Migrations économiques et immigration vers l'Union européenne - Cours de Géographie avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Migrations économiques et immigration vers l'Union européenne

Objectifs : Depuis plus de trois siècles et jusqu’en 1950, l’Europe fut d’abord une terre d’émigration. Aujourd’hui c’est un espace d’immigration. Le sujet abordé ici ouvre largement sur l’histoire, la sociologie et la politique. Il conviendra de s’interroger sur les fondements et les enjeux de l’immigration, sur l’origine des immigrés. Il faudra aussi mettre en évidence la nécessité d’harmoniser, à l’intérieur de l’Union européenne, les politiques d’immigration.
1. La longue histoire des flux migratoires dans et vers l’Europe
a. Une courbe globalement ascendante depuis le début du XXe siècle
Au XIXe siècle, il y a peu d’étrangers non-européens en France. C’est à partir de la Première Guerre mondiale que l’immigration en provenance des colonies prend de l’importance. Migrations économiques liées au besoin de main d’œuvre après l’hécatombe de la Grande Guerre.

Ensuite, les années 1920-1930 connaissent une brutale accélération de l’immigration. Ainsi au début des années 1930, il y a 2,6 à 3 millions d’étrangers en France, la plupart d’origine européenne. Toutefois, ceux venant des colonies ne sont guère plus de 200 000.
b. Pendant les Trente Glorieuses
Cette période connaît la plus forte poussée d’immigration qu’ait connue l’Europe. Des vagues entières de migrants venant des pays de l’Europe du sud mais aussi du Maroc, d’Algérie, de Tunisie ou de Turquie, du Commonwealth également se répartissent dans les pays développés de l’Europe du nord.

Le déclin démographique qui a commencé au XIXe siècle dans un certain nombre d’états européens, accéléré par la saignée de la Première Guerre mondiale (1,4 million de morts en France) et par les classes creuses de la Seconde Guerre mondiale prive l’Europe de bras pour satisfaire la forte reprise et la croissance de l’Après-Guerre. L'immigration légale, s’accompagnant de contrats de travail, fixe dans la CEE naissante une importante population d’origine non européenne.
c. Le coup de frein
Le ralentissement économique du début des années 1970 et l’apparition d’un chômage structurel donnent un coup de frein à cette immigration légale qui était liée à des contrats de travail, à des rapprochements familiaux ou à l’exercice du droit d’asile.

Ainsi, tous les états européens limitent l’appel à une main d’œuvre étrangère. La France et l’Allemagne, entre autres, appliquent le principe de « l’opposabilité de la situation de l’emploi ». On ne peut autoriser un travailleur étranger à entrer sur le territoire que s’il n’existe pas de travailleur local (dans la main d’œuvre nationale, communautaire ou non communautaire en résidence permanente) pour occuper l’emploi en question.

Ce coup de frein a ouvert la brèche de l’immigration clandestine
, illégale, qui pose avec acuité le problème de l’harmonisation européenne. Les immigrants en provenance des pays pauvres sont attirés par le riche espace de l’Union européenne, souvent au prix de périples dangereux. Pour l’instant, le contrôle de ces migrants clandestins repose sur des législations nationales peu compatibles avec l’espace Schengen. Les pays de l’Europe du sud (Espagne, Italie, Grèce) sont devenus les garde-frontières de l’Union européenne et demandent une coopération solidaire des autres états.

Actuellement, il y a 19 millions d’étrangers recensés dans l’Union européenne, quant aux clandestins, par définition, on ne peut que faire des évaluations qui donnent le chiffre de 500 000 immigrants illégaux par an.
2. les flux migratoires
a. L’immigration économique en provenance des pays en développement
Il existe trois sources principales pour l'immigration économique :
•  De l’Inde et de l’Asie du sud : L'immigration est renforcée par les migrants politiques se réclamant du droit d’asile, en provenance de Thaïlande du Cambodge ou du Vietnam ou bien fuyant des zones de conflits (Cachemire, Afghanistan). Les portes d’entrée en Europe se font par la Grèce et l’Italie via la Turquie, ou bien directement, pour les pays de l’ex-Commonwealth, en vertu des accords qui les lient à l’ancienne puissance colonisatrice, le Royaume Uni.

•  De l’Afrique du nord et de la Turquie : Les ressortissants rejoignent prioritairement la France, l’Allemagne mais aussi les états de l’Europe scandinave.

•  De l’Afrique subsaharienne et du golfe de Guinée (Maliens, Ivoiriens, Ghanéens, Burkinabés, par exemple) : Ils transitent par le Maroc, Tanger ou Ceuta (enclave espagnole au Maroc) ou ils rejoignent les Canaries dans des embarcations de fortune dont certaines n’arrivent jamais.
b. L’immigration des pays de l’ex-Europe communiste
Il s'agit d'une migration interne à l’Union européenne, mais il faut la mentionner car il s’agit bien d’une migration d’ordre économique qui pousse les populations pauvres des pays nés de l’ex-Yougoslavie (fuyant les ruines des récentes guerres) et les Roumains non-sédentarisés (Les Roms) les plus en détresse, à rejoindre l’eldorado imaginaire des pays les plus riches de l’Union européenne.
c. Le Brain Drain
Il ne faut pas passer sous silence l’accueil de travailleurs étrangers les plus qualifiés. Plusieurs pays d’Europe, l’Allemagne et le Royaume Uni principalement, ont élaboré un dispositif permettant d’attirer des migrants étrangers très qualifiés et de favoriser leur installation : informaticiens, médecins, chercheurs en provenance d’Inde,du Maroc ou d’Afrique noire, privant dans le même mouvement ces pays-là des cadres qui leur seraient indispensables.
3. Une immigration nécessaire
a. Une Union Européenne vieillissante
Si certains hommes politiques font de l’immigration la cause de tous les malheurs qui touchent l’Union européenne, il faut bien admettre que l’absence d’une politique commune d’immigration rend tout contrôle difficile. Face au vieillissement de la population européenne et au déclin démographique, une politique d’immigration commune, concertée et cohérente s’impose pour donner à l’Europe à la fois les producteurs et les consommateurs qui lui permettront de garder son rang économique dans la concurrence internationale. Les pays de l’Union européenne perdront 20 millions de travailleurs entre 2010 et 2030 et 52 millions d’ici 2050 : il faudra bien les remplacer.
b. Les incohérences actuelles
Tout étranger qui entre illégalement dans l’espace Schengen peut ensuite circuler librement dans cet espace. La nécessité de maîtriser et de contrôler les flux migratoires est évidente si l’on ne veut pas en être réduit à une politique systématique de reconduite à la frontière (mais quelle frontière pour des migrants qui ont détruit leurs papiers ?) telle que la pratique, à petite échelle, la France.
c. Pour une politique commune
Crise économique, chômage, xénophobie et racisme rejettent de plus en plus, vers les marges des sociétés européennes, les populations d’origines étrangères qui, se repliant sur elles-mêmes, entretiennent le communautarisme, donc la peur de l’autre.

L’Union européenne a conscience de la nécessité de s’atteler à ce problème. Le 11 janvier 2006, la Commission Européenne a présenté un Livre Vert, document de réflexion qui se fixe pour objectif de créer dans l’opinion publique un vaste débat sur « la gestion communautaire des migrations économiques » et formule toute une série de propositions pour contrôler les flux d’immigrants mais aussi pour définir leurs droits, sans oublier la nécessaire coopération avec les pays de départs et ceux par lesquels transitent ces migrants.
L’essentiel
Non seulement il serait illusoire de prétendre stopper l’immigration clandestine, mais il faut bien prendre conscience que l’Union européenne a besoin de migrants étrangers. Pour sortir de la situation bloquée que l’Europe connaît actuellement, à cause d’une gestion purement nationale des politiques d’immigration, il devient nécessaire, à court terme, de définir une politique communautaire réaliste et cohérente, au bénéfice des états de l’Europe, de leur avenir économique et démographique, au bénéfice des migrants eux-mêmes et de leur intégration dans les pays d’accueil.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Aidez votre enfant à réussir en SVT grâce à Maxicours

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents