La France atlantique - Cours de Géographie avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La France atlantique

1. Un espace qui cherche son unité
a. Un ensemble encore disparate
Les climats du littoral atlantique français se divisent en deux grandes catégories de part et d'autre des Charentes. Les régions situées au nord (Vendée, Bretagne, Normandie et Pas-de-Calais) connaissent un climat frais, pluvieux toute l'année (même si les totaux pluviométriques annuels sont inférieurs à 850 mm) et faiblement ensoleillé (moins de 100 jours de soleil par an). Au sud (Gascogne et Pyrénées atlantiques) le climat est plus chaud, moins pluvieux et surtout bien plus ensoleillé (plus de 200 jours de soleil par an). Cela a des conséquences directes sur certaines activités comme le tourisme.

Culturellement parlant, la façade atlantique présente trois visages différents. Le sud de la Nouvelle Aquitaine est une région de parler occitan tandis que le Nord de la façade atlantique est une région de langue d'Oïl. À l'ouest de Rennes, le breton est la langue régionale.

La façade atlantique est divisée entre deux grands réseaux urbains très différents. La Bretagne et la Vendée (Pays-de-la-Loire administrativement) sont davantage polarisées par un réseau urbain propre. Ces régions, plus éloignées de la capitale, ont vu se former un réseau urbain assez homogène autour de Brest, Nantes et Rennes. Les Landes de Gascogne et le Pays basque sont polarisés par Bordeaux qui est le principal pôle urbain. Entre ces deux espaces, les Charentes représentent une charnière à la fois géographique (entre deux réseaux urbains bien individualisés) et culturelle (langues d'Oc et d'Oïl) qui en font un espace de transition.

Ces régions sont mal reliées entre elles. Il n'existe pour l'heure aucune liaison routière ou ferroviaire reliant Dunkerque à Bordeaux directement en longeant le littoral. La conformation des réseaux de transport oblige à transiter par la capitale pour rallier ces deux villes. Cela contribue à cloisonner la France atlantique en au moins deux grands espaces hermétiques : le littoral bas normand, breton et vendéen et enfin la partie sud composée des Charentes, des Landes et du Pays basque.
b. L'unification en cours de réalisation
La France atlantique est une double périphérie. C'est une marge française mais c'est aussi une périphérie européenne. La prise de conscience de l'unité de cette façade est récente puisqu'elle date du sommet européen de Faro en 1989. Les pays présents ont affirmé, à l'initiative de la France, l'originalité d'un arc atlantique courant du Portugal à l'Irlande en passant par la France. Cet espace se caractérise par certaines activités (portuaires et touristiques) qu'il convient de développer afin de sortir ces régions de leur enclavement.

Un tel projet avait vu le jour uniquement au niveau breton dans les années 1960. Il fut alors décidé par le gouvernement français de désenclaver la péninsule bretonne : remembrement, aides à l'agriculture intensive et création du réseau de voies rapides ont permis un considérable développement de la région.

Mais il s'agit là d'un essai qu'il faut développer à tout l'arc depuis le nord jusqu'au sud. Dans ce contexte, un projet d'autoroute des estuaires devant relié la Belgique à l'Espagne en longeant le littoral est le projet le plus avancé actuellement. Cet axe représenterait l'épine dorsale structurante de l'arc européen qui permettrait de donner plus de cohérence à cet espace. Actuellement, les liaisons principales sont des radiales qui vont à Paris. Il est par exemple plus rapide de transiter par Paris pour aller de Bordeaux à Brest que d'y aller par Nantes.
2. Un espace entre déclin et dynamisme
a. Déclin de la vie maritime
Le commerce triangulaire dont l'apogée se situait au 17e siècle a permis de créer un « arc atlantique » français. De ce passé prestigieux date le développement de villes comme Nantes, Bordeaux ou La Rochelle qui jouaient le rôle de ports de départ et d'arrivée pour les navires. Avec la disparition de l'esclavage, puis des Empires coloniaux au 19e siècle, ce commerce s'est éteint. La révolution industrielle a déplacé le centre de gravité économique du pays vers le nord-est. La façade atlantique est alors tombée dans un profond sommeil dont elle sort progressivement depuis une vingtaine d'années.

La plupart des activités portuaires sont aujourd'hui en perte de vitesse. Les ports de commerce souffrent de la concurrence des ports de la Northern range européenne (de Dunkerque à Hambourg). La pêche, activité encore artisanale, voit son activité décliner d'années en années. Les principaux ports de pêche sont situés au nord, en Vendée et en Bretagne (Concarneau et le Guilvinec étant les deux principaux ports de pêche).
b. Le dynamisme de la vie côtière
Depuis les années 1980, l'arc atlantique est marqué par un fort dynamisme démographique. Depuis 30 ans en effet, le solde migratoire est positif sans discontinuer sur l'ensemble des régions atlantiques. Ainsi, nombreux sont les géographes qui incluent l'arc atlantique avec l'arc méditerranéen dans une espèce de « Sun Belt » française. Comment expliquer ce retournement de tendance qui est arrivé entre le début et la fin des années 1970 ?

Il est lié à un redéploiement des activités économiques sur le territoire. Ce redéploiement est lui-même la conséquence des restructurations industrielles consécutives aux chocs pétroliers. De nouvelles activités, non liées aux deux révolutions industrielles, se sont implantées dans ce secteur : la téléphonie en Bretagne, l'aérospatiale dans le Sud-Ouest. Bordeaux accueille une partie des usines Dassault. Toutes ces nouvelles activités attirent la main d'œuvre qui suit le redéploiement industriel. L'explication ne réside donc pas dans l'héliotropisme (attirance du soleil).
L'essentiel

La façade atlantique est un espace actuellement en plein dynamisme. Longtemps en périphérie du territoire (français et européen), on semble aujourd'hui le redécouvrir après plus de trois siècles d'assoupissement. L'enjeu actuel, tant national qu'européen, est de transformer ce cul-de-sac (ce Finistère d'hier) en carrefour de demain. Pour cela, la constitution de nouvelles liaisons transverses rattachant les deux ou trois grands espaces actuellement cloisonnés est nécessaire afin de (re)créer un « arc » atlantique.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents