Le seigneur et ses paysans - Maxicours

Le seigneur et ses paysans

Comment s'organise la vie du seigneur et de ses paysans dans le cadre de la seigneurie ?
1. L'organisation de la seigneurie
a. Les deux parties de la seigneurie
Le vaste domaine seigneurial est divisé en deux parts :
- La première, appelée réserve, est exploitée directement pour le compte du seigneur par le biais des corvées que lui doivent les paysans qui vivent sur ses terres.
- La seconde part, la tenure, constitue la partie que le seigneur met à la disposition de ses paysans, qu'ils soient serf ou vilains.
b. Les obligations des paysans de la seigneurie
Les paysans n'ont pas la propriété, mais simplement la jouissance héréditaire, moyennant une redevance, ou cens annuel en argent, ou en nature et une autre redevance déterminée en fonction de la récolte, le champart, etc. Le seigneur met aussi à la disposition de ses paysans un four, un moulin ou parfois un puits. Leur utilisation est soumise à une redevance payée au seigneur.
2. Les différents paysans de la seigneurie
La seigneurie abrite deux catégories de paysans que leur degré de liberté permet de distinguer.
a. Le serf
Il est attaché à un seigneur par un lien personnel et héréditaire ; il est sa propriété. S'il s'enfuit, il est ramené de force à sa terre et il est cédé ou vendu avec elle. Deux types d'obligations d'ordre juridiques assujettissent le serf à son seigneur :
- Le formariage : interdiction de se marier sans l'autorisation de son seigneur et en dehors de la terre de ce dernier ;
- la mainmorte : impossibilité de transmettre librement ses biens, dans le cas où son seigneur ne s'en empare pas, il peut les transmettre à ses enfants, à condition qu'ils vivent dans son foyer.

Il doit, en plus de la corvée, deux contributions :
- La capitation ou impôt par tête ;
- la taille arbitraire qui permet au seigneur de le rançonner à sa guise. Il n'est pas esclave car il peut plaider en justice, fonder une famille, posséder et léguer un patrimoine sous certaines conditions. Et, il peut également racheter sa liberté.
b. Le vilain
C'est un serf affranchi ou un paysan demeuré libre. Il occupe et cultive une terre roturière ou non-noble et s'acquitte, en retour, de redevances fixes correspondant aux droits seigneuriaux.

Ces redevances sont la taille, le service militaire pour la défense du domaine seigneurial et la corvée. Cette dernière consiste en un nombre fixe de journées de travail à effectuer, chaque année, pour le compte du seigneur (entretien du château, culture du domaine, récoltes, vendanges ...).



L'essentiel
C'est dans le cadre de la seigneurie que s'organise la vie du seigneur et de ses paysans. La terre appartient au seigneur qui en tire des bénéfices quel que soit le mode d'exploitation. Généralement, il consacre une partie de sa terre pour son propre compte, l'exploitant par le biais des obligations ou corvées des paysans et cèdent une autre partie, moyennant quelques redevances, à ces paysans.

Au sein de la seigneurie cohabitent deux catégories de paysans : les vilains (hommes libres) qui ne doivent que des journées de travail (corvée) et les serfs qui ne peuvent ni se marier, ni hériter sans l'accord de leur seigneur.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Des profs en ligne

  • 6 j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Votre adresse e-mail sera exclusivement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment, à travers le lien de désinscription présent dans chaque newsletter. Conformément à la Loi Informatique et Libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, au RGPD n°2016/679 et à la Loi pour une République numérique du 7 octobre 2016, vous disposez du droit d’accès, de rectification, de limitation, d’opposition, de suppression, du droit à la portabilité de vos données, de transmettre des directives sur leur sort en cas de décès. Vous pouvez exercer ces droits en adressant un mail à : contact-donnees@sejer.fr. Vous avez la possibilité de former une réclamation auprès de l’autorité compétente. En savoir plus sur notre politique de confidentialité