Les modes d'administration des Empires - Cours d'Histoire avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les modes d'administration des Empires

1. La démonstration coloniale
En 1939, la colonisation est un fait acquis des mentalités européennes : le messianisme chrétien, blanc et libéral est la démonstration de la supériorité des puissances coloniales.
a. La justification coloniale

Les politiques coloniales sont souvent justifiées avant 1914, par un discours dominant proposant principalement deux images de la colonisation : une mission civilisatrice et une opération économiquement rentable.

La politique coloniale est assimilée par ses partisans à une mission civilisatrice, coloniser, c'est en effet exporter, sur des territoires conquis, quelques grands principes de civilisation élaborés au sein des sociétés occidentales, tels que les droits de l'homme, la démocratie, le progrès sanitaire et social, la religion chrétienne, l'éducation.

Il convient de noter que les milieux conservateurs les plus nationalistes ne se sont que rarement rangés du côté de cette conception, à la différence des marxistes modérés, qui ont pu y trouver le moyen d'exporter outre-mer une certaine bonne parole. La politique coloniale est aussi légitimée par les dividendes et les intérêts qu’elle permet d’entrevoir. Disposer d’un empire colonial serait une opération économiquement rentable, car il permettrait : 
- d’éviter les fameuses crises de surproduction en exportant les excédents ;
- de bénéficier de matières premières bon marché ;
- de faire appel à une main d'œuvre indigène peu coûteuse, et ainsi de diminuer les coûts de production de certaines entreprises françaises.

Ainsi, avant 1914, le fait colonial se justifie souvent par la voix du libéralisme politique ou par celle d'un socialisme patriotique, exaltant les vertus patriotiques. Selon cette vision, la colonisation profite aux peuples colonisés (bénéficiant de la civilisation), comme à la puissance coloniale (bénéficiant d'une croissance économique accélérée). Dans les faits les colonies sont le plus souvent les débitrices d'une métropole qui persévère dans cette voie, pour satisfaire un électorat, mais surtout pour ne pas s'aliéner les Européens partis s'installer -parfois en masse- dans l'un ou l'autre des territoires colonisés.
 

b. Une mode qui s'exporte, s'importe et s'expose
L'administration des empires coloniaux tient tout d’abord à l'exportation d'un modèle de préemption territoriale.  L'Europe a ouvert la voie : 
- aux Etats-Unis qui se sont progressivement extraits de l'isolationnisme, issu de la Déclaration de Monroe (1822).
- au Japon de l'Ere Meiji (1868) qui a rapidement assimilé la notion de colonie d'exploitation.

Dans les deux cas, la voie de la colonisation s'est ouverte aux dépens d'une puissance européenne elle-même engagée dans le fait colonial, respectivement l'Espagne (1898) et la Russie (1905). De plus, la colonisation s'exhibe et les arts noirs se diffusent au cours des expositions universelles de Londres et de Paris (1900).

c. La colonisation devient violente
A partir des années 1880 et au moment précis où la diffusion coloniale européenne se généralise, la colonisation devient violente : des guerres de conquêtes accompagnent désormais le fait colonial. A l'approche de la 1re Guerre mondiale, les deux éléments semblent même interdépendants particulièrement dans les cas français (Niger et Madagascar, 1894-1905) et japonais (Corée et Formose, 1894-95).

Les autres puissances coloniales sont, quant à elles confrontées à des mouvements de résistance :
Sud-Ouest Africain (1904-1908) et Tanganika allemands (1911-1917) ;
Nigéria anglais (1890-1903) ; Angola portugais en 1913. Ces tensions concernent essentiellement des territoires nouvellement colonisés, mais elles voient aussi les puissances coloniales s'affronter entre elles tant les intérêts convergent.

Cette exaltation d'une certaine violence d'outre-mer valorise les armées des pays respectifs, de sorte que la pratique de la guerre est en soi un mode d'administration qui insiste sur les vertus de la mère-patrie.
2. Une administration entre association et assimilation
En fonction des modèles métropolitains, des pratiques politiques du pays émetteur, des modalités de la colonisation et de son ancienneté, l'administration des empires coloniaux oscille entre les termes d'une association métropole/colonie et ceux d'une assimilation de la colonie à la métropole.
a. Le modèle anglais
Au pouvoir depuis 1820, les Libéraux anglais ont toujours conservé la mémoire de l'insurrection américaine et de l'échec consécutif d'un certain autoritarisme de sorte qu'ils ont été amenés à appliquer pour leurs colonies des politiques plus souples et franchement libérales. En réalité, les Britanniques privilégient la politique de l'association avec la mise en place d'un pouvoir régional plus ou moins étendu, aux mains d'une élite locale directement formée en Grande-Bretagne qui demeure sous l'autorité d'un gouverneur britannique (Inde, Soudan).
Cette politique de l'Indirect Rule s'applique à des secteurs de faible peuplement européen, tandis que les terres d'immigration reçoivent un statut différent : celui de dominion. Le dominion reconnaît un principe d'autonomie interne ; en 1840, le Canada est doté d'une constitution propre avant qu'il ne devienne un dominion en 1867 comme l'Australie en 1900, la Nouvelle-Zélande en 1907 et l'Union sud-africaine en 1910. En 1926, la Conférence impériale crée le British Commonwealth of Nations, qui obtient un statut juridique en 1931 (Statut de Westminster) puis économique à Ottawa en 1932.
Le British Commonwealth of Nations définit le principe de la préférence impériale de sorte qu'un empire se tient aux côtés de la Grande-Bretagne en 1939.
b. Le modèle français
La défaite de 1871 a créé un complexe d'infériorité que les politiques français (Ferry, Gambetta) ont tenté de combler par l'aventure coloniale.

Au nom des principes de laïcité et d'égalité, la France défend une politique de l'assimilation : les peuples colonisés sont appelés à renier leurs propres cultures afin de mieux épouser le prosélytisme républicain de la France. Dans les faits, cette assimilation culturelle est sans effets et rares sont les élites locales reconnues en métropole (Senghor, Eboué, Césaire). En réalité, l'assimilation est essentiellement politique avec l'exportation du centralisme administratif français :
l'Algérie est départementalisée ;
le Maroc et la Tunisie deviennent des protectorats aux gouvernements locaux inféodés à la métropole ;
le reste de l'Afrique française est divisée en deux blocs géographiques (AOF et AEF) aux administrations centralisées sur une capitale (Dakar et Brazzaville). Ainsi la colonisation française (souvent violente) n'est pas parvenue à s'imposer aux populations locales, comme elle n'a concernée -exception faite de l'Algérie- qu'un nombre restreint de Français. Seules les colonies du premier empire colonial étaient représentées au Parlement ; pour le reste, les populations étaient des sujets français et non des citoyens, tandis que l'administration coloniale ne dépendait pas du Parlement mais directement du pouvoir exécutif.

L'essentiel

En 1919, l'intégration des dépouilles coloniales issues des empires allemand et ottoman dans les empires coloniaux français et britanniques diversifie les statuts, et confronte les puissances coloniales à de nouveaux problèmes nationaux (Irak, Syrie). La France et le Royaume Uni optent respectivement pour l’assimilation et l’association.
Dans un cas comme dans l'autre, l'administration des empires coloniaux s'adresse à des populations qui -pour la plupart- n'ont pas été invité par les puissances coloniales au partage quasi unilatéral de leurs richesses.

Ainsi des sentiments nationaux naissent du libéralisme anglais (parti indien du Congrès), comme du rejet métropolitain de la colonisation française (Parti Communiste Indochinois, Parti Socialiste Tunisien).

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents