Le mythe de Don Juan - Cours de Français Première avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le mythe de Don Juan

Objectif : comprendre l’origine et les raisons de la fécondité du mythe de Don Juan.

Le mythe de Don Juan est le mythe du séducteur infidèle. Il traverse tous les siècles et tous les genres (de la poésie au roman, en passant par l’opéra, le théâtre et le cinéma).

1. L’origine du mythe
a) Un mythe moderne

A la différence des mythes antiques issus de la mythologie (Orphée), Don Juan est un mythe moderne qui tire sa source dans l’histoire d’un seigneur espagnol : Don Juan Tenorio. Ce seigneur libertin abandonna la fille d’un commandeur, après l’avoir déshonorée, et tua son père au cours d’un duel. Quant à la mort de Don Juan, elle demeure mystérieuse et contribua à alimenter le mythe : alors qu’il s’était arrêté dans un couvent, Don Juan disparut au cours d’une nuit d’orage sans laisser aucune trace. Certains dirent qu’il avait été foudroyé, d’autres, assassiné.

b) Au-delà des variantes, les constantes du mythe

- Don Juan est un séducteur de la haute société, qui multiplie les conquêtes féminines.
- Don Juan incarne l’homme de la démesure ; l’individu qui défie la morale et la religion.
- Il se heurte à la présence du Sacré, incarné soit par la statue, une religieuse ou le personnage du Pauvre.

c) Les raisons d’une fascination à son égard

Au delà de son cynisme et de son attitude méprisante, Don Juan fascine par la révolte qu’il incarne et le défi qu’il lance à l’autorité divine et à l’ordre social. Mais il inquiète aussi par sa mort, souvent spectaculaire, qui le précipite dans l’Enfer. Il se rattache aux figures de Faust et de Prométhée, qui défient les dieux et la condition mortelle de l’homme.

2. Une figure essentielle au XVIIe siècle
a) Le précurseur : Tirso de Molina

Il adapte, en 1624, l’histoire de Don Juan au théâtre, sous le titre L’Abuseur de Séville. Avec cette pièce, il ouvre la voie aux réécritures. La pièce décrit un séducteur cynique qui vit dans l’instant présent et refuse de se soumettre aux codes de la société et de la religion.

b) La pièce de Molière (Dom Juan ou le Festin de Pierre, 1665) : entre baroque et classicisme

Après l’échec de Tartuffe, Molière s’empare d’un sujet à la mode dans le répertoire théâtral. La pérennité de sa pièce, par rapport à d’autres réalisations de l’époque, s’explique par son ambiguïté. En effet, si le dénouement condamne Dom Juan aux Enfers, l’audace du personnage, son brio, sa revendication de la liberté et son esprit critique - qui ne sont pas sans évoquer des ressemblances avec son auteur - exercent chez le lecteur une fascination pour ce « grand seigneur méchant homme ».

3. Un mythe revisité
a) Au XVIIIe siècle, l’opéra s’empare du mythe.

L’opéra de Mozart (réalisé à partir du livret de Da Ponte) mêle la légèreté à l’aspect spectaculaire du châtiment final qui précipite Don Giovanni dans les flammes de l’Enfer.

b) Reprise du mythe par les romantiques : insatisfaction et mélancolie

La fascination l’emporte sur la condamnation : les romantiques voient en Don Juan un double insatisfait et mélancolique. Ses multiples conquêtes ne sont que la traduction d’une quête de la femme idéale. Le personnage est moins cynique et va même chez certains auteurs jusqu’à se repentir de sa conduite passée.

A l’étranger : le Don Juan de Byron en Angleterre (1824), celui de Hoffmann en Allemagne (1813) décrivent un Don Juan révolté en quête d’amour absolu.
En France : Mérimée, dans Les Ames du purgatoire (1834) décrit un personnage qui rachète sa conduite sacrilège au moment de mourir ; Musset fait de Don Juan un double du poète, dans son poème Namouna (1832).

c) Les reprises au XXe siècle

Un Don Juan vieillissant : chez Montherlant, dans La Mort qui fait le trottoir (1958) et chez Schmitt dans La Nuit de Valogne (1991), qui renouvelle l’image de Don Juan en expliquant le personnage par le biais d’une homosexualité refoulée.
Des adaptations à l’écran : Bluwal adapte, en 1965, la pièce de Molière pour la télévision. Losey adapte, en 1979, l’opéra de Mozart au cinéma.

L’essentiel

La figure de Don Juan ne cesse de fasciner : d’une œuvre à l’autre, les auteurs ont insisté tantôt sur le cynisme du personnage et sur son libertinage effronté, tantôt sur le courage et la révolte d’un homme qui lance un défi aux institutions sociales, politiques et religieuses.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents