Les abolitions de la traite et de l'esclavage et leur application - Maxicours

Les abolitions de la traite et de l'esclavage et leur application

Les principes et valeurs affirmés dans le cadre des révolutions anglo-saxonnes et de la Révolution française aboutissent à un vif débat sur l’existence du système de la traite et de l’esclavage. Progressivement, ce débat amène à une prise de conscience de la nécessité d’interdire le trafic marchand d’êtres humains et d’affirmer la liberté de tous les individus, quelque soit leur couleur de peau.
1. Le débat sur la traite et sur l'esclavage devient central à partir du 18e siècle
Même si l’esclavage et la traite sont très liés, il convient de distinguer le sens précis des deux termes car leurs interdictions sont chronologiquement différentes.
L’esclavage est un principe fixant à un individu la condition sociale d’esclave. Celui-ci ne bénéficie donc d’aucun droit, ni de liberté. C’est également un système socio-économique qui repose sur l’exploitation du travail de ces personnes.
Ce système induit donc la traite, c'est-à-dire le trafic marchand des esclaves. Ce trafic est lui aussi générateur de richesses, par la vente et l’achat d’esclaves.
a. Le débat au Royaume-Uni et aux États-Unis
L’Angleterre libérale est le fer de lance de la lutte, d’abord contre la traite puis contre l’esclavage. Elle joue un rôle moteur dans l’abolitionnisme à partir des années 1780. L’abolitionnisme est un courant de pensée qui milite en faveur de l’interdiction de la traite et de l’esclavage. Le courant radical prône l’abolition de l’esclavage mais il existe un courant modéré qui propose d’abolir dans un premier temps la traite pour parvenir ensuite à l’interdiction de l’esclavage.
En 1787 est créée à Londres l’Abolition Society qui fait campagne pour la fin du commerce d’esclaves entre l’ouest africain et les territoires américains dominés par les britanniques. Cette société est menée par des leaders charismatiques comme l’avocat Granville Sharp ou le parlementaire William Wilberforce. Les nombreux meetings et débats organisés par cette association dans lesquels ils donnent la parole à d’anciens esclaves permet à l’opinion publique de prendre conscience de l’inhumanité de ce système.

Le débat existe également aux États-Unis où les grandes plantations coloniales fonctionnent sur le système esclavagiste. Lorsque la guerre d’indépendance éclate à partir de 1775, les Britanniques promettent la liberté aux Noirs s’engageant dans l’armée loyaliste. Cette position alimente les débats chez les Américains. George Washington, chef d’état-major de l’armée continentale, autorise, après l’avoir interdit, l’engagement des Noirs libres, puis des esclaves. À partir des années 1780, il milite contre le maintien de l’esclavage et souhaite son abolition progressive « par degrés, de manière lente, sûre et imperceptible », comme il l’écrit à son ami La Fayette en 1786.
b. En France
Le débat en France existe bien avant la Révolution française. Le mouvement des Lumières prône la défense des droits naturels de l’homme, les droits de propriété, de liberté, d’égalité devant la loi, mais aussi le droit au bonheur pour tous les êtres humains et la nécessité de résister à l’oppression.

En 1766, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert consacre un article à la traite en signalant que la réduction de l’esclavage « est un négoce qui viole la religion, la morale, les lois naturelles et tous les droits de la nature humaine ». Le discours est violent puisque l’article se termine sur l’idée qu’il serait préférable « que les colonies européennes soient donc détruites, que de faire tant de malheureux ».

La Révolution va faire de la France le premier pays à prendre une position très tranchée sur ce douloureux sujet. Une révolte de 50 000 esclaves menés par Toussaint Louverture en 1791 sur l’île de Saint-Domingue accélère le débat parmi les révolutionnaires. Ce débat aboutit le 4 février 1794, pour la première fois dans l’Histoire, à la proclamation par la Convention nationale de l’abolition de l’esclavage, près de quatre ans après l’adoption par l’Assemblée de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (voir fiche : Le 4 août, symbole de la Révolution ?). Cependant, cette première loi dure peu puisque l’abolition fut révoquée en 1802 par Bonaparte. Le processus qui va mener aux lois interdisant la traite et l’esclavage va encore être long.
2. Des interdictions progressives, fruits d'un long processus
a. Abolir la traite pour faire disparaître l'esclavage
La position généralement tenue est de parvenir à l’interdiction de la traite pour que l’esclavage disparaisse de lui-même. C’est ainsi le cas en Angleterre où en 1807, grâce à l’Abolition Society, est votée une loi pour l’interdiction du trafic marchand d’esclaves. Les campagnes abolitionnistes se poursuivent et permettent d’obtenir du Congrès de Vienne, en 1815 l’interdiction internationale de ce trafic. Le pape Grégoire XVI, sous la pression des Britanniques condamne également le système en 1839.

Cette conception de voir bientôt disparaitre l’esclavage par une législation interdisant la traite n’aboutit à aucun résultat en Angleterre, ni en France où la traite est interdite en 1831. Les lois ont pour conséquence d’accroître les trafics illégaux car la demande demeure forte dans les colonies. Celles-ci, par peur de manquer d’esclaves, recourent aux circuits clandestins. L’instauration d’un système de surveillance et de contrôle des navires, le droit de visite, ne changent pas la situation.
b. La nécessité d'abolir l'esclavage devient une priorité
On se rend rapidement compte que pour faire disparaître la traite, il convient, avant tout, d’abolir l’esclavage. Le mouvement abolitionniste se concentre dès lors sur cet objectif en Angleterre. Cette abolition intervient en 1833 au Royaume-Uni.

En France, il faut attendre la IIe République et le décret du 4 mars 1848 pour que soit créée une commission d’abolition de l’esclavage. Celui qui va conduire l’abolition effective est Victor Schoelcher, représentant du peuple de la Guadeloupe et de la Martinique et nommé sous-secrétaire d’État en 1848. Cette abolition est décidée le 27 avril 1848. 250 000 esclaves noirs ou métis aux Antilles, à la Réunion, soit 60% de la population de ces deux territoires, ou encore au Sénégal deviennent donc citoyens.

Aux États-Unis, la situation est plus difficile et le refus des États du Sud d’abolir conduit à une guerre civile avec les États du Nord en 1861. Il faut attendre la fin de cette guerre, en 1865, pour que l’abolition soit votée.
c. Une persistance de la traite et de l'esclavage à certains endroits
Malgré les lois prises en Europe puis aux États-Unis, la traite subsiste dans l’Océan Indien entre l’Afrique et les pays arabes et dans l’Atlantique Sud avec une traite clandestine que pratiquent les Brésiliens à partir des côtes du sud-ouest de l’Afrique et en particulier de l’Angola.
L'essentiel
Les conquêtes révolutionnaires, l’affirmation des principes de liberté, des droits de l’homme et du citoyen conduisent à remettre en cause dès la fin du 18e siècle des pratiques totalement contraires aux valeurs démocratiques. À partir du début du 19e siècle, on revient sur le commerce des esclaves, la traite, puis sur le principe de l’esclavage en tant que tel.
Le processus a été long mais les jeunes démocraties prennent conscience de l’impossibilité de maintenir un système qui contredit les valeurs qu’elles défendent. Malgré les lois qui interdisent l’esclavage, celui-ci ne disparaît pas partout pour autant et, aujourd’hui encore, le trafic d’êtres humains subsiste.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.