Littérature et cinéma : anticipation et science-fiction - Maxicours

Littérature et cinéma : anticipation et science-fiction

Objectif
  • Comprendre que l’anticipation et la science-fiction révèlent les fantasmes et les questions que pose notre époque.
  • Comprendre qu’ils peuvent former une critique de notre représentation du monde et de l’Homme et qu’ils interrogent les limites de la notion d’humanité.
Points clés
  • La science-fiction est un genre littéraire et cinématographique qui invente des mondes, des sociétés et des êtres situés dans des espaces-temps fictifs.
  • L'anticipation est un genre littéraire constitué d'œuvres dont l’action se déroule dans un futur proche ou lointain.
  • Les thèmes qui parcourent la science-fiction et l'anticipation sont : les progrès de la médecine et le transhumanisme, l’intelligence artificielle et la robotisation, les changements écologiques, l’évolution des lois et de l’ordre politique, le progrès des connaissances et l’évolution des mœurs.
1. Genèse et facteur de développement des deux genres.

La manière de nous représenter le monde et l’humanité a subi une suite de bouleversements qui ont contribué à l’émergence de ces deux genres, la science-fiction et l’anticipation. Parmi ces causes et les conséquences possibles que nous pouvons en tirer, nous relèverons les éléments suivants :

  • La création d’appareils techniques d’observation nous conduit à découvrir une réalité insoupçonnée. Les montagnes de la Lune observées par Galilée avec un télescope sont une première manière de voir un autre monde et de donner ainsi matière à l’imaginaire.
  • Dans le même temps, la connaissance des lois de la nature donne cette fois-ci un nouveau cadre à l’imaginaire. La connaissance de la structure de la matière, d’un monde atomique et subatomique insoupçonné, de l’infiniment petit et aussi de l'infiniment grand, des forces qui régissent la nature, offre à son tour un matériau nouveau, repoussant les limites du possible et de nos cadres intellectuels.
  • La connaissance scientifique du vivant et les progrès de la médecine nous interrogent sur notre relation au vivant, la place que nous occupons dans la nature, sur les limites de l’humanité. La paléontologie, la génétique, la théorie de l’évolution n’en sont que quelques exemples.
  • La découverte et l’exploration de nouveaux milieux naturels sur Terre et depuis le XXe siècle dans l’Espace et auparavant, la découverte de l’Amérique et d’une partie de l’humanité inconnue de l’Ancien Monde, la connaissance des limites de notre monde sont des façons de rentrer en contact avec des réalités alternatives.
  • L’inflation illimitée des techniques et l'utilisation de nouvelles sources d’énergie donnent lieu à de multiples extrapolations, nous interrogeant sur les limites de ce qu’il est techniquement possible de faire.
  • Enfin, les révolutions politiques et économiques, les guerres, les crises et ainsi l’ensemble des changements violents que subit le monde nous heurtent à des réalités insoupçonnées.

On se rend alors compte que c’est le réel qui fournit le matériau de la création de la fiction et qu’il y a une continuité derrière la rupture apparente entre notre monde et ces mondes irréels.

2. Définitions et distinction des genres.

Tous ces éléments mettent en mouvement la représentation du monde admise depuis l’Antiquité, contreviennent aux croyances en général (religieuses certes, mais aussi perceptives, morales et politiques) et bouleversent nos cadres spatio-temporels, rendant possible ce que naturellement nous tenons pour impossible.

À partir de ces éléments, le genre de la science-fiction se forme et se développe. On attribue généralement la paternité du terme science-fiction à Ugo Gernsback. Le dictionnaire Larousse définit la science-fiction comme :

« Science-fiction : Genre littéraire et cinématographique qui invente des mondes, des sociétés et des êtres situés dans des espaces-temps fictifs (souvent futurs), impliquant des sciences, des technologies et des situations radicalement différentes. »
Anticipation : Genre littéraire constitué d'œuvres dont l’action se déroule dans un futur proche ou lointain.

Les deux genres peuvent être plus ou moins proches :

  • les films ou romans de science-fiction peuvent avoir pour cadre d’action le présent ou le passé et ne relèvent donc pas toujours d’une anticipation du futur. Par exemple les épisodes du space opera Star Wars (1977-) ont lieu dans le passé ;
  • les œuvres d’anticipation ne portent pas nécessairement sur les conséquences du développement des sciences et techniques qui leur sont associées, si bien qu’elles peuvent imaginer l’avenir par exemple sous le seul aspect social ou politique. Le livre de Michel Houellebecq (1956-) Soumission (2015) est un texte d’anticipation sociale, car il a pour cadre d’action les élections de 2022.
Remarque :
Ces deux genres de fictions connaissent de multiples développements depuis le premier film de science-fiction, Le Voyage dans la Lune (1902) de Georges Méliès (1861-1938), qui s’inspire des romans du même genre de Jules Verne (1828-1905), De la Terre à la Lune et de Herbert Georges Wells (1866-1946), Premiers hommes dans la Lune (1901).
3. Définitions et distinction des genres.

L’idée que d’autres mondes sont peuplés n'est pas nouvelle : on la trouve dans la littérature depuis l’Antiquité. Ces autres formes de vie ont évolué au fur et à mesure de l’imagination de Nouveaux Mondes.

La guerre des mondes de HG Wells crée une rupture entre l’Homme et cette autre forme de vie, celle-ci surclassant l’humanité par sa technologie.
Les extraterrestres ne créent pas de comparaison possible avec les moyens dont l'humanité dispose. Ce roman offre l’image inverse du rapport que l’Homme entretient avec la nature : si d'habitude, nous avons tendance à nous excepter de celle-ci en pensant la dominer grâce à des capacités intellectuelles supérieures et des moyens supérieurs, cette fois-ci, ce sont les hommes qui sont dépassés par des créatures dont la technologie leur est bien supérieure. Et surtout, de la même manière que l’humanité n’a pas d'égard pour les êtres minuscules qu’elle piétine, les extraterrestres de Wells n’en ont aucun des hommes bien inférieurs à eux.
Cette impuissance est d’autant plus manifeste que la défaite des extraterrestres ne doit rien aux capacités humaines, mais seulement à l’intervention de bactéries auxquelles ils succombent.

Doit-on voir là la main de Dieu et la résurgence d’un jugement dernier qui habite l'inconscient culturel chrétien ?
Cette interprétation théologique discutable présente dans l’adaptation de Steven Spielberg (2005) ne doit pas faire oublier que le film a essentiellement un propos darwinien : l’existence de toutes les espèces est soumise au tri de l’évolution, si bien que, quelle que soit la puissance dont elle dispose et sa prétendue supériorité sur les autres, elle n’en reste pas moins mortelle. Ce rappel, qui réintègre l’humanité au sein de la nature comme l’une de ses composantes parmi d’autres, invite non seulement à l’humilité, mais aussi à déconstruire le préjugé d’une prétendue supériorité sur le monde.

La critique de notre monde peut aussi prendre l’aspect d’une pure anticipation comme dans la série des Mad Max (1979, 1891, 1985, 2015) qui nous présente les ruines d’une civilisation fondée sur le pétrole, qui s’est effondrée avec le quasi-épuisement de son énergie motrice. Ce monde dystopique livre alors les survivants à un lutte pour la vie impitoyable, nous interrogeant sur le modèle de développement de notre monde qui vit au bord du gouffre et nous rappelle combien la violence de ce monde post apocalyptique n’est pas si éloigné de nous à l’heure du pic oil (épuisement du pétrole) mais aussi des autres ressources nécessaires à la vie et indispensables au développement de notre civilisation.

4. Les limites de l’humain : du rapport à la machine

Le mythe du robot, souvent humanoïde au début de la Science-fiction, est à la fois un prolongement de l’humain et son dépassement.

La question de l’augmentation des capacités de l’Homme peut d’abord se faire à l’aide d’artefacts externes à son corps.

Exemple :
Dans le film Edge of tomorrow (2012) de Doug Liman, les capacités des fantassins sont augmentées à l’aide d’un exosquelette qui leur permet de lutter contre des extra-terrestres.

Le lien entre l’homme et la machine est alors encore externe. Mais la continuité de l’un à l’autre se pose.

Exemple :
Le film Lucy (2014) de Luc Besson met en scène une jeune femme qui augmente les capacités de son intellect sous l’effet d’une drogue jusqu’à atteindre 100% et à se transformer en un super-ordinateur.

L’intuition du romancier William Gibson (1948-) dans Neuromancien (1984) où la technologie envahit toute la société et l’Homme lui-même vient poser la question de l’hybridation de l’Homme et de la machine. La littérature et le cinéma Cyberpunk s’empareront de cette thématique.
Dans Blade Runner (1982) de Ridley Scott (1937-), les répliquants qui représentent une menace pour l’humanité sont en quelques sortes un avertissement : un peu comme la créature du docteur Frankenstein qui se rebelle contre son créateur dans le roman homonyme de Mary Shelley (1797-1851) publié en 1818, les transgressions techno-scientifiques du vivant peuvent nous punir de notre audace.

Dans un autre genre, c’est aussi ce thème que l’on retrouve dans la saga des Terminator où un programme informatique, Skynet, devient conscient de lui-même et traite son créateur comme un danger qu’il faut éradiquer. Ici, la machine dépasse voire même, surclasse l’humain.
Or ce surclassement n’est pas toujours négatif.

Exemple :
Dans le film d’animation WALL-E (2008) réalisé par Andrew Stanton (1965-) met en scène un robot chargé de nettoyer les dégâts réalisés par l’humanité.

Vous avez déjà mis une note à ce cours.

Découvrez les autres cours offerts par Maxicours !

Découvrez Maxicours

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

quote blanc icon

Découvrez Maxicours

Exerce toi en t’abonnant

Fiches de cours les plus recherchées

Humanité Littérature et Philosophie

Liens entre politique et art

Humanité Littérature et Philosophie

Violences racistes et sexistes

Humanité Littérature et Philosophie

Le choc de la Shoah dans la pensée occidentale

Humanité Littérature et Philosophie

La non-violence

Humanité Littérature et Philosophie

L'expérience des deux guerres mondiales

Humanité Littérature et Philosophie

Allons-nous vers une société pacifiée ?

Humanité Littérature et Philosophie

Inquiétantes dystopies

Humanité Littérature et Philosophie

Les revers des progrès techniques

Humanité Littérature et Philosophie

Transhumanisme, post humanisme, IA

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17 h à 20 h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Un compte Parent