L'inégale répartition des maladies infectieuses sur la planète et les moyens mis en oeuvre pour les éradiquer - Maxicours

L'inégale répartition des maladies infectieuses sur la planète et les moyens mis en oeuvre pour les éradiquer

Objectifs
  • Comprendre les différentes causes de mortalité entre les pays.
  • Comprendre les méthodes de prévention.
Points clés
  • Les populations des pays qualifiés de riches ont un taux de mortalité élevé pour les cancers et les maladies cardiovasculaires.
  • Les pays ayant moins de ressources financières ont un taux plus élevé pour les maladies transmissibles comme par exemple le paludisme et le sida.
  • Pour lutter contre le sida, la méthode de prévention efficace est l’utilisation du préservatif.
  • Pour lutter contre le paludisme, la méthode de prévention la plus efficace est l’usage de répulsifs ou de moustiquaires contre les moustiques.
  • L’augmentation de la température moyenne de notre planète conduit au développement dans de nouvelles régions de certaines pathologies transmissibles comme le paludisme.
Pour bien comprendre
  • Les maladies induites par un virus, l’exemple du sida
  • Les pathologies induites par des parasites unicellulaires, l’exemple du paludisme
1. Comparaison des causes de mortalité entre la France et l'Afrique centrale

Il existe un très grand nombre de maladies infectieuses qui se transmettent à l’Homme soit directement, soit grâce à des vecteurs. Toutes les personnes infectées ne déclenchent pas obligatoirement la maladie, dans ce cas, ces personnes sont qualifiées de porteur sain.

En comparant les causes de mortalité en France et en Afrique centrale, il est possible de mettre en évidence des différences. En France, 90 % des personnes vont mourir de maladies non-transmissibles comme les cancers ou les maladies cardiovasculaires. Les 10 % restants seront touchés par des maladies transmissibles comme des infections respiratoires, le sida ou encore le paludisme.

En Afrique centrale, cette proportion est inversée. On retrouve peu de personnes mourant d’une maladie cardio-vasculaire ou d’un cancer, mais un très grand nombre décèdent du sida, du paludisme ou d'autres maladies transmissibles.

De ce fait, il est possible de mettre en évidence l’existence de facteurs particuliers favorisant le développement de certaines maladies.

2. La prévention des maladies transmissibles

Afin de lutter contre les maladies infectieuses comme le sida et le paludisme, il est indispensable pour les États de mettre en place une politique de prévention. Cette politique de prévention s'articule autour de campagnes d'informations qui avertissent des dangers de la pathologie et des moyens de protection à mettre en œuvre pour éviter la contamination, comme l'obligation de l’usage du préservatif contre le sida, ou l'utilisation d'insecticides et de moustiquaires contre le paludisme. Dans les pays en voie de développement, ces campagnes de prévention sont moins nombreuses qu'en France du fait de leur coût. Pour les mêmes raisons financières, l’accès aux produits répulsifs contre les insectes, aux médicaments limitant le développement du paludisme ou aux préservatifs est plus limité.

De plus, les traitements contre le sida ou le paludisme ont un coût. Les populations de la majorité des pays africains ne peuvent supporter l’achat de ces médicaments.

À côté de ces problèmes économiques de nombreuses maladies infectieuses sont endémiques, c'est-à-dire qu'elles sont spécifiques à un pays donné. Cela est dû à la présence du vecteur. Par exemple, pour le paludisme, l'anophèle femelle ne peut survivre que dans les pays chauds et humides. Le paludisme ne pourra se développer que dans ces pays.

3. L'évolution des maladies transmissibles et le climat

À côté de ces problèmes économiques, de nombreuses maladies infectieuses sont endémiques, c'est-à-dire qu'elles sont spécifiques à une région donnée. Cela est dû à la présence d’un vecteur de maladie. Par exemple, dans le cas du paludisme, l'anophèle femelle ne peut survivre que dans les pays chauds et humides. De ce fait, le paludisme ne pourra se développer que dans ces pays, car l’anophèle femelle est son seul vecteur.

Avec les changements climatiques et l'augmentation de la température moyenne de notre planète, les aires de répartition de l'anophèle femelle s’étendent. Ces changements climatiques vont contribuer à agrandir l’aire de répartition de l'anophèle et le développement des pathologies qu’il véhicule.

Ce qui est vrai pour le paludisme l’est aussi pour les autres maladies virales liées à un vecteur, comme nous pouvons l’étudier dans le tableau ci-dessous.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent