Les soulèvements de 1830 à 1848 - Cours d'Histoire Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les soulèvements de 1830 à 1848

1. Les succès limités de 1830
a. L'indépendance de la Grèce et de la Belgique
Dès 1821, les Grecs se soulèvent contre les Turcs de l'Empire ottoman. A travers l'Europe, un vaste mouvement d'opinion exprime l'admiration pour l'héroïsme du peuple grec, menacé d'écrasement par les Turcs. Les tableaux de Delacroix, les poèmes d'Hugo (Les Orientales) en sont des témoignages. Les grandes puissances, divisées, ne réagissent pas dans un premier temps. Puis le tsar Alexandre Ier décide d'intervenir et bat les armées turques. Il impose lors du traité d'Andrinople (1829) l'indépendance de la Grèce.

En 1830, une révolution libérale éclate en France et parvient à chasser du trône le roi Charles X, qui menait une politique réactionnaire. Bientôt, toute l'Europe est secouée par des troubles et des révolutions. Mais seule l'insurrection de la Belgique aboutit : il s'agit d'une révolution menée en août 1830 par les catholiques et les libéraux belges contre la tutelle des Pays-Bas. Grâce à l'appui de la France et de l'Angleterre, l'indépendance belge est imposée à l'Europe.

b. L'échec des autres soulèvements
Mais ailleurs en Europe, c'est l'échec. Une révolution en Pologne contre le joug imposé par la Russie est écrasée sans pitié par le tsar en avril 1831. En Italie, la révolte se heurte à l'Autriche, qui intervient pour rétablir l'ordre. Enfin, en Allemagne, l'agitation des années 1830-1832 est réprimée par l'Autrichien Metternich, ainsi que par la Russie et par la Prusse.
Ainsi, le mouvement des libéraux et des nationalités n'a-t-il obtenu que de faibles résultats en 1830. Mais les soulèvements montrent que l'ordre établi à Vienne en 1815 est fragile.
2. L'évolution du mouvement des nationalités entre 1830 et 1848
a. Le Zollverein
Malgré l'échec de 1830, le mouvement des nationalités continue de se développer.
Le courant libéral reste puissant en Allemagne et en Autriche.
En 1834, une union douanière regroupant l'ensemble des Etats allemands (Zollverein) est établie par la Prusse. C'est un premier pas vers l'unification de l'Allemagne.
b. Le Risorgimento
Dans les Etats italiens, un mouvement de Risorgimento (« réveil ») s'était organisé depuis les années 1820 au sein de sociétés secrètes : les Carbonari. Les soulèvements de 1831 furent facilement réprimés par l'Autriche. Mais l'action de démocrates comme Mazzini, fondateur de « Jeune Italie », témoigne de la persistance du mouvement. Le Risorgimento s'exprime dans des livres ou des journaux. Il peut compter sur le nouveau roi du Piémont, Charles-Albert, qui accorde des réformes libérales.
3. La contagion révolutionnaire de 1848
a. Le Printemps des peuples
En 1848, l'explosion des révolutions à travers l'Europe bouleverse l'ordre établi en 1815. La révolution parisienne en février, qui parvient à renverser Louis-Philippe et à faire proclamer la République donne partout le signal de la révolte.
En Autriche, la révolution provoque la chute de Metternich et de l'absolutisme. Les différentes nationalités d'Autriche revendiquent leur autonomie, comme les Tchèques ou les Hongrois.
En Allemagne, les libéraux obtiennent du roi de Prusse l'élection au suffrage universel d'un parlement. Enfin, l'Italie se soulève contre l'Autriche, sous la direction du roi de Piémont Charles-Albert.
b. La réaction autrichienne
Mais ce mouvement d'aspiration nationale est étouffé rapidement par un mouvement de réaction organisé par le nouvel empereur d'Autriche François-Joseph. Ce mouvement réduit au silence les libéraux et les nationalités.

En Italie, les troupes du Piémont sont écrasées par l'Autriche en mars 1849. En Allemagne également, le rêve de l'unité s'effondre, sous la pression de l'Autriche.

Cet échec s'explique entre autre par les divisions internes qui existent au sein des différentes nationalités. Mais l'idée nationale ne disparaît pas, comme le prouve la création quelques années plus tard d'Etats nationaux tels que l'Allemagne et l'Italie.

 

L'essentiel

Le peu d'attention accordée aux aspirations libérales et nationales par le congrès de Vienne en 1815 conduit les peuples à remettre en cause, par des révolutions, l'ordre établi. Une première vague d'insurrections en 1830 n'a que peu de résultats, sauf en Grèce et en Belgique. Mais le mouvement se poursuit si bien qu'en 1848, une contagion révolutionnaire s'étend sur l'Europe. Pourtant ce Printemps des peuples est à nouveau réprimé.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents