La composition d'Un roi sans divertissement - Cours de Français avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La composition d'Un roi sans divertissement

Objectif : Etudier la composition particulière et originale d' Un Roi sans divertissement. Quel sens peut-on à donner à un tel agencement ?
1. Les intentions de Giono
Jean Giono s'est maintes fois expliqué quand on l'a interrogé sur la composition d'Un roi sans divertissement. Ainsi, il confia à Robert Ricatte la chose suivante : «  Jusqu'ici, j'avais écrit des histoires qui commençaient au début et se suivaient, j'en avais assez. Cela m'a séduit de mélanger les moments. J'ai voulu ajouter un piment, m'amuser ». Ses propos indiquent donc clairement une volonté de changement tant sur le plan narratif que sur le plan de l'intrigue.

L'auteur d' Un roi sans divertissement emprunte au roman policier américain bon nombre de procédés stylistiques. D'abord la technique de l'enquête menée sur Langlois et son suicide. Mais Giono s'inspire plus de l'écriture de Faulkner et de Dos Passos, auteurs américains qu'il lit à l'époque, que de l'écriture du roman noir traditionnel. Il crée une sorte de jeu de piste et laisse le soin au lecteur de se faire sa propre opinion en lui livrant des bribes de témoignages de différents personnages. La composition du roman s'en ressent et peut être qualifiée de chaotique. Le livre ressemble ainsi à un puzzle que doit reconstituer le lecteur, à l'image des pièces du dossier qui appartiennent à différentes époques rendant le travail de l'enquête extrêmement difficile.

2. La structure du roman
La composition d'Un roi sans divertissement est une composition complexe, voire assez savante. Elle repose avant tout sur une structure temporelle chaotique et anarchique. Giono s'amuse à brouiller la structure temporelle de son roman en juxtaposant plusieurs époques : 1946 qui est le temps de l'écriture, les trois hivers successifs qui sont en l'occurrence 1843, 1844, 1845, et les autres dates plus ou moins exactes auxquelles renvoient les pièces du dossier de l'enquête. Ceci a pour principale conséquence de rendre la lecture d'Un roi sans divertissement assez ardue pour tout lecteur tant la structure du roman s'avère compliquée.

Le temps est sans cesse source de confusion d'autant plus que la reconstitution des faits ne s'ordonne pas dans le sens chronologique des faits. La discontinuité et le brouillage temporels sont donc les principes mêmes de la structure narrative d' Un roi sans divertissement. Ainsi, par exemple, les toutes premières pièces du dossier de l'enquête appartiennent au présent de l'écriture, autrement dit 1946, alors que quelques pages plus loin, sont juxtaposées la description des victimes de l'assassin et la narration des hivers 1843 et 1844 ainsi qu'un épisode décrivant Delphine veuve qui se situe vingt ans après la mort de Langlois, puis lorsqu'elle est recrutée par Saucisse et fait ses débuts de jeune mariée. La narration aborde ensuite les épisodes de l'hiver 1845 mais cette fois-ci de manière chronologique.

Néanmoins, on peut distinguer assez nettement quatre parties :
La première regroupe les trois pages d'introduction qui donnent la parole au narrateur-enquêteur apportant au lecteur des précisions essentielles telles que le lieu, l'atmosphère et les personnages du récit.
La seconde s'étale ensuite sur plus d'un tiers du livre et s'attarde sur l'histoire de M.V. qui s'ennuie et s'amuse à tuer dans le village voisin mais est finalement arrêté par Langlois.
La troisième, quant à elle, revient à la description du gendarme Langlois, un an plus tard. Ce dernier retourne sur les lieux de l'arrestation comme commandant de louveterie et tue un loup dans le ventre comme M.V.
La dernière partie est de loin la plus complexe car elle mélange différentes époques, notamment des faits se situant longtemps après ou bien avant la mort de Langlois, comme le recrutement de Delphine ou à l'inverse la visite à la brodeuse.

La lisibilité de la composition du roman repose également sur la récurrence des personnages et des lieux : Langlois et Saucisse, le village de Trièves et ses alentours. Par ailleurs, chaque épisode du livre se termine par une mort violente, celle de M.V., du loup et de Langlois.

L'essentiel

Un Roi sans divertissement est un roman dont la construction peut être très déconcertante pour l'amateur de romans policiers traditionnels puisque l'intrigue refuse de suivre un ordre chronologique et se dérobe ainsi à une lecture facile. Il appartient au lecteur de démêler l'écheveau de l'histoire à partir d'épisodes juxtaposés appartenant à différentes époques.

La lisibilité du roman reste toutefois nécessaire, c'est pourquoi Giono recourt à une structure qui certes paraît complexe mais se révèle finalement logique puisqu'elle repose sur la récurrence des personnages (Langlois, Saucisse) et des époques (1946, les trois hivers 1843, 1844,1845, l'avant et l'après mort de Langlois) mais aussi du lieu (le village de Trièves).

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents