Les crises du nouvel ordre mondial - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les crises du nouvel ordre mondial

1. L’Europe, foyer de nouveaux conflits
a. Les conséquences de l’émiettement du monde communiste
Après la chute du mur de Berlin et la dislocation de l’Union soviétique, l’Europe voit resurgir des conflits qu’elle croyait oubliés depuis longtemps. Ce sont d’abord les conflits dans les Balkans.
Outre le conflit yougoslave, réapparaissent d’importantes tensions autour de la Macédoine. Partagée entre la Grèce et un Etat indépendant, la région historique de Macédoine connaît dans les années 1990 des tensions relativement vives et des développements violents en 2001. La Grèce doit ainsi faire face à des revendications nationalistes d’une ampleur jamais connue jusqu’alors.
D’autres pays de la région sont agités de conflits : la Turquie, à cheval entre l’Europe et l’Asie, souhaite adhérer à l’Union européenne mais doit faire face au violent mouvement nationaliste kurde.
Pour tenter de juguler ce mouvement, le gouvernement turc utilise la voie d’une répression particulièrement violente.

D’une façon générale, les pays européens sont confrontés à d’importants irrédentismes au cours des années 1990. C’est le cas par exemple de la Tchécoslovaquie dont l’unité nationale avait pourtant résisté d’une part à la Seconde Guerre mondiale, d’autre part à l’invasion soviétique qui fit suite au Printemps de Prague. Ayant retrouvé son autonomie avec la disparition du bloc communiste, elle ne tarda pas à éclater en deux Etats indépendants : la République Tchèque d’une part (Prague), la Slovaquie d’autre part (Bratislava). Pourtant, ces deux pays, dont le destin fut uni durant des décennies et qui ont préféré retrouver leur indépendance (au point par exemple de ne pas avoir conservé de monnaie commune), sont tous deux ardemment candidats à l’adhésion à l’Union européenne.

b. La si longue crise yougoslave
Dans les conflits de la fin de la Guerre froide, la crise yougoslave occupe une place à part. Elle fut tout d’abord d’une rare violence.
D’autre part, elle marqua symboliquement le nouvel ordre mondial des années 1990. Construction nationale purement fictive, l’unité de la Yougoslavie ne tenait depuis 1945 que grâce à l’emprise du régime communiste de Tito. La disparition de ce dernier entraîna rapidement des tensions internes, dans ce pays, composé de Bosniaques musulmans, de Serbes orthodoxes, de Croates catholiques, de Slovènes ou de Macédoniens. La constitution d’une fédération yougoslave sous l’égide du dictateur Milosevic ne permit que de maintenir les apparences de l’unité. Très vite, dès 1991, Slovénie et Croatie déclarèrent leur indépendance. Sous couvert de défendre les intérêts des Serbes, minoritaires dans ces pays, le gouvernement fédéral de Milosevic lança une série d’opérations militaires qui, de Croatie en Bosnie puis au Kosovo, firent revivre à l’Europe les pires heures de son histoire, notamment avec la mise en place de la purification ethnique. Impuissants à agir de façon concertée, les Européens durent finalement s’en remettre aux Etats-Unis et à l’OTAN pour résoudre le conflit.
Ainsi, malgré la fin de la Guerre froide, les Etats-Unis restent le protecteur tutélaire de l’Europe.
2. Hors d’Europe : la guerre continue
a. La reprise des tensions au Proche-Orient
Le Proche-Orient vit se dérouler dans les années 1990-2000 des crises majeures. Ce fut tout d’abord la guerre du Golfe, en 1990. L’Irak, désireux de solder le contentieux qu’il avait avec le Koweït limitrophe suite à la guerre Iran-Irak, envahit son voisin, déstabilisant ainsi les équilibres précaires d’une région essentielle aux yeux des Occidentaux en raison de ses richesses pétrolières. Très vite, sous l’égide des Etats-Unis et sous couvert de l’ONU, une coalition internationale intervint au Koweït, en chassant les troupes irakiennes. L’Irak fut alors mis sous embargo mais le régime de Saddam Hussein, tant dénoncé par les Occidentaux fut laissé en place.

La reprise des hostilités entre Palestiniens et Israéliens participe de la relance des tensions au Proche-Orient. Pourtant, les diverses tentatives de conciliation qui, des accords de Camp David à ceux d’Oslo, avaient vu le dialogue se renouer, semblaient aboutir : lsraël consentait notamment à la constitution d’une autorité palestinienne à laquelle il acceptait d’octroyer une partie des territoires occupés. Mais une série de maladresses, notamment nées des ambitions de certains courants politiques israéliens devaient finalement interrompre le processus de paix et relancer, en 2000, l’Intifada.

b. L’Asie centrale : un nouveau foyer de crise
Longtemps ignorée du jeu des relations internationales, l’Asie centrale est redevenue une zone chaude à la faveur de la guerre d’Afghanistan menée par l’Union soviétique. Les Etats-Unis, dans leur souci de mener un nouveau containment, aidèrent ainsi le Pakistan à se doter d’un régime autoritaire mais aussi à implanter en Afghanistan un mouvement de résistance considérable. Après le retrait des forces soviétiques, en 1989, le conflit devint une véritable guerre civile entre les factions rivales. Forts du soutien pakistanais, les islamistes afghans radicaux prirent le pouvoir à Kaboul et tentent d’exporter depuis lors leur conception d’un islam radical dans les pays voisins.
L’essentiel

La fin de la Guerre froide, décrétée en 1989 par les deux superpuissances, n’a pas, contrairement aux espoirs, marqué le début d’une période de paix. Au contraire, dans un nouvel ordre mondial empreint de la suprématie de la puissance américaine, de nombreux conflits se développent, tant en dehors de l’Europe qu’à l’intérieur.

Comment avez vous trouvé ce cours ?

Évaluez ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents