La victoire de la Grande alliance - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La victoire de la Grande alliance

1. Les premiers coups d'arrêt
a. Stalingrad : une victoire alliée symbolique
Portant le nom du dirigeant soviétique, Stalingrad n'est pas seulement un centre urbain important en Union soviétique, c'est aussi un véritable symbole dont la détention par les forces allemandes sert à la propagande nazie. La ville devient donc, à la fin de 1942, un véritable enjeu entre les armées soviétique et allemande.
En novembre 1942, le général soviétique Joukov lance deux contre-offensives destinées à libérer la ville de la pression allemande. A ce stade du déroulement du conflit, l'Armée rouge s'est largement réorganisée et bénéficie du repli de l'appareil industriel dans l'Oural et en Sibérie ainsi que de la fourniture de matériel militaire par les Etats-Unis, son allié. C'est donc une armée soviétique puissante qui engage le combat contre des forces allemandes éloignées de leurs bases et mal préparées à l'hiver qui débute. Hitler qui tient à la conquête de la ville refuse de donner l'ordre de retraite, rendant ainsi inévitable l'encerclement de ses troupes par les Soviétiques. Pendant trois mois, les deux armées vont se battre rue par rue, immeuble par immeuble pour la conquête de la ville.
Finalement, contre les ordres d'Hitler qui refuse obstinément d'abandonner la ville, le général Von Paulus doit se résoudre, le 2 février 1943, à capituler. Cette défaite coûte à l'armée allemande 300 000 hommes, morts, blessés ou prisonniers.
b. El Alamein : la fin des ambitions allemandes en Afrique du Nord
Début novembre 1942 voit aussi se dérouler la défaite allemande d'El Alamein. Là encore, l'éloignement des forces allemandes de leurs bases jouent un rôle dans leur défaite. Rommel, commandant des troupes allemandes de l'Afrikakorps, est à soixante kilomètres d'Alexandrie. La route du Caire lui semble ouverte mais il peine à obtenir du ravitaillement, car la maîtrise de la Méditerranée est désormais acquise aux Alliés. Les Britanniques, commandés par Montgomery, lancent alors une contre-offensive. La bataille dure une dizaine de jours et se solde finalement par la défaite allemande. Rommel est contraint au repli, repli que les débarquements alliés d'Afrique du Nord vont accentuer.
2. Les débarquements alliés et l'effondrement allemand
a. Les débarquements en Méditerranée
Alors que les troupes de Rommel battent en retraite après leur défaite en Egypte, le 8 novembre 1942, se déroule l'opération Torch. Il s'agit de quatre débarquements simultanés : deux au Maroc et deux en Algérie. En quelques jours, les troupes alliées s'emparent donc du Maroc et de l'Algérie. La réaction allemande est rapide : symboliquement, la zone sud de la France est envahie et, surtout, un corps expéditionnaire italo-germanique est envoyé en Tunisie. Mais bien que rejoint par l'Afrikakorps, il doit finalement capituler au bout de six mois de campagne, en mai 1943.
b. Les débarquements en Europe et l'assaut final
En juillet 1943, sur la lancée de la capitulation des forces de l'Axe en Tunisie, les Alliés débarquent en Sicile. Le régime fasciste s'effondre. Et, à l'automne, en septembre, alors que les forces alliées débarquent en péninsule italienne, l'Italie capitule puis bascule dans le camp allié. Les forces allemandes envahissent alors le territoire de leur ancien allié. Le revirement italien est un grave échec pour l'Allemagne mais, fin 1943, il ne remet pas encore en cause l'existence même de la puissance allemande. Ce sont les débarquements en France et l'avancée soviétique qui entraînent la chute finale de l'Allemagne.
Le 6 juin 1944, après de longs mois de préparation, les forces alliées débarquent en Normandie (opération Overlord). Pendant de longues semaines, le sort de la bataille reste incertain malgré l'établissement d'une solide tête de pont. Finalement, les Anglo-américains, aidés des Français libres, l'emportent. La libération du territoire français commence. Elle s'accélère avec le débarquement de Provence, le 15 août 1944.
Sur le front d'Europe centrale, malgré les contre-offensives allemandes, l'Armée rouge marche rapidement sur l'Allemagne. En mars 1945, les Soviétiques sont aux portes de l'Allemagne tandis que les Alliés occidentaux passent le Rhin. L'Allemagne est investie et progressivement conquise. Début mai, ne subsistent plus que des poches de résistance, la majeure partie du territoire allemand est conquise et les combats font rage dans les ruines de Berlin. Hitler se suicide le 3. avril. Le 8 mai, le maréchal Keitel signe la capitulation sans condition de l'Allemagne.

3. La capitulation japonaise
a. Guadalcanal : le début de la contre-offensive américaine
Les batailles aéronavales de la mer de Corail (mai 1942) et de Midway (juin 1942) – qui consacrent le rôle des porte-avions dans le conflit (les flottes restant éloignées les unes des autres) – marquent le début du reflux japonais dans le Pacifique. Mais le tournant décisif est la bataille de Guadalcanal. Après des semaines de combats acharnés, les troupes américaines parviennent, en février 1943, à en chasser les Japonais. Dès lors, la reconquête du Pacifique débute, sous forme d'une stratégie de saut d'île en île, d'archipel en archipel. En deux ans, les troupes américaines et australiennes vont progressivement reconquérir l'ensemble du Pacifique et parvenir aux portes de l'archipel japonais.
b. La défaite japonaise : un tournant dans l'histoire du XXe siècle
Durant tout le conflit, chaque camp s'est attaché à élaborer de nouvelles armes. Dans ce cadre, la maîtrise de l'énergie atomique, découverte dans les années 1930, a été un point saillant. L'apport des savants atomistes européens – au premier rang desquels Einstein lui-même (qui, s'il n'a pas participé directement au projet Manhattan de réalisation d'arme atomique, a été celui qui sut, en 1940, convaincre F. D. Roosevelt de confier à Robert Oppenheimer la direction de ce projet) – a été un élément déterminant pour les Etats-Unis.
Face à la perspective d'une résistance acharnée et désespérée des Japonais, face à la nécessité d'affirmer la prééminence des Etats-Unis dans l'après-guerre qui se dessine, à l'été 1945, le président américain, Harry Truman (qui vient de succéder à Roosevelt) décide de recourir à l'arme atomique. Le 6 août 1945, une bombe A est larguée sur la ville japonaise d'Hiroshima, faisant 130 000 victimes dont 80 000 morts. Le 9 août 1945, une seconde bombe A est larguée sur la ville japonaise de Nagasaki. Le 10 août, le Japon accepte la capitulation signée le 2 septembre 1945 à bord du cuirassée Missouri. La Seconde Guerre mondiale est terminée.
L'essentiel

En 1942, les défaites allemandes de Stalingrad et d'El Alamein marquent, sur le front occidental, les premiers coups d'arrêt de l'expansion nazie. Puis les années 1943-1944 voient se dérouler en Afrique du Nord, en Sicile, en Italie puis en France, une série de débarquements qui conduisent à l'effondrement de l'Allemagne. Sur le front oriental, dans le Pacifique, la bataille de Guadalcanal ouvre la voie au reflux des forces japonaises.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents