Le drame - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Objectif 
connaître les principaux textes dramatiques et leurs caractéristiques.
A partir du 19e siècle, sous l'influence des romantiques apparaît un nouveau type de pièce de théâtre, le drame, qui vient « concurrencer » le genre de la tragédie et de la comédie.
1. Les caractéristiques du drame
a. Le contexte littéraire
Le courant romantique naît d'une réaction contre le rationalisme des Lumières. Les poètes du 19e siècle souhaitent émanciper la littérature, tant au niveau de la forme qu'au niveau du contenu. Le « moi » devient ainsi un thème essentiel dans la production littéraire. Le théâtre est également touché par ce courant. La tragédie, dont les règles sont assez contraignantes, semble finalement trop artificielle pour exprimer ce que contient l'esprit romantique. Il faut alors créer une nouvelle forme.
b. La libération du théâtre
Le drame s'oppose à la tragédie sur bien des points. En effet, il ne réduit pas son action aux célèbres unités de temps, de lieu et d'action. En outre, il met en scène des personnages de tous horizons sociaux, qu'il fait s'exprimer dans leur langage habituel ; c'est pourquoi ce type de pièce mélange tous les niveaux de langue. Aussi le drame alterne-t-il des scènes qui pourraient relever de la tragédie (entre personnages nobles) ou de la comédie (entre bourgeois et domestiques).

L'objectif avoué est de se rapprocher d'une représentation du réel afin d'exposer les préoccupations de l'époque (mal-être de l'auteur, relations humaines, conflits avec l'autorité, etc.). Par conséquent, les personnages sont avant tout humains, avec des qualités mais aussi des défauts.

Cependant, ce rapprochement entre théâtre et réel n'implique pas que l'action se déroule au 19e siècle. Au contraire, on préfère choisir des époques passées, des pays étrangers, mais on délaisse l'Antiquité au profit d'époques jugées plus attractives.

Selon le choix de l'auteur, le drame est écrit soit en prose, soit en vers. L'alexandrin y est alors malmené, selon les classiques qui jugent indécent de le découper en plusieurs répliques.
2. La bataille d'Hernani
a. Le début des hostilités : Hugo et Stendhal
Deux textes fondateurs marquent le début du drame. Ils dénoncent les règles classiques qui ne correspondent plus aux attentes du spectateur.

Tout d'abord Stendhal, dans Racine et Shakespeare (1823-1825) :

« Je dis que l'observation des deux unités de lieu et de temps est une habitude française, habitude profondément enracinée, habitude dont nous nous déferons difficilement, parce que Paris est le salon de l'Europe et lui donne le ton ; mais je dis que ces unités ne sont nullement nécessaires à produire l'émotion profonde et le véritable effet dramatique. »

Victor Hugo n'est pas plus tendre avec leurs prédécesseurs dans la Préface de Cromwell en 1827 :

« Quoi de plus invraisemblable et de plus absurde que ce vestibule, ce péristyle, cette antichambre, lieu banal où nos tragédies ont la complaisance de venir se dérouler, où arrivent, on ne sait comment, les conspirateurs pour déclamer contre le tyran, le tyran pour déclamer contre les conspirateurs, chacun à son tour [...]. »
 
« L'unité de temps n'est pas plus solide que l'unité de lieu. L'action, encadrée de force dans les vingt-quatre heures, est aussi ridicule qu'encadrée dans le vestibule. Toute action a sa durée propre comme son lieu particulier. Verser la même dose de temps à tous les événements, appliquer la même mesure sur tout ! On rirait d'un cordonnier qui voudrait mettre le même soulier à tous les pieds. »


b. Le combat au théâtre
C'est Théophile Gautier, membre actif du clan romantique, qui témoigne de ce que fut la bataille d'Hernani, le premier jour de sa représentation en 1830, dans Victor Hugo, publié en 1902 (posthume) :

« Quoiqu'on ait reproché à notre école [le romantisme] l'amour du laid, nous devons avouer que les belles, jeunes et jolies femmes furent chaudement applaudies de cette jeunesse ardente, ce qui fut trouvé de la dernière inconvenance et du dernier mauvais goût par les vieilles et les laides. [...]

L'orchestre et le balcon étaient pavés de crânes académiques et classiques. Une rumeur d'orage grondait sourdement dans la salle ; il était temps que la toile se levât ; on en serait peut-être venu aux mains avant la pièce, tant l'animosité était grande de part et d'autre. Enfin les trois coups retentirent. [...]

La querelle était déjà engagée. Ce mot rejeté sans façon à l'autre vers, cet enjambement audacieux, impertinent même, semblait un spadassin de profession, allant donner une pichenette sur le nez du classicisme pour le provoquer en duel. »

L'essentiel

Le drame romantique est créé au 19e siècle. Il répond à une volonté des auteurs de ce courant d'exprimer des perceptions différentes de la réalité, une nouvelle relation face au pouvoir et à l'autorité. Ces préoccupations ne cadraient pas avec les contraintes de la tragédie classique ; c'est pourquoi celles-ci ont été bousculées dans des oeuvres comme Hernani de Victor Hugo en 1830.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents