Les différentes méthodes de contraception - Maxicours

Les différentes méthodes de contraception

Objectif

Connaitre les méthodes de contraception concernant à la fois les femmes et les hommes.

Points clés
  • Le but de la contraception est d'éviter une grossesse non désirée.
  • Les méthodes de contraception concernent à la fois les femmes et les hommes, même si c'est la femme finalement qui évitera la grossesse.
  • Il existe plusieurs méthodes pour éviter une grossesse :
    • les méthodes “naturelles” ;
    • les méthodes locales qui font appel à des procédés mécaniques (barrière physique ou impossibilité de nidation) ou chimiques ;
    • les méthodes hormonales.
Pour bien comprendre
  • Les appareils reproducteurs féminin et masculin
  • La reproduction

La connaissance du fonctionnement des appareils reproducteurs a permis de développer des méthodes de contraception qui permettent à chaque couple de choisir le moment où il peut accueillir un enfant.

Un moyen contraceptif doit pouvoir empêcher de façon fiable une grossesse mais doit être réversible.

1. Les méthodes naturelles

Ces méthodes présentent une très faible fiabilité. 

a. Le retrait

 Cette méthode consiste au retrait de la verge hors du vagin avant l'éjaculation.

b. Le suivi de la température

La température est plus élevée durant la phase post-ovulatoire. Suivre quotidiennement l'évolution de sa température permet donc à une femme de repérer sa date d’ovulation. 

c. La méthode Ogino

Cette méthode consiste à utiliser un calendrier pour repérer la date de l’ovulation qui a lieu 14 jours avant les règles. Elle implique que le cycle soit très régulier.

d. La méthode Billing

Celle méthode consiste à suivre l’évolution de l’aspect de la glaire cervicale au cours du cycle, celle-ci étant plus lâche au moment de l’ovulation.

2. Les méthodes locales
a. Les méthodes mécaniques
Le préservatif masculin

C'est un étui en latex placé sur la verge en érection. Il évite tout contact entre le pénis et le vagin, et protège les partenaires contre les IST (infections sexuellement transmissibles).

 

Le préservatif féminin, ou diaphragme
C'est un disque en caoutchouc placé au fond du vagin à l’entrée de l’utérus.

Le stérilet

Ce dispositif intra-utérin consiste en un appareil en plastique et/ou en cuivre de 3 à 4 cm qui provoque l’altération de la muqueuse utérine bloquant ainsi l’étape de nidation. Il doit être placé par un médecin. Des précautions particulières sont à prendre chez les jeunes femmes, en raison d'un risque accru d’infection pouvant causer une stérilité.

Le stérilet peut être combiné à un progestatif. Il peut parfois être proposé comme contraception d’urgence à la suite d’un rapport non ou mal protégé.

 

b. Les méthodes chimiques

Les spermicides consistent en des gels, des mousses ou des ovules contraceptifs (ils détruisent les spermatozoïdes) qui peuvent être employés en complément des diaphragmes ou des préservatifs masculins pour en améliorer leur efficacité.

3. La contraception hormonale

Il existe trois types de pilules : la pilule œstroprogestative, la pilule micro-progestative et la pilule du lendemain (pilule Norvelo).

À ces méthodes contraceptives hormonales s’ajoutent aujourd’hui le patch et l’implant.

4. La contraception masculine

Les deux techniques utilisées actuellement en tant que méthode masculine sont la méthode de retrait et le préservatif.

Le seul moyen alternatif efficace est la stérilisation par vasectomie, ce qui n’entre pas dans le cadre d’une contraception réversible.

D’autres moyens sont en cours de développement :

  • Un slip chauffant les testicules pour réduire la mobilité des spermatozoïde est en développement mais ne présente pas un pourcentage d’efficacité élevé. Il faut que les testicules soient au dessus de 35°C pour inhiber la spermatogenèse.
  • Certaines équipes de recherche développent de contraceptifs hormonaux masculins via pilule ou injection afin de réduire le taux de testostérone. Cependant, les effets secondaires peuvent être importants sachant que cette hormone est impliquée dans d’autres mécanismes métaboliques.
  • En Inde, un procédé est en cours d’étude. Le RISUG (Reversible Inhibition of Sperme Under Guidance), est un moyen de contraception occlusive. Cette technique consiste à injecter un gel au niveau des canaux déférents ce qui va bloquer la sortie des spermatozoïdes qui seront par la suite détruits.

Plusieurs moyens de contraception masculinessont toujours en étude. Le contrôle de la contraception est l’histoire des deux partenaires et non pas la responsabilité exclusive des femmes.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Des profs en ligne

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent