Les réseaux urbains français - Cours de Géographie Première pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les réseaux urbains français

1. Une armature déséquilibrée
A côté d’une agglomération parisienne de plus de 10 millions d’habitants, les grandes villes françaises ont du mal à établir leur rôle régional fondé sur la seule puissance démographique.
a. Paris et les hiérarchies urbaines
Capitale d’un Etat construit autour du centralisme administratif, l’agglomération parisienne regroupe tout à la fois 1/6 de la population française, les principales activités de commandement politiques et économiques français et plus de 40 % des cadres supérieurs d’un pays de 60 millions d’habitants : historiquement, la préséance est parisienne.
Dès 1963 et surtout depuis 1982, le mot d’ordre est décentralisation, de sorte que les principales villes françaises ont vu se renforcer leurs fonctions de rayonnement par délégation régionale. Cette délégation est la clef de voûte de la politique de polarisation urbaine réalisée autour de l’attraction d’un centre urbain aux pouvoirs politiques et économiques accrus et capable d’organiser son propre système urbain.
b. L’armature urbaine de la France
En dehors de Paris, elle est fondée sur les bases politiques de la DATAR et la sélection de huit « métropoles d’équilibre » (1964) : Lille, Strasbourg, Nantes, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Marseille et Nice. Il s’agit des pôles urbains situés à la périphérie de l’armature parisienne qui exploitent chacun une position de carrefour, le contrôle d’un cours d’eau majeur (Garonne, Loire, Rhin) voire une façade maritime (Méditerranée).
2. La métropolisation de la France
Fonction de son poids démographique, d’un isolement géographique relatif qui lui conférerait une certaine indépendance par rapport aux cités voisines, une ville est capable d’organiser un territoire donné et d’intégrer la division fonctionnelle du travail.
a. Les fonctions métropolitaines
Le rayonnement métropolitain est fonction de l’éloignement de Paris. Il s’appuie surtout sur des infrastructures compétitives qui permettent un encadrement des hiérarchies urbaines et du monde rural associé. Elles assurent le relais des villes entre elles au sein d’un même réseau : de Toulouse vers Albi, Carmaux, Decazeville, etc., et vers les autres réseaux urbains.

Le rayonnement métropolitain est surtout lié à l’attractivité des villes les unes par rapport aux autres : déplacements pendulaires associés, relais de télécommunications, diffusion de la presse locale, etc. Les métropoles concentrent enfin l’identité d’une région en un centre urbain jaloux de sa suprématie. La diversité des réseaux urbains français repose donc sur une fierté locale, foyer du provincialisme.

b. Des espaces urbains concurrentiels ?
A l’appui des lois de décentralisation, de nouvelles armatures urbaines ont développé leurs propres réseaux : Grenoble, Tours ou Montpellier s’imposent comme de nouvelles métropoles affranchies des tutelles lyonnaise, nantaise ou marseillaise.
La politique des métropoles d’équilibre n’est pourtant pas remise en cause. Elle s’affine et l’interdépendance des réseaux entre eux est l’objet d’enjeux politiques plus âpres : tel nouveau centre métropolitain exige une « indépendance régionalisée » et des voix s’élèvent favorables à la partition des régions Centre, PACA ou Rhône-Alpes. Le pouvoir parisien n’est pas neutre : il reste le décideur (ministère des Transports par exemple) et le principal aménageur du territoire en dépit des pouvoirs de délégation transmis aux régions.
A moyen terme, il n’est pas certain que l’amélioration des infrastructures (autoroute, TGV) favorise les métropoles régionales mais accentue plutôt des mouvements pendulaires vers la capitale.
L’essentiel

En fonction de la définition retenue d’une ville (de la commune de plus de 2 000 habitants à la ZPIU), entre 80 et 94 % des Français résident en milieu urbain. Cette urbanisation est l’un des plus profonds mouvements de population recensés en France depuis le début du XXe siècle. Paradoxalement, les plus grandes cités ne cessent de perdre des habitants qui occupent un rural de proximité en tâche d’huile autour d’elles comme ils en accentuent les fonctions métropolitaines.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents