Mémoires de guerre : De Gaulle, écrivain ? - Maxicours

Mémoires de guerre : De Gaulle, écrivain ?

Objectifs :
Synthétiser des lectures croisées et avis critiques sur les Mémoires définis tantôt comme œuvre documentaire ou œuvre littéraire ; dépasser la problématique de la réception par une problématique générique ; préparer l’épreuve de la dissertation littéraire.
Le mémorialiste est, d'après les dictionnaires, l'auteur de mémoires ou de chroniques historiques. Cette définition occulte la touche individuelle qu’il donne à sa lecture des événements, le style personnel qui colore la restitution et qui n’est pas seulement documentaire.

Le général est connu pour être un grand homme militaire, politique mais aussi un brillant orateur et un homme de lettres puisqu'il est reconnu tantôt par les uns comme historien voire même autobiographe pour les autres… Quand le mémorialiste présente son implication dans l'époque qui est sienne, en se justifiant ou en ironisant : il est dans une démarche purement personnelle et non de documentaliste. Être mémorialiste, c'est être à la fois historien et autobiographe, tout en se focalisant sur sa propre image, et sur le monde environnant. De plus, le général, amateur de belles lettres sait leur rendre hommage dans un style qui est sien et qui le hisse au statut d’écrivain.

Alors, De Gaulle est-il seulement un historien, un écrivain de l’histoire ? Est-il un homme de lettres ?
1. De l'historien à l'homme de lettres
a. Le mémorialiste n'est pas uniquement un historien
Il est son propre historiographe 
Il écrit sa rencontre avec l’histoire. Le genre est alors reconnu comme  littéraire au nom d’un double postulat : celui d’écrire l’histoire et celui de relier l’histoire à la vie d’un individu.

- Le postulat historique : depuis plusieurs siècles et notamment le siècle classique, les personnes éminentes et acteurs politiques sont dignes d’un témoignage historique. De Gaulle estime que l’homme qui a « rencontré l’Histoire » peut attester des faits historiques, en tant qu’acteur, engagé et combattif.

Exemple :
De Gaulle évoque le travail de Churchill qui lui aussi écrivit ses Mémoires, consacrés par le prix Nobel de littérature en 1953, c’est en déclarant sa volonté de témoigner de l'histoire qu'il pense le parallèle avec un souci de restitution exact et exhaustif en « vérifiant tous les éléments historiques au détail près » mais aussi un objectif littéraire puisqu’il envisage d’ « en faire une œuvre, ce qui n’est pas ce qu’a fait Churchill qui a mis bout à bout beaucoup de choses. » (Lettre à Louis Terrenoire). Cette citation exprime le désir de création ou de composition littéraire.
Ses préférences littéraires attestent d’un attachement à un style, genre ou tonalité à laquelle il succède.

Exemple :
Ainsi, il est admiratif de François-René de Chateaubriand qui a compris et transcrit la problématique tragique et romantique du destin napoléonien, qui a soutenu comme ambassadeur de la France ou comme ministre des affaires étrangères sa position monarchiste et républicaine, qui a défendu la religion catholique.

De nombreux parallèles
se tissent entre les mémoires des deux hommes de lettres et de politique
, notamment en ce qui concerne l’évolution des sociétés vers un renouveau social. Les préoccupations inquiètes de l’un trouvent écho chez l’autre avec des accents d’une sincérité partagée.
b. Le défenseur inspiré
Le mémorialiste est aussi et surtout un orateur brillant qui dit son amour de la France. Ses propos œuvrent pour le salut de la France en utilisant les moyens d’une rhétorique capable de soulever les foules, stimuler l’amour de la nation à l’instar des auteurs grecs et latins comme Tacite ou Tite-Live qui sont tant de grands historiens que de subtils manipulateurs de la langue. Leurs talents rhétoriques et littéraires sont incontestables. De même, ils savent colorer l’histoire à leur avantage et se hisser au rang de héros national qu’ils sont et qu’ils veulent inscrire dans la mémoire du pays.

Exemple :
Lorsque De Gaulle restitue un événement historique, il sait le colorer à son avantage sans déformer la réalité et mettre en avant ses qualités propres… Il est historiographe de sa propre image, qu’il défend pour la valoriser et se rehausser au rang de « champion de la France ». Ainsi, le portrait de Churchill permet un portrait en négatif du général mettant en valeur sa combativité et sa vaillance alors que tout est défavorable. En opposant la facilité de la victoire britannique d’un côté et la multiplicité des obstacles de l’autre, De Gaulle s’illustre comme le seul représentant d’une lutte incommensurable.

Ainsi, la rhétorique se met au service de l’idée et la grammaire mime le sens. Il se peint avec un adjectif-épithète détachée et mis largement en évidence « seul », face à un corps isolé et meurtri, blessé à mort en ce qui lui est vital « jusqu’aux entrailles ». Tout converge pour donner une impression de morcellement dans la séparation du chef et de sa patrie, des forces vitales du pays éparpillées en « bribes »… La réussite de l’un est minimisée en regard de l’autre largement valorisée.
2. Romancier-autobiographe
a. Parler de sa relation intimes à l'histoire
De Gaulle raconte une période historique sous le couvert du « je » qui réunit l’auteur et le narrateur dans une instance-témoin d’une période historique. C’est un récit rétrospectif sur une période de sa vie, depuis ses yeux. Même si les Mémoires constituent une ressource de données historiques vérifiables et incontestables, De Gaulle offre sa propre perception.

Exemple :
le portrait de Staline
est subjectif, comme en témoigne le point de vue interne qu’adopte le narrateur-romancier et autobiographe de la scène de rencontre. Le passage répond à tous les topos de la scène de première rencontre, de l’effet d’attente à la mise en valeur du premier aperçu. L’effet d’attente est parfaitement orchestré par l’écrivain, d’où le choix particulier et sacré du verbe « parut » dont le passé simple marque la brièveté, la soudaineté de l’apparition de Staline.

Le point de vue interne de De Gaulle sur Staline permet de partager son ressenti avec l’expression « avoir l’impression » qui annonce la subjectivité. Il met en exergue son sentiment de fausseté et duperie d’où le champ lexical omniprésent du théâtre et de la manipulation.
Le mémorialiste expose son regard personnel, il est donc plein de subjectivité. En cela, il se distingue aussi de l'historien.
b. Parler de soi
Même sur une période précise et au service de l’histoire, le mémorialiste, se livre, dans certains passages lyriques et intimes. Il chante un hymne à la France, la personnifiant, la considérant comme une terre sacrée.

Il se présente comme le « détenteur désigné de la souveraineté » dont le destin est inextricablement lié à celui de la nation. Il est donc légitime que les mémoires prennent une coloration autobiographique dans la mesure où le héros national participe de la résurrection de la France, puis se retire au moment de la confusion.

Dans les moments de reconstruction et de victoire

L’auteur s’identifie comme un personnage de légende dont il parle à la troisième personne, non sans ironie.

Exemple :
Lors des cérémonies où le général reçoit des ovations de la foule, il parle de lui comme il le ferait d’un personnage mythologique ou biblique : « Quant à De Gaulle, personnage quelque peu fabuleux, incorporant aux yeux de tous cette prodigieuse libération, on compte qu'il saura accomplir par lui-même tous les miracles attendus » (p. 10). Le champ lexical du miracle est profondément teinté d’ironie et d’autodérision, et aussi d’autosatisfaction quand bien même les foules galvanisées par De Gaulle l’acclament avec une ferveur sans pareille.

Au moment de doute
Le « je » de l’autobiographie reparaît pour exprimer « les espérances déçues »
, et donner au texte une dimension largement autobiographique puisque l’auteur partage son ressenti. Le lien littéraire avec les romantiques est manifeste : dire l’histoire et son ressenti permet un lyrisme qui dépasse un objectif de restitution historique documentaire.

Exemple :
Ainsi, la fin des Mémoires a une dimension nettement plus personnelle. En effet, l’excipit donne tout son sens au « je » autobiographique : le mémorialiste est entouré par la nature et dit ce qu’il perçoit dans un mouvement d’exaltation lyrique : « je dirige ma promenade…me submerge… je me sens… m’envahit ». Il évoque son quotidien dans « le petit parc » lié à l’intimité familiale à laquelle il fait une allusion dans une scène champêtre dont la simplicité surprend avec la teneur grave des pages précédant le départ. La méditation de l’homme face au temps qui file, au cycle de la vie, aux leçons de la nature sont celle d’un homme face à son destin et obéit à une tradition littéraire séculaire que celle d’une réflexion sur la finitude de la vie.
3. L'homme de lettres et le poète
a. Un héritage littéraire
Comme on a déjà mentionné l’admiration de De Gaulle pour Chateaubriand ou les classiques latins, il est utile de noter que nombre de parallèles peuvent être tissés entre certaines traditions littéraires et les moyens littéraires utilisés par l’auteur pour faire de ses chroniques « une œuvre », pour dépasser le documentaire vers une expressivité tout autre.

Exemple :
De Gaulle trouve son inspiration chez Péguy
dont il admire l’art de la formule et de la concision, l’expression d’une ferveur pour la république, une foi en la nation. Il dit percevoir l’éternel dans le temporel. Or, n’est ce pas l’axe d’écriture des Mémoires ? Dire l’éternel recommencement dans deux années de vie et d’histoire ?

Doc. 1 : Portrait de Charles Peguy 1873-1914


Les métaphores
De même, de nombreuses métaphores sont directement inspirées d’une culture littéraire française, avec l’emploi parfois de guillemets dévoilant l’intertextualité : les mythes grecs avec Prométhée se jetant dans le gouffre pour ne plus être enchaîné ou l’évocation du chaos universel, l’image de la marée présente chez les romantiques ou de la navigation omniprésente chez Tite-Live.

Exemple :
La prosopopée finale de la nature
s’exprimant pour l’homme, à travers l’homme est un souvenir classique qui traverse les époques et obéit à la même symbolique des saisons et émotions qui mime le cycle vital, de la mort vers la renaissance, de la naissance à la mort…

L’écriture de De Gaulle se nourrit de réminiscences littéraires et culturelles et n’hésite pas à reprendre des leitmotive littéraires, des images éculées qui servent à exprimer davantage qu’un texte informatif documentaire ne le ferait.
b. L'effusion lyrique
Ainsi, le texte s’achève sur une dimension autre, toute littéraire et tout effusive : la prosopopée de la nature permet le glissement vers une conception lyrique du cadre naturel, terre-mère, nourricière… Le « je » du mémorialiste, présent au début du passage est alors relayé par le « je » de la nature. Elle devient un double de l’auteur, dans une longue personnification qui donne vie à l’univers et permet la méditation sur la vie.

Les Mémoires s’achèvent par trois apostrophes de la tradition élégiaque, en guise d’adieu et d’attente du renouveau, construites parallèlement, sans verbe conjugué, et suivant une sorte d’ordre « décroissant ». L’adieu pathétique à la terre nourricière et originelle avec le champ lexical de l’épuisement extrême permet l’expression d’un espoir de vie renouvelée… L’adieu à la France malmenée comme le sous entendent les adjectifs d’affliction extrême « accablée-meurtrie » suggérant la blessure morale et physique suscite pitié et espoir d’un redressement incessant. L’adieu à l’homme dont la minuscule traduit la petitesse et l’humilité représente le général en retrait « détaché des entreprises » en 1946 (et non au moment de la rédaction ou publication) mais « jamais las de guetter dans l’ombre la lueur de l’espérance ». Les notions d’espoir et de renouveau sont essentielles et omniprésentes dans cet extrait : « ne finiront jamais » ; « ardeurs nouvelles après que j’aurai disparu » ; « refleurira ma jeunesse » ; « le merveilleux retour de la lumière et de la vie » ; « se succèdent les vivants » ; « le génie du renouveau » ; « la lueur de l’espérance »… La fin solennelle en trois mouvements est aussi une ouverture sur le lyrisme tout intime du « grand homme ».

L'essentiel
Le Salut du général de Gaulle, publié en 1959, est le troisième tome de ses Mémoires de guerre. Ces mémoires font aussi l'autoportrait du général. En effet, les mémoires mettent en lumière l'histoire de l'époque racontée, l'autoportrait de leur auteur. Aussi écriture de l’histoire rejoint-elle l’écriture soi, et donc une écriture toute littéraire.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre navigation sur le site, réaliser des statistiques et mesures d'audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux et médias sociaux.