Le pamphlet - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Objectif : connaître les différents genres argumentatifs.
Le pamphlet est un genre argumentatif, il appartient à la littérature d'idées. Il s'agit d'un ouvrage court qui s'attaque violemment à des idées ou à des personnes. Comme la satire, sa tonalité est très agressive. On applique parfois le terme de pamphlet à des textes qui ne sont pas des pamphlets au sens strict, mais qui en imitent l'aspect polémique. Par exemple, certains articles de journaux ou certains essais (le mot « essai » désigne en principe un écrit plus modéré que le pamphlet) ont un contenu qui relève plutôt du pamphlet.
1. Le registre polémique
« Polémique » vient du grec polemos qui signifie « guerre ». Quand on parle de registre polémique, on renvoie donc au caractère agressif d'un texte, aux attaques constantes auxquelles il se livre.
a. L'implication de l'adversaire
Pour attaquer un adversaire, l'auteur d'un pamphlet s'en prend souvent directement à la personne concernée. Un indice du registre polémique est donc l'usage de marques de la deuxième personne (du singulier ou du pluriel) comme les pronoms ou les adjectifs possessifs. De même, les périphrases dépréciatives sont souvent utilisées pour s'en prendre directement à ceux que l'on condamne.
Ainsi, dans l'article « Superstition » du Dictionnaire philosophique (1765), Voltaire attaque les superstitieux en multipliant les apostrophes agressives :
« Vous pensez que Dieu oubliera votre homicide si vous vous baignez dans un fleuve, si vous immolez une brebis noire, et si on prononce sur vous des paroles. Un second homicide vous sera donc pardonné au même prix, et ainsi un troisième, et cent meurtres ne vous coûteront que cent brebis noires et cent ablutions ! Faites mieux, misérables humains : point de meurtres et point de brebis noires. »
b. L'implication du lecteur
Pour donner plus de force à son message, l'auteur peut également prendre le lecteur à témoin de l'absurdité d'une idée, du ridicule d'une personne, de la cruauté d'une décision... Cette prise à témoin s'exprimera par des procédés tels que l'apostrophe au lecteur ou l'usage du pronom nous par lequel il se trouve associé à la prise de position de l'auteur.
On observe par exemple cet usage dans la critique du Ventre de Paris de Zola écrite par Barbey d'Aurevilly (publiée dans Le Constitutionnel en 1873) :
« Pour monsieur Zola, toute cette cochonnaille, qu'il nous étale et dont il nous repaît, et dont il finit par nous donner le mal au cœur, c'est de l'art. »
c. Les termes dépréciatifs
Pour attaquer (une personne, une idée, une œuvre, etc.), l'auteur de pamphlet utilise de nombreux termes dépréciatifs ou dévalorisants (il peut aussi utiliser des termes valorisants de façon ironique).
Ainsi, Romain Rolland, dans Au-dessus de la mêlée (1915), s'en prend violemment aux chefs d'Etats bellicistes en utilisant à leur sujet l'adjectif criminels et l'adverbe sournoisement :
« Ces guerres, je le sais, les chefs d'États qui en sont les auteurs criminels n'osent en accepter la responsabilité ; chacun s'efforce sournoisement d'en rejeter la charge sur l'adversaire. »
2. Quelques pamphlets célèbres
a. De l'horrible danger de la lecture de Voltaire (1765)
Dans ce pamphlet qui condamne les atteintes à la liberté d'expression, Voltaire fait parler un personnage imaginaire, Joussouf Chéribi, à qui il fait démontrer point par point que la lecture représente un « horrible danger » (pour le pouvoir politique, pour la religion, pour l'ordre de la société, etc.). Ce pamphlet présente la particularité d'être tout entier ironique. Pour comprendre le message de Voltaire, ce qu'il pense en réalité, il faut inverser le sens des paroles de son personnage.
b. J'accuse ! d'Emile Zola (1898)
Lettre ouverte adressée par Zola au président de la République Félix Faure, publiée dans le journal L'Aurore, J'accuse ! peut se rapprocher du pamphlet par son caractère fortement polémique. Cette dimension polémique s'applique notamment à la fin de la lettre, dans laquelle Zola commence toutes ses phrases par « J'accuse ». Ainsi, pour défendre le capitaine Dreyfus injustement condamné pour espionnage (en fait, condamné par antisémitisme), Zola s'en prend ouvertement à la hiérarchie militaire et à tous ceux qui la soutiennent.
c. A l'agité du bocal de Céline (1948)
Ce pamphlet attaque, de façon extrêmement agressive et grossière, l'écrivain Jean-Paul Sartre, désigné par la périphrase dépréciative du titre « l'agité du bocal ». Ce dernier avait écrit dans Portrait d'un antisémite : « Si Céline a pu soutenir les thèses socialistes des nazis, c'est qu'il était payé. » Ulcéré par cette phrase, Céline répond par un pamphlet d'une grande violence, désignant sans cesse son adversaire par des termes scatologiques : « la petite fiente », « ce petit bousier », « cette ventouse baveuse », etc. Ici, les arguments disparaissent totalement, au profit de la seule injure.
L'essentiel

Le pamphlet est un écrit court qui attaque violemment une idée, une personne ou une attitude. Il a recours au registre polémique. De l'horrible danger de la lecture de Voltaire, J'accuse ! de Zola ou encore A l'agité du bocal de Céline sont des pamphlets célèbres.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents