Christianisation et répression des oppositions - Cours d'Histoire Seconde avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Christianisation et répression des oppositions

L’enjeu pour l’Église catholique en cette période du Moyen-âge est d’imposer son autorité, son pouvoir pour garantir l’évangélisation. Tant que ce pouvoir s’avère fragile, il convient pour la papauté de faire preuve d’intransigeance dans la lutte contre les hérésies : doctrines jugées contraires à la doctrine catholique fixée par le pape et l’Église de Rome. Cette lutte s’engage à toutes les échelles, des terres chrétiennes en Europe jusqu’à la lutte contre les infidèles hors d’Europe.
1. Un instrument de répression : l'Inquisition
a. Qu'est-ce que l'Inquisition?
La lutte contre les ennemis de la foi est ancienne et est traditionnellement du ressort des évêques, appuyés par les rois et les princes. L’Inquisition est mise en place par le pape Grégoire IX à partir de 1231. Elle se présente comme un tribunal d’exception créé pour lutter contre les ennemis de la foi. La papauté souhaite garantir en Europe l’unité de la religion catholique et les intérêts de l’Église et pour cela souhaite lutter efficacement contre toutes les déviances. Ainsi l’Inquisition étend son action à la répression des devins, sorciers, blasphémateurs ou scientifiques jugés hérétiques. Pour mettre en œuvre ce tribunal Grégoire IX désigne en Rhénanie le tout premier inquisiteur.

Il s’agit d’un prêtre, Conrad de Marbourg qui fait preuve d’un fanatisme et d’une grande violence. Il est d’ailleurs assassiné en juillet 1233. La plupart du temps, les inquisiteurs sont choisis dans les nouveaux ordres religieux, dominicains et franciscains : leur compétence en matière de théologie, leur proximité avec les fidèles leur confère une image positive. L’Inquisition se développe dans le Saint Empire, en France mais aussi en Italie à partir de 1235. Les tribunaux se multiplient et gardent une certaine autonomie.
b. Son fonctionnement et les peine infligées
Le tribunal est soumis à des règles religieuses fixées par le pape. Les suspects, individus ou groupes sont soumis à l’interrogatoire par l’inquisiteur ou un de ses collaborateurs. A défaut d’aveux, la preuve de l’hérésie est apportée par des témoins. Les peines infligées vont de la pénitence (pèlerinage obligatoire, entretien d’un pauvre, port de la croix d’infamie sur les vêtements…) jusqu’à l’emprisonnement à vie, ou pour les fautes les plus graves, c'est-à-dire pour ceux qui refusent d’expier leurs fautes : le bûcher. Cependant, la condamnation au bûcher, « la peine de feu », demeure rare, même si certains inquisiteurs se signalent par leur cruauté : c’est ainsi le cas de Robert Le Bougre nommé inquisiteur général en France.  Le recours à la torture devient fréquent, sans être régulier, à partir du milieu du 12e siècle.

Particulièrement active en France, en Italie et dans le Saint Empire, l’institution décline à partir de la deuxième moitié du 15e siècle, preuve de l’affirmation du pouvoir de l’Église et des États.
c. La lutte contre l'hérésie cathare
Les Cathares (les purs en Grec) forment une importante communauté de chrétiens présente dans le sud de la France, où se trouve un clergé inefficace et insuffisant, en Italie du nord (foyer originel) ou en Rhénanie. Particulièrement actifs en Provence et en Languedoc, les Cathares ou Albigeois (ils sont présents autour de Toulouse, Carcassonne et Albi) se heurtent à l’Église catholique. Ils estiment cette Église corrompue et s’opposent sur plusieurs points de doctrine avec celle-ci.

Sur le plan des croyances, ils prônent la pauvreté, pensent la religion comme une lutte permanente du bien contre le mal. Tous nient la croyance en la Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit) faisant du Père un être supérieur. Ils rejettent l’Ancien Testament et condamnent les pères de la Bible : Abraham, Isaac, Jacob et Moïse.
Sur le plan du rituel, les Cathares contestent la valeur des sacrements : le baptême d’eau est jugé sans valeur et ils lui substituent le baptême de l’Esprit reçu par une double imposition des mains et de l’Évangile. Le mariage est également condamné.

Impuissante à contrer, la propagation du catharisme qui bénéficie de la bienveillance de certains seigneurs, en 1179 plusieurs d’entre eux sont excommuniés par Alexandre III. Une croisade est organisée en 1209 pour lutter contre les Cathares : la ville de Carcassonne tombe entre les mains d’une armée de seigneurs catholiques du Nord de la France. Albi tombe en 1215 et la même année le comte de Toulouse est dépouillé de ses États ; il se soumet en 1229. Cette croisade prend fin en 1244 où plus de 200 hérétiques qui ont refusé de renier leur foi sont brulés au pied de la forteresse de Montségur.

Outre le succès de l’Église, la défaite des grands seigneurs du Sud contribue largement au progrès de l’unité française.
2. La lutte contre les infidèles : les enjeux des croisades hors d'Occident
a. Qu'est-ce qu'une croisade ?
Une croisade est une expédition militaire menée par les chevaliers francs d’occident dans le but de lutter contre les infidèles. Les objectifs sont divers mais depuis le 9e siècle, la défense des Chrétiens menacés par ces infidèles est considérée comme une œuvre prioritaire : le pape Jean VIII accorde ainsi l’absolution aux guerriers mourant en défendant les Chrétiens contre les Sarrasins en Italie, puis en Espagne. La crainte de l’extension de l’Islam est donc une motivation première. Mais il s’agit également d’assurer la primauté du christianisme et la christianisation des populations.
b. L'appel à la première croisade d'Urbain II
En 1095, le pape Urbain II appelle les Chrétiens d’occident à se mobiliser face au danger représenté par l’expansion musulmane. Les objectifs mentionnés dans son appel sont de défendre les chrétiens orthodoxes de l’Empire byzantin menacés par les Turcs. Il convient également de récupérer la Terre Sainte de Jérusalem afin de libérer le Saint Sépulcre, le tombeau du Christ.

L’objectif est aussi politique : la guerre Sainte doit permettre d’unir les seigneurs occidentaux, d’éviter ainsi les guerres qui déstabilisent les royaumes. Pour mobiliser ses troupes, le pape promet la rémission des péchés, la vie éternelle et laisse entrevoir, pour ces chevaliers, la possibilité de s’enrichir grâce à la conquête des territoires et aux pillages. Cette croisade est suivie par 7 autres expéditions jusqu’à la fin du 13e siècle.
c. Le bilan des croisades
La première croisade donne naissance aux États latins d’orient, fiefs pris sur les terres conquises, attribués aux grands seigneurs occidentaux. Ils vont subsister près de deux siècles et vont permettre la découverte du monde musulman, l’enrichissement économique et culturel grâce aux apports de la civilisation arabe. La vie chrétienne a également été marquée par ces croisades : importance du pèlerinage de Jérusalem, sens du sacrifice. Cependant, beaucoup s’élèvent contre la légitimité de ces expéditions. On accuse l’avidité de l’Église et elles provoquent au 13e siècle des interrogations et de la lassitude.
L'essentiel
A l’échelle des royaumes occidentaux avec la lutte contre les hérésies, ou hors occident avec les croisades, l’Église chrétienne catholique affirme sa suprématie en réprimant toutes les oppositions dangereuses et susceptibles de remettre en cause son autorité. A la fin du 13e siècle, la civilisation occidentale, chrétienne est rayonnante : c’est l’âge d’or de l’Église.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en mathématiques grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents