Une France urbaine avant tout - Cours de Géographie avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Une France urbaine avant tout

1. L'urbanisation de la population
a. L'exode rural
– Une urbanisation irrégulière
Depuis les débuts de la révolution industrielle, les villes ont connu un accroissement bien supérieur à celui de l'ensemble de la population (en pourcentage). Cela s'explique par le fait que la population s'est progressivement concentrée dans les villes. Les campagnes n'offrant pas de travail à tous, la plupart des jeunes ont dû aller chercher un emploi en ville. Ils ont quitté la campagne pour la ville :c'est l'exode rural. En réalité, cet exode rural ne se réalisait pas en une seule étape. Bien souvent il se produisait une étape intermédiaire qui était celle de la migration saisonnière.
Les personnes se rendaient l'hiver dans la grande ville la plus proche pour exercer un travail mais revenaient sur l'exploitation familiale pour les travaux des champs (l'été essentiellement). Progressivement avec la mécanisation des tâches, leur présence est devenue inutile. Ils sont alors partis de manière définitive.
Le recensement de 1930 est important puisque la France était alors à 50 % urbaine et à 50 % rurale. Depuis cette date, la France est essentiellement urbaine. En 1999, d'après l'INSEE la population est urbaine à 79 %.

– Que signifie être urbain ?
Statistiquement est urbaine toute commune de plus de 2 000 habitants dont au moins 50 % des habitants sont agglomérés au chef-lieu. Toute commune n'atteignant pas ce seuil est rurale. Mais la réalité urbaine est complexe et il faut tenir compte de l'étalement des villes. Il y a donc des communes urbaines unicommunales et pluricommunales (c'est le cas de la ville-centre entourée de banlieues). Mais actuellement, la banlieue s'étend de plus en plus en prenant un nouveau visage.

b. La croissance urbaine aujourd'hui
– Ce que disent les recensements depuis 1982
Depuis 1982, la lecture des recensements montre que les communes urbaines perdent des habitants au profit des communes rurales. Mais il ne s'agit pas d'une renaissance du monde rural. En réalité, il existe deux types d'espaces ruraux bien différents :
– le rural profond qui continue de se dépeupler. Ce sont les espaces ruraux situés loin des villes. Ces campagnes continuent de se vider ;
– le rural périurbain composé de communes rurales entourant les grandes villes est en plein développement. Mais il s'agit d'une nouvelle forme de développement des banlieues assez loin du centre-ville.

– L'explication : le développement du périurbain
Les espaces périurbains sont constitués par les communes rurales situées en périphérie des grandes agglomérations. Ces villages accueillent des gens qui quittent les banlieues ou le centre-ville pour acheter une grande maison dans laquelle ils peuvent élever leurs enfants. Mais ils travaillent à la ville et ne peuvent pas trop s'en éloigner. Ils cherchent des villages desservis par le train ou à proximité d'une autoroute joignant le centre-ville et dans lesquels il y ait de quoi scolariser les enfants. Ces villages voient de nouveaux lotissements se construire en périphérie où habitent les gens qui ont quitté le centre-ville.

2. Les caractéristiques principales du réseau urbain français
a. La macrocéphalie parisienne et ses conséquences
– La suprématie parisienne
La caractéristique majeure du réseau urbain français est la taille exceptionnellement forte de Paris par rapport aux autres villes. Par rapport à Marseille, deuxième ville de France, l'agglomération parisienne est 9 fois plus importante. Paris et sa banlieue regroupent à elles seules près du sixième de la population de la France. Pour évoquer cette suprématie parisienne, les géographes parlent de macrocéphalie urbaine.

– Les conséquences sur le réseau urbain français
Le fait que Paris soit trop grande par rapport aux autres villes a des conséquences de premier ordre. La capitale a une influence en rapport avec sa taille c'est-à-dire qu'aucune ville ne peut rivaliser avec elle. Les villes importantes sont ainsi repoussées en périphérie de la capitale (Lille, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Rennes). Entre Paris et ces villes, il existe donc une vaste zone non polarisée (non soumise au rayonnement d'une métropole) sur une grande partie du territoire.

b. La dissymétrie Est/Ouest : France urbaine contre France rurale ?
– Les faits
De part et d'autre d'une ligne Le Havre-Marseille, on peut constater une dissymétrie assez prononcée. La plupart des grandes métropoles se trouvent à l'est de cette ligne. Sur les 116 villes de plus de 50 000 habitants, 76 se trouvent dans la partie orientale du territoire. Quant aux 15 plus grandes agglomérations, 12 d'entre elles sont situées dans la portion est. Seules Bordeaux et Toulouse parviennent à se développer dans la partie ouest. 95 % des communes de l'Est français sont urbaines (si l'on tient compte du périurbain) contre moins de 60 % pour le restant du territoire.

– Les explications
Au XVIIIe siècle, cette dissymétrie Est/Ouest n'existait pas, tout comme la macrocéphalie parisienne. Ces deux « aberrations » se sont développées et renforcées au cours du XIXe siècle. En 1806, Paris n'était que 5,5 fois plus importante que Lyon, la deuxième ville française. Nantes, Rennes, Rouen ou Limoges étaient alors aussi peuplées que Nancy ou Strasbourg. Mais l'industrialisation de la partie est du territoire est à l'origine de la croissance urbaine de cette portion du territoire. La partie ouest n'ayant pas été touchée par la révolution industrielle, elle s'est beaucoup moins urbanisée.

L'essentiel

La population française est urbaine à près de 80 %. Ce processus d'urbanisation a commencé au XIXe siècle avec l'exode rural qui est lié à l'industrialisation du territoire. Depuis, les villes ont continué à croître.
Mais cette croissance a évolué au fil du temps. Les villes-centres se sont d'abord développées, puis leurs faubourgs qui sont devenus des banlieues. Aujourd'hui, la croissance urbaine se reporte sur les campagnes périurbaines où des villages ruraux accueillent des citadins.
Le réseau urbain français est particulier à deux égards : par le poids de la capitale et dans sa dissymétrie Est/Ouest. Ces deux facteurs s'expliquent par l'histoire de l'industrialisation.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents