Les indépendances en Asie - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Les indépendances en Asie

1. Entre paix et guerre : les décolonisations indienne et indonésienne
a. L'Inde : les illusions d'une décolonisation réussie
En 1947, la plus grande possession coloniale britannique, l'Inde, accède à l'indépendance. C'est l'aboutissement d'un long processus qui a débuté avant le second conflit mondial. C'est dans les années 1920, en effet, que s'est développé le mouvement nationaliste indien, largement marqué par la personnalité de Gandhi. En 1945, au moment du retour à la paix, les responsables britanniques, qui ont pu avant-guerre mesurer l'inutilité de la répression, ont décidé à renoncer à leur souveraineté sur l'Inde.

Un obstacle de taille surgit sous la forme de l'hostilité entre hindous et musulmans, les premiers voulant maintenir l'unité indienne, les seconds souhaitant la constitution d'un État musulman. Deux années sont nécessaires pour que les Britanniques parviennent à faire accepter la partition de l'Inde en deux États : l'Union indienne majoritairement hindouiste et le Pakistan musulman (lui-même divisé en deux parties : le Pakistan oriental – futur Bangladesh – et le Pakistan occidental).


Durant des mois, toute une série de troubles opposent les deux communautés, causant des pertes humaines considérables ainsi que de gigantesques transferts de populations. A la suite de l'Inde, toutes les possessions asiatiques du Royaume-Uni acquièrent leur indépendance.
b. L'Indonésie : d'opérations de police à la guerre
Dès l'effondrement du Japon, avant que les troupes alliées n'aient le temps de débarquer, les nationalistes proclament l'indépendance en Indonésie, le 17 août 1945. Cette indépendance autoproclamée est rejetée par les Pays-Bas qui choisissent de s'y opposer par la force. Mais cette solution n'est pas facile à mettre en œuvre : comme les autres pays européens, les Pays-Bas ont été ravagés durant le conflit et ne disposent plus des moyens nécessaires à l'envoi d'un corps expéditionnaire, notamment en matière de navires de transport. Ce n'est donc qu'en 1946 qu'un premier corps expéditionnaire atteint l'Indonésie pour en reprendre le contrôle, en vain.

En métropole, l'opinion publique bascule tandis que l'ONU et les États-Unis font pression sur le gouvernement néerlandais pour le pousser à négocier. Les Pays-Bas sont contraints à la négociation qui aboutit, en décembre 1949, à un accord donnant la pleine souveraineté à un État fédéral indonésien. Dans un premier temps, ils tentent de maintenir une fragile union avec leur ancienne colonie, notamment sur le plan monétaire et financier. Mais, en 1954, les Indonésiens décident de rompre tout lien avec les Pays-Bas.
2. Entre guerre d'indépendance et conflit de la Guerre froide : l'Indochine
a. Aux origines du conflit : une décolonisation manquée
Le départ des Japonais s'accompagne d'une auto-proclamation de l'indépendance du Viêt-Nam par le Viêt-minh. L'Indochine était, avant 1940, une fédération composée de cinq territoires : la colonie de Cochinchine, les protectorats d'Annam et du Tonkin, tous deux peuplés de Vietnamiens et des protectorats du Laos et du Cambodge.
Le Viêt-Minh détient le Nord du pays, en particulier la région de Hanoi. Dans un premier temps, le général De Gaulle, qui exerce les fonctions de chef du GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française) et qui entend restaurer la souveraineté française en Indochine, décide de privilégier le dialogue. Il confie à Sainteny et Leclerc le soin de négocier un accord avec Ho Chi Minh finalement signé le 6 mars 1946. La France reconnaît le Viêt-nam comme un État libre mais membre de la fédération indochinoise soumise à la souveraineté française.
Le haut-commissaire Thierry d'Argenlieu, tenu à l'écart des négociations, décide de ne pas appliquer l'accord. Des troubles sanglants éclatent le 23 novembre 1946 à Haïphong, durant lesquels le croiseur français Suffren bombarde la ville, faisant 6 000 morts. Le Viêt-minh réplique le 19 décembre à Hanoï, en massacrant 200 Européens. C'est la faillite de la solution négociée et le début de la guerre d'Indochine.
b. L'internationalisation du conflit indochinois
Dans un premier temps, la France mène seule, avec son armée de métier, une guerre purement coloniale. Le conflit se déroule en dehors de toute intervention des deux superpuissances. Mais l'environnement international change avec la révolution communiste en Chine (1949) et le début du conflit coréen (1950). Le Viêt-minh reçoit l'aide de la Chine populaire et peut engager dans le conflit des forces modernes commandées par le général Giap. Dès lors, la France reçoit l'aide financière et matérielle des États-Unis : il ne s'agit plus seulement de s'opposer à l'indépendance de l'Indochine, en dehors de toute association avec la France, mais de pratiquer un nouvel endiguement de l'avancée communiste.
Mais, en mai 1954, la défaite de Diên Biên Phu montre les limites de l'effort français, d'autant que les États-Unis penchent en faveur d'une solution négociée : la mort de Staline et la fin de la guerre de Corée annoncent une période d'apaisement des relations internationales. En juillet 1954, les accords de Genève sont signés : le Laos et le Cambodge accèdent à l'indépendance. Le Vietnam est divisé par une ligne d'armistice fixée au 17e parallèle, avec le Nord contrôlé par le Viêt-minh et le Sud par les nationalistes non communistes. Des élections générales sont prévues deux ans plus tard, en vue d'une unification du pays. Mais la situation dégénère en un nouveau conflit, la guerre du Vietnam.
L'essentiel
C'est en Asie que les mouvements nationalistes remportent leur premier succès au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Dans le cadre d'un mouvement engagé avant le conflit, l'Inde accède ainsi à l'indépendance. Mais le contexte international n'est jamais absent : le basculement de la Chine dans le communisme, en 1949, et l'irruption de la Guerre froide, transforment le conflit indochinois. De conflit colonial, il devient un conflit de la Guerre froide.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents