Lycée   >   Premiere, Première STMG   >   Français   >   Les procédés de l'écriture argumentative

Les procédés de l'écriture argumentative

  • Fiche de cours
  • Quiz
  • Profs en ligne
Objectifs : savoir analyser ce qui fait la force d'une argumentation et connaître les procédés les plus fréquemment utilisés.
1. La subjectivité (interventions du narrateur)
a. L'apostrophe
L'apostrophe est le fait d'interpeller une personne (le lecteur, le destinataire, le personnage...).

Ex. : « Et tu détruis cela, toi ! »
(Victor Hugo, « A qui la faute ? », L'Année terrible, 1872.)

b. La question rhétorique
Il s'agit d'une interrogation directe, qui introduit dans le texte la dimension du discours. L'énonciateur fait appel au lecteur ou à un personnage, qui ne peut évidemment répondre. C'est une « fausse » question.

Ex. : « Oh ! je vous en conjure ayez pitié ! Pitié pour qui ? Pitié pour vous. Qui est en danger ? C'est vous. »
(Victor Hugo, L'Homme qui rit, 1869.)

2. L'exagération
L'hyperbole
L'hyperbole est une expression exagérée qui attire l'attention sur un point précis.

Ex. : « Par mille canaux, notre société nous amène à croire que le moteur de la vie est la compétition. »
(Albert Jacquard, Abécédaire de l'ambiguïté, 1989.)

3. L'atténuation
a. L'euphémisme
L'euphémisme est une formule atténuée, qui rend une affirmation moins choquante.

Ex. : « Des appartements d'une extrême fraîcheur. » (= la prison)
(Voltaire, chapitre 6, Candide ou l'Optimisme, 1759.)

b. La litote
La litote est une formulation qui dit « moins » pour faire entendre « plus ».

Ex. : « Les canons renversèrent d'abord à peu près six mille hommes de chaque côté. »
(Voltaire, chapitre 3, Candide ou l'Optimisme, 1759.)

4. L'opposition
L'antithèse
L'antithèse consiste en une opposition entre deux termes (souvent des éléments clés de l'argumentation).

Ex. : Le cinéma « impose une sorte de rêve éveillé ».
(Michel Tournier, Préface au numéro du cinquantenaire Photo-Cinéma Magazine, juin 1971.)

5. L'ordre des mots
a. La répétition
On parle de répétition lorsqu'un même terme est employé plusieurs fois dans le texte : il faut repérer sa place dans la phrase (en tête de phrase, il s'agit d'une anaphore).

Ex. : « Joue-t-on, s'il vous plaît, la comédie et l'opéra en latin ? Plaide-t-on en latin quand on a un procès ? Fait-on l'amour en latin ? »
(Voltaire, Jeannot et Colin, 1764.)

b. Le chiasme
Le chiasme désigne une opposition de deux termes dans une construction symétrique du type a/b/b/a. Cette figure relève de l'opposition et de la construction.

Ex. : « En deçà, le connu qui était hier l'inconnu, au-delà, l'inconnu qui sera le connu demain. »
(Guy de Maupassant, article dans Le Gaulois, 1881.)

c. La parataxe
La parataxe désigne une succession de phrases ou de propositions qui ne sont pas reliées entre elles par des connecteurs logiques.

Ex. : « Mais on t'appelle, c'est servi, tu n'entends pas ? »
(Nathalie Sarraute, Enfance, 1983.)

d. La gradation
La gradation est la création d'un ordre dans une énumération (ordre croissant ou décroissant, du plus général au plus précis...).

Ex. : « C'est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage ! »
(Victor Hugo, « A qui la faute ? », L'Année terrible, 1872.)

e. L'ellipse
L'ellipse désigne le fait d'enlever un ou plusieurs mots dans une phrase, ce qui la rend plus vive et plus frappante.

Ex. : « Tout n'est pas faux, bien sûr, dans cette liste apocalyptique. Ni vrai non plus, loin de là. » (= Tout n'y est pas vrai.)
(Luc Ferry, La Sagesse des modernes, 1998.)

f. Le zeugma
Le zeugma (ou zeugme) est une association inattendue de termes qui ne devraient pas être mis sur un pied d'égalité (à cause du sens d'un terme introducteur, du domaine qu'ils concernent...).

Ex. : Le duc d'Auge « battit des serviteurs, des servantes, des tapis, quelques fers encore chauds, la campagne, monnaie et, en fin de compte, ses flancs. »
(Raymond Queneau, Les Fleurs bleues, 1965.)

L'essentiel

Le texte argumentatif utilise différents moyens pour convaincre le lecteur. Que ce soit pour marquer la subjectivité, l'exagération, l'atténuation, l'opposition ou pour insister sur certains éléments en bouleversant l'ordre des mots, les figures de style sont d'efficaces moyens de persuasion.
Il faut aussi savoir analyser la métaphore qui est particulièrement importante dans l'argumentation.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Question 1/5

La médiane de 6 notes est 13. Cela signifie que :

Question 2/5

On a obtenu la série statistique suivante :

Combien vaut la médiane ?

Question 3/5

On a obtenu la série ci-dessous :

Quelle est la médiane de cette série ?

Question 4/5

On a relevé les tailles en cm des élèves d’une classe :

 

Parmi les propositions suivantes, laquelle est vraie ?

Question 5/5

Les notes en français de deux classes littéraires sont données dans le tableau suivant :

Quelle est la note médiane ?

Vous avez obtenu75%de bonnes réponses !

Reçois l’intégralité des bonnes réponses ainsi que les rappels de cours associés

Une erreur s'est produite, veuillez ré-essayer

Consultez votre boite email, vous y trouverez vos résultats de quiz!

Découvrez le soutien scolaire en ligne avec myMaxicours

Le service propose une plateforme de contenus interactifs, ludiques et variés pour les élèves du CP à la Terminale. Nous proposons des univers adaptés aux tranches d'âge afin de favoriser la concentration, encourager et motiver quel que soit le niveau. Nous souhaitons que chacun se sente bien pour apprendre et progresser en toute sérénité ! 

Fiches de cours les plus recherchées

Français

Le texte argumentatif

Français

Le texte narratif

Français

Les figures de construction et du signifiant

Français

Les figures d'insistance, d'opposition et de rupture

Français

Les figures d'opposition, d'insistance et d'atténuation

Français

Les figures d'analogie et de substitution

Français

La poésie au 19e siècle

Français

Beaumarchais, Le Barbier de Séville (1775)

Français

Beaumarchais, Le Mariage de Figaro (1784)

Français

L'histoire littéraire du 18e siècle