Le mouvement ouvrier en Allemagne de 1875 à 1918 : de l'essor à la rupture - Cours d'Histoire Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le mouvement ouvrier en Allemagne de 1875 à 1918 : de l'essor à la rupture

En 1875, l'Allemagne est un pays jeune en pleine transformation économique et sociale. L'idée de l'unité allemande s'est construite à partir de 1815 et s'est concrétisée à partir de la victoire écrasante contre les Autrichiens à Sadowa en 1866. Il faut cependant attendre le 18 janvier 1871 pour que l'unité allemande soit proclamée à Versailles après la victoire allemande contre l'armée française.

Avant même la proclamation de cette unité, les États allemands connaissent un décollage économique. Au tournant des années 1850, ces États sont touchés par la deuxième révolution industrielle : l'unification douanière est mise en place (le zollverein) et en 10 ans, la production de coton augmente de 60 % et celle de fer de 50 %. Dès cette période le réseau ferré allemand est deux fois plus important que celui de la France.

Unification et industrialisation créent un nouvel espace politique et social dans lequel le mouvement ouvrier va se développer très rapidement. Le prolétariat urbain connaît une croissance rapide et les idéologies communistes et socialistes se renforcent à partir de la parution du Capital de Karl Marx, tandis que le syndicalisme se crée dans les grandes régions industrielles.
De 1875 à 1918, ce mouvement va connaître un tel essor que l'Allemagne promeut des lois sociales très avant-gardistes. C'est paradoxalement ce succès qui va limiter le développement de ces mouvements.
1. La naissance du mouvement ouvrier
a. À l'origine du socialisme allemand
Les idées socialistes se développent en Allemagne assez tardivement. C'est seulement en 1862 que Ferdinand Lassalle, fils de commerçant de Breslau, prononce un discours intitulé Arbeiter Programme (« Un programme pour les travailleurs ») et publié sous ce titre. En 1863, il fonde l'Association générale des travailleurs, le premier embryon du parti socialiste allemand.

Lassalle est inspiré du Marxisme mais, selon lui, la libération de la classe ouvrière ne passera pas par la révolution mais par le suffrage universel et la conquête pacifique du pouvoir. Dès lors, l'État pourra financer des coopératives ouvrières de production qui seront capables d'assurer des salaires décents aux travailleurs. Ce « réformisme » a une grande influence sur l'évolution du prolétariat allemand même si Lassalle, tué en duel en 1864, n'a pas le temps de développer et concrétiser ses théories.
b. La naissance de la social-démocratie
En 1869, August Bebel et Wiehelm Liebknecht créent à Eisenach un parti qui se réclame de la 1ère International fondée à Londres en 1864.

Doc. 1. Wilhelm Liebknecht (1826-1900) socialiste allemand, co-fondateur du Parti social-democrate d'Allemagne

Ce parti ouvrier social-démocrate d'Allemagne préconise, à la différence des associations lassalliennes, la transformation révolutionnaire de la société et une action internationaliste des ouvriers. La concurrence entre ces deux mouvements affaiblit, à cette époque, le mouvement ouvrier allemand. Conscient de cette limite, Liebknecht encourage l'unification des mouvements. En mai 1875, au Congrès de Gotha, les lassalliens acceptent la fusion de ces deux tendances (lassalliennes et ouvrier social-démocrate). D'abord nommée SAP (Parti socialiste des ouvriers allemands), la nouvelle organisation prend ensuite le nom de SPD (Parti social-démocrate) en 1890.

Son programme est le résultat d'un compromis entre les idées de Lassalle et de Liebknecht. Liebknecht est obligé de faire de nombreuses concessions du fait que les Lassalliens sont beaucoup plus nombreux. Le Congrès de Gotha adopte notamment la théorie de la loi d'airain des salaires (selon laquelle le salaire permet juste au travailleur de reproduire sa force de travail) et ne dit rien àp props de la prise de pouvoir par la révolution ni de l'action internationaliste.

Cette stratégie sera celle de la sociale-démocratie jusqu'en 1933, même si les luttes de tendance, entre lassalliens et révolutionnaires d'inspiration marxiste, se font parfois jour. Le SPD, structuré solidement par Liebknecht, connaît dès lors de grands succès. Notamment parce qu'il est en Europe le plus sensible à la montée du nationalisme qui s'empare des classes populaires au tournant du siècle. Aux élections générales de 1877, il obtient déjà 500 000 voix et 12 députés.
c. Un essor combattu par Bismarck
Si l'autorisation de créer des syndicats est promulguée en 1871, Bismarck engage en 1878 une lutte contre leur influence en les interdisant. Ce qui ne l'empêche pas de se lancer dans d'audacieuses réformes sociales pour créer une législation sans équivalent en Europe : en 1883, une assurance-maladie est créée, puis en 1884, une loi sur les accidents du travail. En 1889 enfin, une loi sur l'invalidité et la vieillesse est adoptée : une pension-retraite à partir de 65 ans est créée. Pourtant, ce « socialisme d'État » ne suffit pas à contrecarrer l'influence grandissante de la sociale-démocratie.

Doc. 2. Otto von Bismarck (1815-1898)

Le contexte change pourtant avec l'arrivée de Guillaume II à la tête de l'Empire en 1888. Celui-ci reproche à Bismarck l'échec de la lutte contre les socialistes. En 1890, les socialistes remportent 1,5 millions de voix aux élections. Les syndicats se sont en outre reconstitués sous la forme d'associations de secours mutuel. En 1889, les syndicats réagissent à l'hostilité de Bismarck en déclenchant une première grève générale dans les mines. Pour autant, le jeune empereur refuse d'engager une épreuve de force avec la classe ouvrière et oblige Bismarck à la démission.

Doc. 3. Acclamation de la foule lors du départ d'Otto von Bismarck (1815-1898) quittant ses fonctions et Berlin le 29 mars 1890. Gravure de la fin du 19e siècle.
2. La poussée du syndicalisme et de la social-démocratie
a. Des victoires réelles...
Aux élections de 1912, la coalition des sociaux-démocrates, des nationaux-libéraux et des progressistes l'emporte aux élections contre le bloc gouvernemental. Mieux encore pour le SPD : réorganisé par Bebel, il devient le premier parti au Reichstag.

Doc. 4. Portrait de Ferdinand August Bebel (1840-1913), fondateur du parti socialiste allemand (Sozialdemokratische Partei Deutschlands - SPD).

De leur côté, les syndicats se structurent et se développent. En 1892, ils se fédèrent sous l'égide de Karl Legien. Quand ils rassemblaient 300 000 personnes en 1890, ces « syndicats libres » (c'est ainsi qu'on désigne le syndicats socio-démocrates) en comptent 2,5 millions en 1913. Il existe aussi depuis 1894 des syndicats chrétiens (750 000 membres), des syndicats indépendants (300 000 membres) et des syndicats « libéraux » (lassalliens) comptant 100 000 membres.

À l'échelle internationale, le syndicalisme allemand pèse très puissamment du fait du nombre de ses membres. En 1902, Legien réunit à Stuttgart la première conférence syndicale internationale. À la veille de la guerre, tous les Européens tournent leurs regards vers les syndicats allemands, comptant sur leur puissance et leur pacifisme pour éviter la guerre. 
b. Un affaiblissement de la doctrine
Parallèlement à cette montée en puissance, la sociale-démocratie et les syndicats allemands ont tendance à s'embourgeoiser. Le SPD compte 15 000 membres permanents et 100 000 adhérents du parti employés dans les assurances sociales. Les coopératives ouvrières de leur côté comptent 1 600 000 adhérents et font un bénéfices de 500 millions de Marks. Même des dirigeants comme Noske ou Ebert considèrent le parti comme une fin en soi et pensent davantage à conserver leur position qu'à faire la révolution.

Le recrutement change au début du siècle : entre 1900 et 1913, le parti recrute de nombreux intellectuels, universitaires plus soucieux de gestion et de réalisme que de luttes ouvrières. Legien, dès 1890, accepte le capitalisme et encourage les syndicats de se battre pour améliorer la condition ouvrière dans ce cadre.

Le grand théoricien de cette révision du Marxisme s'appelle Édouard Bernstein. On appelle sa théorie le « révisionnisme ». Pour lui, la lutte des classes est dépassée et le système capitaliste n'est pas condamné. Il en veut pour preuve que le capitalisme traverse les crises et que les ouvriers voient leur niveau de vie augmenter. Il s'agit donc d'influer sur la vie sociale par le suffrage universel et d'affranchir l'ouvrier en le faisant passer du stade de prolétaire au statut de bourgeois.
c. Les conséquences du « révisionnisme »
Ces idées se diffusent au point d'envisager des alliances avec des partis bourgeois et de faire de la menace russe une priorité incitant à ne pas affaiblir l'Allemagne. C'est pourquoi en 1907, le SPD s'oppose au congrès de Stuttgart à l'idée d'une grève générale en cas de déclaration de guerre. Et en 1913, les députés socio-démocrates votent avec les partis bourgeois pour un impôt direct sur la fortune afin d'accroître le potentiel militaire allemand.
L'essentiel
La naissance et l'évolution du syndicalisme, du communisme et du socialisme allemands traduisent l'évolution d'une société qui s'est fortement enrichie au cours de la période 1875-1914.
Les syndicats et le SPD ont progressivement évolué vers l'acceptation du mode de production capitaliste et ont réduit leur action à un programme pragmatique consistant à amender le système en faveur des ouvriers, d'où l'alliance avec des partis bourgeois.

Cette alliance trouve ses limites dans la victoire aux élections de 1912 : le SPD ne veut pas de révolution mais il entend faire évoluer l'Empire vers un régime parlementaire, ce à quoi les classes dirigeantes ne sont pas prêtes. La Première Guerre mondiale va faire voler en éclat cette opposition.
Références
Serge Bernstein, Pierre Milza, L'Allemagne de 1870 à nos jours, Armand Colin, 1971, 1999.

F.Angel, E.Bernstein et l'évolution du socialisme allemand, Paris, 1961.

Pierre Bertaux, La vie quotidienne en Allemagne à l'époque de Guillaume II, Paris, 1962.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents