La coexistence pacifique : entre chaud et froid - Cours d'Histoire Terminale pro avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

La coexistence pacifique : entre chaud et froid

1. Une méfiance qui reste vive
a. Le changement de contexte
On assiste à de véritables avancées dans le domaine international. C’est particulièrement vrai en 1954, avec la fin de la guerre d’Indochine. Simple conflit colonial, la guerre d’Indochine a pris, en 1949 avec la victoire communiste en Chine, une dimension inédite en devenant un véritable conflit de la Guerre froide. La France a joué de cette dimension pour obtenir des Etats-Unis une aide substantielle. Mais le changement de contexte international, à partir de 1953, pousse bientôt les Etats-Unis à faire pression sur les responsables français afin de trouver une solution négociée dans le conflit indochinois. C’est chose faite en juillet 1954 avec les accords de Genève. L’année précédente avait vu un autre conflit s’interrompre grâce aux négociations : la guerre de Corée.
b. L’achèvement de la constitution des blocs
Malgré le dégel des relations internationales, les deux blocs achèvent leur constitution. C’est d’abord du côté occidental l’entrée de l’Allemagne fédérale dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). Faute de pouvoir envisager le réarmement allemand, voulu par les Etats-Unis, dans un cadre strictement européen après l’abandon du projet de Communauté européenne de Défense, les Occidentaux doivent se résoudre à élargir l’OTAN à la République fédérale d’Allemagne en octobre 1954. Cela marque l’achèvement du dispositif militaire occidental en Europe. Cet achèvement provoque une réaction soviétique : l’année suivante, en 1955, les responsables soviétiques mettent en place le pacte de Varsovie qui regroupe dans une alliance militaire les pays du bloc soviétique.
Il existe encore de fait des contentieux entre les deux superpuissances.
2. L’Allemagne reste au cœur des tensions entre les blocs
a. L’Allemagne : un vieux contentieux
L’Allemagne est l’un des contentieux qui subsistent entre les deux superpuissances. En novembre 1958, Khrouchtchev rouvre effectivement le dossier de Berlin en exigeant des Occidentaux qu’ils consentent à faire du secteur occidental de Berlin une ville internationale neutralisée. Il menace, si les Alliés refusent, de signer séparément avec la RDA un traité de paix qui permettrait à l’Allemagne de l’Est de s’opposer aux mouvements de troupe entre l’Allemagne fédérale et Berlin-Ouest.
En effet, officiellement, à la fin des années 1950, aucun traité de paix n’a été signé entre l’Allemagne et les différents belligérants de la Seconde Guerre mondiale (ce ne sera le cas qu’au début des années 1970).

Ainsi, la situation allemande reste régie par les dispositions prises lors des conférences interalliées de 1945. La signature séparée d’un traité de paix par l’Union soviétique rendrait caduque ces dispositions de 1945 et risquerait d’entraver les accès occidentaux à Berlin-Ouest, enclave dans le territoire de la RDA. Mais les Occidentaux ne cèdent pas et une conférence réunie à Genève durant l’été 1959 n’apporte aucune solution à la question allemande. Bien que cette conférence soit un échec, elle marque une certaine avancée car c’est la première fois que les quatre grands Alliés de 1945 se retrouvent ensemble depuis la fin du procès de Nuremberg, en 1946.

b. La poursuite du bras de fer et son dénouement
Le bras de fer se poursuit jusqu’en 1961. Devant l’inflexibilité alliée, Khrouchtchev doit donc renoncer à ses projets. Mais les Allemands payent une nouvelle fois le prix des tensions internationales : dans la nuit du 13 au 14 août 1961, le gouvernement de la RDA fait édifier un mur le long de la ligne de démarcation qui sépare Berlin-Ouest de Berlin-Est. En septembre 1961, l’Union soviétique fait savoir qu’elle reprend ses essais nucléaires.
L’année suivante, éclate la crise des missiles de Cuba.

 

L’essentiel

Malgré la coexistence pacifique entre les deux superpuissances, les tensions restent très vives entre les deux blocs et entre les deux superpuissances. En particulier, l’Allemagne demeure une source de contentieux importants.

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents