Le contrôle cérébral du comportement reproducteur chez les primates dont l'Homme - Maxicours

Le contrôle cérébral du comportement reproducteur chez les primates dont l'Homme

Objectif

Comprendre que le comportement reproducteur des primates vient aussi d’un circuit de récompense, un facteur biologique, qui libère une molécule du plaisir dans des zones du cerveau.

Points clés
  • Le comportement sexuel chez les primates n’est pas uniquement contrôlé par les hormones et les phéromones, mais par un circuit de récompense.
  • Dans des régions du cortex cérébral impliquées dans le circuit de récompense (les noyaux d’accumbens et ATV), la sensation de plaisir est provoquée par la libération d’un neurotransmetteur : la dopamine.
Pour bien comprendre
  • Fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin
  • Fonctionnement de l'appareil reproducteur masculin
  • Contrôle hormonal du comportement sexuel

 

 

1. Deux types de comportements sexuels

Il existe deux types de comportements sexuels chez les mammifères : le comportement de reproduction et le comportement érotique.

a. Le comportement de reproduction

Le comportement de reproduction est contrôlé par les hormones et les phéromones. Il caractérise les mammifères non hominoïdes (rongeurs, félidés, …) et correspond à des comportements innés : la femelle adopte une position spécifique (lordose) ou est immobile tandis que le mâle la monte et la pénètre. Il effectue ensuite une série de poussées pelviennes conduisant à l’éjaculation.

Le comportement de reproduction présente un caractère saisonnier.

b. Le comportement érotique

Le comportement érotique propre aux primates hominoïdes fait intervenir le système de récompense/renforcement. Il fait intervenir des zones particulières ou zones érogènes qui lors de stimulations procurent des plaisirs érotiques.

Au cours de l’évolution, on constate que chez les hominoïdes (sous-groupes de primates caractérisés par la marche bipède et un cortex développé comme le chimpanzé, le gorille, l’Homme), l’influence hormonale diminue au profit de l’influence du système de récompense.

Le comportement sexuel humain est, en plus, sous le contrôle de facteurs socio-culturels.

L’Homme est capable de dissocier l'acte sexuel de la procréation. L’Homme, au travers l’acte sexuel, est à la recherche de plaisir. Les hormones ne sont donc pas les seuls facteurs biologiques qui contrôlent le comportement sexuel chez l’homme.

2. L'existence des « circuits de la récompense » dans le cerveau humain

Des expériences historiques ont permis de mettre en évidence au niveau du cerveau les « circuits de la récompense ».

En 1938, le psychologue Skinner place un rat dans une cage dans laquelle à chaque fois que le rat appuie sur une pédale, de l’alimentation lui est administrée. Il observe alors que le rat renouvelle de plus en plus fréquemment l’action, grâce à la récompense administrée. Cette expérience est reprise en 1954 par Olds et Milner : le rat quand il appuie sur la pédale reçoit un choc électrique au niveau du cerveau. En fonction de la zone du cerveau stimulée, le rat renouvelle ou pas l’action : cette expérience permet aux scientifiques de mettre en évidence une zone du cerveau associée au plaisir appelée les « circuits de la récompense ».

L’homme comme tous les mammifères possède ces « circuits de la récompense ». Ces circuits sont constitués par un ensemble de connexions nerveuses entre des neurones situés dans l’aire tegmentale ventrale (ATV) et ceux d’autres régions du cerveau comme le noyau accubens et différentes régions du cortex cérébral.

3. Mise en évidence d'une molécule du plaisir : la dopamine

Des études sur le cerveau humain montrent que la sensation de plaisir quel que soit le facteur déclenchant (alimentation, sexe ou drogue) est liée à la libération par des neurones du système de récompense d’un neurotransmetteur appelé la dopamine.
Au contraire, on observe que la sensation de mal être voire de dépression est liée à l’absence de dopamine.

Les neurones, cellules nerveuses impliquées dans les circuits de la récompense, communiquent les uns avec les autres par l’intermédiaire d’un neurotransmetteur : la dopamine. Ce sont ces mêmes neurones qui libèrent, lors du comportement érotique, de la dopamine à l’origine du plaisir ressenti. 

Les zones du cerveau responsables de la mémoire sont aussi activées lors de la libération de dopamine, c’est pourquoi l’homme a tendance à reproduire les actions qui s’accompagnent d’une sensation de plaisir comme l’acte sexuel par exemple.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent