Le Nord-Pas-de-Calais : une région transfontalière - Cours de Géographie avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Le Nord-Pas-de-Calais : une région transfontalière

Objectif : Dans le cadre français, le Nord-Pas-de-Calais apparaît comme une région périphérique, jouissant d'une image négative, liée à son ancien passé minier. A ce titre, la construction de l'Europe des régions semble pour ce nord français, en contact avec la Belgique et le Royaume-Uni, une aubaine, une occasion de requalification.
Quelle est la réalité de cette « région transfrontalière » et quelles en sont les limites ?
1. Une place stratégique dans le cadre européen
a. Une situation de carrefour
Le Nord-Pas-de-Calais est situé au sud de l'équerre rhénane, sa frontière avec la Belgique s'étend de la mer du Nord jusqu'à la Picardie au niveau du passage de l'Oise.

Au nord, sa côte longe la mer du Nord jusqu'à Calais puis la Manche jusqu'à la baie de l'Authie (Berck).

Au sud, le Nord-Pas-de-Calais a pour seule région voisine la Picardie.

Les axes de communication soulignent cette position de carrefour, selon deux directions : une direction nord-sud le long d'un itinéraire reliant Paris et Lille à Anvers et une direction nord ouest-sud est reliant l'Angleterre, l'est de la France et la Belgique wallonne à l'Allemagne.

Enfin, Calais apparaît comme une tête de pont sur l'un des couloirs maritimes les plus fréquentés au monde, la « Northern Range ».

Il fait ainsi partie du coeur économique de l'Europe.

b. Ancienneté des liens transfrontaliers
La région possède des caractéristiques proches de celles de ses voisins, ce qui ne peut qu'encourager les échanges. Les densités de population sont ainsi comparables (242,6 hab./km² au Royaume-Uni, 334 en Belgique et 387 aux Pays-Bas), de même que l'importance des villes.

Les liens entre le Nord-Pas-de-Calais et les régions frontalières sont historiques : pendant longtemps, et jusqu'en 1559, Calais était une possession anglaise.

Les liens avec la Belgique ne sont pas moins forts : de nombreux Belges sont venus travailler, et parfois s'installer, en France au cours du XXe siècle (Flamands belges jusqu'en 1914, puis frontaliers belges dans les années 1930). Ainsi, des capitaux français et belges ont été investis dans le textile de part et d'autre de la frontière.

Le Nord-Pas-de-Calais est donc un terreau plutôt favorable au développement d'actions de coopération transfrontalière.

2. La place croissante des actions de coopération transfrontalière
a. La naissance d'une région transmanche ?
L'ouverture, en mai 1994, du tunnel sous la Manche, reliant Calais à Douvres, a fait naître de grands espoirs de part et d'autre de la Manche. Désormais, la mer ne sépare plus, elle unit : le Kent et le Nord-Pas-de-Calais peuvent ainsi être reconnues comme des régions frontalières.

Le trafic transmanche a largement progressé : en 1999, 12,8 millions de voyageurs et 838 776 véhicules commerciaux ont emprunté les nouvelles infrastructures.

L'apparition de ce lien fixe, qui s'ajoute aux navettes maritimes existantes, a eu pour conséquence le développement de nouvelles habitudes de voisinage dans le domaine de la consommation et des loisirs. Ainsi voit-on couramment les Britanniques faire un aller et retour dans la journée pour faire leurs courses (alcool, tabac, parfums...) dans le centre commercial à proximité de Calais baptisé « la Cité Europe » : la dimension transfrontalière du vécu des populations progresse.

b. Les financements européens : valorisation de la coopération
La coopération transfrontalière a été renforcée par les financements européens dans le cadre des programmes « INTERREG », mis en place pour la première fois en 1991 : dans des domaines aussi divers que l'aménagement du territoire, la gestion des milieux naturels ou encore l'éducation, des solidarités se dessinent et des projets communs sont mis en oeuvre.
c. Les ambitions lilloises
C'est la métropole lilloise qui bénéficie le plus du développement de ces réseaux européens. Lille ne cache pas ses ambitions internationales : l'extension du centre-ville s'organise autour de la gare Lille-Europe qui accueille les TGV internationaux et inter-régionaux et du Centre Euralille, vaste ensemble regroupant des commerces et d'importants services aux entreprises.

Plus localement, l'agglomération lilloise s'étend de l'autre côté de la frontière belge : le projet d'extension du métro jusqu'à Mouscron en Belgique va finir d'en faire une agglomération transfrontalière.

3. Une région encore fébrile
a. Un faible soutien de l'Etat
Même si l'Etat finance en partie les projets de coopération transfrontalière, il n'encourage pas réellement la reconnaissance des régions au niveau européen. L'avènement de l'Europe des régions se heurte encore à la tradition centralisatrice française. Ainsi, dans les débats sur l'aménagement du territoire dans la perspective de 2015, les handicaps de la région sont plus volontiers mis en avant que son rôle central en Europe.

Cependant, si les orientations d'aménagement se cantonnent encore dans un cadre national, les habitants de la région établissent des liens transfrontaliers. Des projets locaux internationaux naissent et sont encouragés notamment dans le cadre des cinq « maisons de l'Europe » créées dans la région.

b. Echec de l'Eurorégion
Pour favoriser les coopérations transfrontalières, l'Union européenne encourage la promotion de grands ensembles, les Eurorégions, cadres institutionnels à l'intérieur desquels sont mis en oeuvre les projets.

C'est ainsi qu'avait vu le jour l'Eurorégion Nord-Pas-de-Calais, Flandre, Wallonie et Bruxelles capitale. Elle regroupait 4,5% de la population communautaire sur 2% du territoire. Cependant, malgré l'existence d'un secrétariat commun avec les trois régions belges depuis 1991, une charte commune sur l'environnement et sur le tourisme, l'Eurorégion, dont les attributions restaient floues et les réalisations très maigres, s'est sabordée en septembre 2001.

Au-delà de l'échec institutionnel, il reste néanmoins que l'organisation du Nord-Pas-de-Calais et le quotidien de sa population dépassent le strict cadre de la région administrative.

L'essentiel

Le Nord-Pas-de-Calais valorise pleinement sa situation de carrefour au coeur de l'Europe.

La métropole lilloise tire parti du réseau de transports transnational pour faire valoir son influence hors de France, et de multiples actions ponctuelles de coopération transfrontalière tendent à donner chair à une possible région transfrontalière, dont les contours restent à dessiner.

Toutefois, cette région ne connaît pas de reconnaissance institutionnelle en tant que région transfrontalière.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents