Deux villes en Europe du 11e au 13e siècles : Tolède et Palerme - Cours d'Histoire Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Deux villes en Europe du 11e au 13e siècles : Tolède et Palerme

Même si au Moyen-âge, la population est très majoritairement rurale, la croissance urbaine s’affirme en Europe occidentale (voir fiche La population européenne de l’Antiquité au 19e siècle). Le contexte économique et démographique plus favorable contribue à expliquer cette croissance. Certaines de ces villes sont de grands centres portuaires et commerciaux. C’est le cas en Europe du Nord. D’autres, c’est le cas des villes choisies ici, offrent des exemples de carrefours de civilisations et de centres de contacts culturels.
1. Palerme
a. La Sicile normande et la cour royale de Palerme
En 1060, Robert Guiscard, un aventurier normand, et son frère Roger arrivent tous les deux en Sicile. Ils achèvent de conquérir l’île aux Musulmans en 1091. Roger fonde sur l’île une dynastie normande et son fils Roger II se fait sacrer roi en 1130 à Palerme. Il unifie la Sicile et l’Italie du Sud sous son autorité. De grands programmes architecturaux sont lancés afin de glorifier la dynastie. Souverain chrétien, Roger II s’appuie sur une administration où se mêlent les héritages grecs et arabes.

Les compétences de chaque communauté sont utilisées et la ville tout comme le reste du royaume deviennent un lieu de rencontres entre cultures ainsi qu’un carrefour maritime entre les bassins occidental et oriental de la Méditerranée.

En 1168, à l’avènement de Guillaume II, cette tradition de tolérance se poursuit : la cour de Palerme rassemble, outre les vassaux du roi, les hommes politiques et des techniciens grecs, lombards, arabes et même anglais. Ibn Jubayr, voyageur musulman, reconnaît la bienveillance et la tolérance de ce roi chrétien. Il s’entoure de conseillers, de scientifiques mais aussi de médecins arabes ce qui révèle la confiance qu’il leur accorde.
Guillaume II, tout comme Frédéric II, petit-fils de Roger II et roi en 1198, savent lire, écrire et parler l’arabe, le grec et le latin. L’architecture même du palais révèle les influences et apports culturels extérieurs : la chapelle royale du palais est décorée de panneaux de marbre et de mosaïques à la mode byzantine ou d’éléments architecturaux hérités de la civilisation arabo-musulmane.
b. Une ville prospère
La ville de Palerme jouit, grâce à sa situation de carrefour, d’une activité forte et le 12e siècle peut être considéré comme l’âge d’or de la cité. De nombreux voyageurs témoignent de la richesse de la ville et de la splendeur du Cassaro, le quartier du palais et de l’ancienne ville forte. L’activité marchande des faubourgs est incessante : ils contiennent un grand nombre d’hôtelleries, de boutiques et de marchés. L’originalité de la ville réside aussi dans la présence de très nombreux jardins, de parcs traversés par des canaux.

Palerme est l’un des principaux ports de commerce méditerranéen au 12e siècle. A proximité immédiate du port sont implantés des établissements génois et les galères commerciales parcourent aussi bien l’ouest méditerranéen, de Gênes jusqu’à Alméria, que le bassin oriental, de Venise jusqu’à Constantinople ou Alexandrie.

Les activités commerciales sont très diversifiées. On importe des tissus venant de France, des soieries du monde arabe et on exporte les productions locales : le sel marin, exploité le long des côtes et très demandé en Europe, le soufre venant du centre de l’île ou encore les céréales et le vin.
De ce fait, Palerme est également une place d’affaires non négligeable en Méditerranée.
c. Une cohabitation des populations
Même s’il existe des périodes de tensions entre populations (à la mort de Guillaume II par exemple), les différentes communautés vivent le plus souvent en harmonie. Les musulmans présents dans certains faubourgs ont leurs mosquées. Ils pratiquent librement le commerce dans les nombreux souks de la ville et ont même leur cadi, juge spécifique.

La communauté juive est également installée à Palerme, ils ont leurs lieux de culte et dynamisent l’activité commerciale de la ville. Les chrétiens, à l’image des souverains, s’inspirent beaucoup des musulmans : l’architecture religieuse, la mode vestimentaire, notamment chez les femmes, en témoignent. Les riches parures de ces femmes chrétiennes, les étoffes de soies brochées d’or révèlent l’attrait de la culture musulmane.
2. Tolède
a. Une situation particulière
Tolède est située au centre de l’Espagne, terre enjeu de luttes entre civilisations musulmane et chrétienne. La ville est prise par les Musulmans en 711 et intégrée au califat de Cordoue. Sa situation stratégique en Espagne, sur un promontoire rocheux et sur le Tage en font un objectif majeur de la reconquista chrétienne. La ville est reprise en 1085 par Alphonse VI et reste par la suite terre chrétienne. Cependant la longue présence musulmane marque l’histoire de la cité.
b. Un grand centre intellectuel en Europe
Tolède est réputée dans toute l’Europe pour sa vie intellectuelle intense. La présence arabo-musulmane a offert à la ville de grandes bibliothèques avec des ouvrages grecs d’Aristote et de Platon, des textes de savants juifs et musulmans comme Averroès.

Des traducteurs chrétiens viennent de tout l’occident pour traduire en latin ces ouvrages et les faire connaître dans leur pays : c’est le cas par exemple de Daniel de Morley qui vient d’Angleterre pour y séjourner et découvrir la richesse culturelle de la ville. Avant la reconquête chrétienne, de nombreux savants musulmans y vivent : des mathématiciens et des physiciens comme Ibn Al Djallab, des astronomes, des médecins comme Ibn Dumunguh.
L’occident catholique va aussi bénéficier de l’avance de la science dans de nombreux domaines. En témoigne par exemple l’apport des techniques d’irrigation dans le domaine de l’agriculture.
c. Une ville où cohabitent les différentes civilisations
La ville témoigne d’un réel syncrétisme religieux, c'est-à-dire un apport réciproque des différentes civilisations donnant naissance à une culture originale. La présence des chrétiens dans la ville existait déjà avant la conquête arabe du 8e siècle. Sous le califat de Cordoue, certains demeurent à Tolède et adoptent un style de vie oriental avec des rites religieux particuliers. Pour désigner ces chrétiens, on utilise le terme de Mozarabes.

Comme à Palerme, la communauté juive est présente dans la ville. Les Juifs ont des quartiers spécifiques au cœur de la cité, Judéria, et à l’ouest, Madina-al-Yahud, l’ancien quartier. Avec les Mozarabes, ce sont les intermédiaires privilégiés des échanges culturels et scientifiques avec les populations arabes.

Enfin la présence musulmane marque la ville. Le principal témoin de l’art califal est la mosquée de briques rouges Bab-Al-Mardoum qui devient après la reconquête l’Eglise San Christo de la Luz. Certains musulmans, après cette reconquête, vont rester à Tolède, mêmes s’ils sont peu nombreux. Ces Mudejars, musulmans restés en terre chrétienne, sont à l’origine d’un art architectural mêlant les différentes influences et symbolisant le mélange des cultures. Le style mudéjar est particulièrement visible à travers les églises paroissiales ou les couvents de la ville.
L'essentiel
Palerme et Tolède témoignent de la richesse créée par les contacts entre civilisations. Grande cité commerciale, la ville de Palerme a bénéficié de la grande tolérance des rois normands pour rayonner dans tout le bassin méditerranéen. Tolède, grand centre intellectuel et de traduction, a conservé les traces d’une culture originale par son architecture. La ville est d’ailleurs depuis 1986 classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents