Sophocle - Cours de Français Terminale L avec Maxicours - Lycée

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Sophocle

Objectif :
Connaître la vie et l'œuvre de Sophocle.
1. Biographie
Sophocle est né en 496 avant J.-C. à Colone, près d'Athènes, dans une famille noble et aisée qui lui prodigue une éducation soignée. Très tôt, il côtoie les hommes politiques les plus influents de son époque, tel Périclès. Toute son existence est intimement liée à la vie de la cité et il assume des charges politiques importantes : il est notamment nommé stratège à deux reprises ; en 413, quand Athènes tente de se relever de sa défaite face à la Sicile, elle désigne dix conseillers, dont Sophocle fait partie, pour prendre les mesures d'urgence nécessaires. Il a également contribué à l'installation du culte d'Asclépios à Athènes.
En l'honneur de cette marque de piété, les Athéniens l'élèvent après sa mort au rang de « héros », c'est-à-dire de demi-Dieu : on le surnomme alors Dexios (l'Accueillant).

Jusqu'à la fin de sa vie, Sophocle a donc joui d'une excellente renommée, tant en politique qu'au théâtre, avec 18 victoires aux Grandes Dionysies. Le poète comique Phrynichos célèbre par cette épitaphe cette vie à l'abri du malheur :

« Heureux Sophocle ! Il est mort après une longue vie. Il a eu chance et talent. Il a fait quantité de belles tragédies et il a obtenu une belle fin sans avoir jamais subi aucun malheur. »
2. Son oeuvre dramatique
Né 30 ans après Eschyle, Sophocle est d'abord le rival de ce dernier pendant près de 12 ans, avant de devenir celui d'Euripide, un peu plus jeune que lui.

L'œuvre de Sophocle est immense et connut un succès exceptionnel : 123 drames, dont il nous reste 114 titres et seulement 7 tragédies parvenues jusqu'à nous. Son œuvre peint en particulier, avec une insistance et une cruauté parfois insoutenables, la souffrance. Ses tragédies sont peuplées de héros mutilés, torturés par le mal, consumés par un deuil obsédant : comme si la grandeur de l'homme ne pouvait se révéler que dans son aptitude à endurer la souffrance, propre de sa condition humaine.

Ajax (autour de 445) met en scène le héros éponyme en proie à la folie inspirée par la déesse Athéna : il massacre un troupeau de moutons croyant qu'il s'agit des chefs de l'armée grecque dont il veut se venger car ils lui avaient refusé les armes d'Achille. Ajax se suicide. S'ensuit alors un débat pour savoir s'il mérite les honneurs d'une sépulture. Finalement, Ulysse interviendra pour la lui faire obtenir, au nom de la générosité et de l'humanité.

Antigone (442) : Antigone désobéit au décret de Créon en donnant à son frère Polynice la sépulture rituelle que le roi de Thèbes lui avait refusée. Pour sa désobéissance, Créon la condamne à être enfermée vivante et ne cédera pas aux supplications de son fils Hémon, fiancé d'Antigone. Le devin Tirésias lui annonce alors que les présages indiquent un malheur à venir et la colère des dieux. Plein d'angoisse, Créon s'apprête à délivrer Antigone, mais il la découvre morte aux côtés de son fiancé. De chagrin, Eurydice, l'épouse de Créon et mère d'Hémon, se donnera la mort.

Les Trachiniennes
(date inconnue) met en scène les derniers épisodes de la vie d'Héraclès à Trachis : le héros se meurt du contact de la tunique trempée dans le sang du Centaure que son épouse, Déjanire, lui avait envoyée, espérant ainsi conserver son amour. La tragédie se termine sur le suicide de Déjanire et l'agonie douloureuse d'Héraclès.

Œdipe-Roi
(entre 430 et 420) : Œdipe est roi de Thèbes quand la ville est ravagée par la peste. Il consulte l'oracle d'Apollon qui lui apprend que l'épidémie est un châtiment divin qui durera tant que les assassins de l'ancien roi Laïos n'auront pas été démasqués et punis. Une enquête minutieuse révèle à Œdipe qu'il est le coupable et Polybe, son père adoptif, lui apprend qu'il a épousé sa mère, Jocaste, accomplissant ainsi la prédiction de l'oracle d'autrefois. À cette nouvelle, Jocaste se pend et Œdipe se crève les yeux avant de partir en exil guidé par sa fille Antigone.

Électre
(date inconnue) met en scène la vengeance d'Oreste, frère d'Électre, pour le meurtre de leur père Agamemnon. La pièce se termine sur le double meurtre de Clytemnestre, leur mère, et d'Égisthe, l'usurpateur.

Philoctète
(409) : abandonné blessé sur une île déserte, Philoctète avait survécu grâce à la protection d'Héraclès qui lui avait donné un arc magique pour le protéger. Neuf ans plus tard, Ulysse prépare un plan avec Neptolème, fils d'Achille, pour obtenir le fameux arc. Neptolème réussit à gagner la confiance de Philoctète qui lui confie son arc. Ayant perdu sa protection miraculeuse, ce dernier retombe malade. Le traître pris de remords lui avoue la vérité et lui rend son arme. Héraclès lui apparaît alors et lui ordonne de se rendre à Troie où Asclépios le guérira.

Œdipe à Colone
(mise en scène posthume en 401) : Œdipe, aveugle et vêtu en mendiant, cherche à rencontrer Thésée. Ismène, sœur d'Antigone, lui apprend que les Thébains veulent s'emparer de lui. Elle quitte son père pour accomplir les rites qui apaiseront les déesses. Thésée, après avoir écouté les confidences d'Œdipe et ses proclamations d'innocence, s'engage à le protéger. Arrive Créon qui annonce qu'Ismène est sa captive et qui s'empare également d'Antigone. Œdipe parvient à lui échapper et Thésée envoie une troupe qui libère les deux jeunes filles. Polynice demande alors à être reçu par son père Œdipe et le supplie de l'aider dans son expédition contre Thèbes. Œdipe refuse et le maudit solennellement. Il se sent alors appelé par les Dieux, fait promettre à Thésée de ne jamais révéler le lieu de sa mort et promet à son tour son éternelle protection à Athènes. Il disparaît ensuite mystérieusement alors qu'Ismène et Antigone reçoivent la protection de Thésée.
3. L'art dramatique de Sophocle
Le caractère le plus original de l'œuvre de Sophocle est l'abandon délibéré de la trilogie liée, telle qu'Eschyle l'a pratiquée. En effet, il choisit de centrer le regard sur l'individu engagé dans son existence propre et saisi à l'instant critique de sa vie, sans que jamais l'existence individuelle du héros apparaisse comme l'élément d'une histoire au cadre temporel plus vaste.
Dans cette perspective plus rétrécie, les dieux semblent plus lointains, l'homme mène l'action avec ses seules forces et sa seule volonté. La puissance des dieux n'est pas pour autant remise en cause par Sophocle, mais, puisque leur volonté ne peut être comprise des hommes, restant même parfois ignorée d'eux, les hommes assument pleinement et librement la responsabilité de leurs actes qui se fondent sur leurs hautes exigences morales et leur volonté indéfectible.

Chez Sophocle, le héros l'est à double titre : c'est bien sûr le héros en tant que protagoniste de la tragédie, mais c'est aussi le héros au sens le plus noble du terme, c'est-à-dire l'homme grandi par sa valeur exceptionnelle. Face à l'humanité ordinaire qui l'entoure, le héros est ainsi souvent voué à la solitude. De plus, la grandeur du héros se heurte à ses faiblesses et aux limites inhérentes à sa condition humaine : l'homme, même s'il s'efforce d'agir au mieux, est victime de son ignorance et de son aveuglement qui le mèneront à sa perte. Quand il comprend, il est trop tard : ainsi les oracles des dieux, loin d'éclairer les hommes, restent longtemps obscurs et leur sens n'apparaît clairement qu'une fois le malheur consommé.

Les tragédies de Sophocle donnent de l'homme une image contrastée, car si sa condition le condamne à l'ignorance et à l'impuissance, sa volonté et sa force morale l'ennoblissent et le grandissent.

Ainsi l'art de Sophocle se caractérise par cet art du contraste qui fait ressortir de manière éclatante la grandeur du héros et qui se manifeste aussi dans la construction des tragédies : effets de contrastes pathétiques, effets d'ironie tragique, coups de théâtre, ruptures, renversements.
L'essentiel
Sophocle (496-406 avant J.-C.) appartient, avec Eschyle et Euripide, à la triade des grands dramaturges grecs du Ve siècle avant J.-C., au temps de Périclès. Son œuvre fut immense, même s'il ne nous reste aujourd'hui que sept de ses tragédies : Ajax, Antigone, Les Trachiniennes, Œdipe-roi, Électre, Philoctète, Œdipe à Colone.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en histoire des arts grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents