emporte après avoir reçu le saint viatique et l’extrême onction, laissant derrière lui ses derniers mots : « Que Dieu ne m’abandonne jamais. »

En 1670, sa famille et Port-Royal publient les extraits de son apologie qu’ils intitulent Pensées.

2. Le contexte de l’œuvre
a. Contexte de parution
Lorsque Blaise Pascal mourut, la grande apologie du christianisme était à l’état d’ébauche, regroupant nombres de manuscrits, notes fragmentaires et réflexions plus amplement rédigées. Ses proches ont été dépités de trouver quelque 400 feuillets de papier classés de manière thématique, regroupés selon un plan arbitraire, témoin de l'évolution du projet littéraire de Pascal.

C’est lors de la campagne des Provinciales, en 1656 que Pascal donne la parole aux chrétiens augustiniens contre les dévots modernes laxistes et indulgents. Au cœur d’un imbroglio politique et religieux, le jansénisme se trouve tour à tour attaqué en 1649 par La Sorbonne, par le Pape Innocent X, puis une assemblée d’évêques sous l’impulsion de Mazarin, exigeant des religieux la signature d’un formulaire condamnant le jansénisme..
La vocation de polémiste, impose dès Les Provinciales une dénonciation des intrigues politico-religieuses et l’expression d’une conscience religieuse pure. Il écrit en humaniste et augustinien intransigeant. Pascal est définitivement converti à la vision janséniste du monde.
En prenant la défense de Port-Royal, sous le couvert d’un pseudonyme, il forme le projet d'une défense générale de la religion chrétienne, sous la forme de pensées recueillies sur des feuilles indépendantes.

Le projet interrompu par sa mort prend alors la forme d’une suite de fragments désordonnés, mais dont les réflexions s’éclairent et tissent des liens que les éditeurs ont tenté de mettre en évidence. Les avis diffèrent quant à la charpente de l’apologie au vu des feuillets réunis en liasses par l’auteur. Le problème de l'ordre de présentation des textes et du respect des intentions de Pascal se posent.
Les Pensées, l'une des œuvres majeures de la littérature française, sont aussi un livre dont l'évolution n'est pas achevée...

b. Genre de l’œuvre
« Les Pensées ne sont pas un livre posthume, ce sont les papiers d'un mort, d'un homme qui sait et qui croit au moment où la mort interrompt l'Apologie de la religion chrétienne. » Dire ce qu'a été cet homme-là, tel est le sens de l'édition de Michel Le Guern.

L’œuvre se constitue de notes, de fragments, de réflexions, de textes clairs et achevés ou de pensées audacieuses. Nul doute que ces textes fussent le fondement d’une entreprise riche de la diversité d’écriture, de sujets et de tons, que chacun des fragments éclaire la pensée de Pascal.
Ce qu’il admirait chez Montaigne était sa réflexion « toute composée de pensées nées sur les entretiens ordinaires de la vie » (L.745, S.618), passant d’un thème l’autre, pour éviter la raideur philosophique d’un essai structuré, pour autoriser le rapprochement des réflexions qui s’appellent...

c. Résumé
Au delà d’un combat théologique, Pascal expose sa conception du dogme janséniste, mêlant théologie et anthropologie, dévoilant les contradictions du comportement humain, les énigmes de la condition humaine.
Toutefois, les réflexions sont classées en liasses précédées de titres reportés sur un sommaire. Les dossiers se regroupent en sections qui éclairent la réflexion de l’anthropologue et du théologien.

La première partie regroupe des observations sur le comportement humain et en dévoile les ressorts, les énigmes et contradictions insolubles : la misère de l’homme sans Dieu, sa vanité aveuglant la vérité, la futilité de la justice face à la tyrannie... Ce premier mouvement est consacré à la réfutation des philosophies humaines qui n’apportent aucune solution réelle. Seule solution, le christianisme face aux contradictions irréductibles de la nature humaine permet d’accéder au souverain Bien, en Dieu.

Le second mouvement récuse l’athéisme, qui signifie refus de toute vérité révélée. Puis Pascal montre « l’excellence de cette manière de prouver Dieu », qui est fondée sur l’acceptation par la raison d’une Révélation vraie. Il en appelle aux fondements de la théologie chrétienne comme quête d’une solution ultime unissant foi et raison, comme aspiration vers l’infini et le spirituel, comme découverte d’un bonheur sans angoisse ni vertige, « à ceux qui le cherchent de tout leur cœur ».

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.